Présentation

L’École doctorale Education, Psychologie, Information et Communication (EPIC), commune à l’Université Lumière Lyon 2, l’Université Claude Bernard Lyon 1, l’Université Jean Moulin Lyon 3, l’université Jean Monnet de Saint-Etienne, l’INSA de Lyon et l’ENS Lettres & Sciences humaines, est née de la reconfiguration et du regroupement de laboratoires appartenant antérieurement à d’autres ED. Elle a pour objectif de constituer le cadre de la formation à et par la recherche dans les trois secteurs disciplinaires qu’elle fédère. Cette fédération scientifique et pédagogique lui confère spécificité, visibilité et force d’attraction importantes, tant au niveau régional qu’au niveau national : s’appuyant sur les activités de 8 centres de recherche reconnus (5 EA, 3 UMR), regroupant les potentiels scientifiques et réseaux internationaux concernés des Universités Lyon 1, Lyon 2, Lyon 3, Saint-Etienne et de l’ENS-LSH, elle offre à environ 400 doctorants (effectif 2006-2007) un éventail d’équipes, de programmes et de directeurs de recherche apte à assurer dans les meilleures conditions l’encadrement de leurs travaux et la préparation de leur avenir professionnel.

Le projet CCAS

Projet de recherche” La collaboration des chercheurs avec les acteurs sociaux dans différents domaines. Vers une technicisation des savoirs ? Quels enjeux épistémologiques ?”

  

I. Contexte  du projet :

Cette recherche, principalement située au sein de l’école doctorale EPIC, a pour projet, dans le cadre des échanges interdisciplinaires entre les laboratoires et les types de doctorat qui la constituent, d’explorer la manière dont évolue aujourd’hui, dans différents domaines, la notion même de savoirs scientifiques au confluent de divers apports et de poser à cette occasion un certain nombre de questions épistémologiques.

On peut en effet constater qu’un nouveau modèle de la science, ou même un nouveau paradigme, tend à se substituer à un modèle plus ancien, classique ou “normal”, au sens de la science normale selon T. Kuhn (Kuhn, 1962, 1972). C’est ce qu’exprime notamment le rapport des Communautés européennes de 1997 : La société, ultime frontière, mauvaise traduction de Society the endless frontier. Il en va de même du récent rapport sur l’éducation et la formation (Towards more knowledge-based policy and practice in education and training, Commission of the European communities, 2007). Nous noterons au passage que les rapports sur la science et la recherche émanant de l’Union européenne s’inscrivent  – généralement sans dimension critique – dans le cadre de ce qui tend à s’imposer comme nouveau paradigme, et demande donc à être interrogé comme tel.

Dans l’ancien modèle, particulièrement en vigueur au 20e siècle, la technologie suit la recherche fondamentale qui dispose d’une autonomie et d’une liberté assurant à la science d’être financée par l’État dans des universités publiques et de disposer d’une sorte de supériorité chronologique et axiologique. La notion de rupture épistémologique entre l’univers de la science et l’univers profane, voire l’univers de la technologie lui-même, ne fait pas question.

R.K. Merton est un des premiers sociologues à considérer l’univers de la science comme partie prenante de l’univers social (Merton, 1957), là où Bachelard idéalisait une “cité scientifique” pure des contacts du monde (Bachelard, 1949, 1950). Merton retient quatre normes régulatrices de la connaissance scientifique et de la recherche :

  • Universalisme,
  • Communalisme,
  • Désintéressement,
  • Doute organisé

S’il tente ainsi d’analyser la science comme faisant partie du corps social à part entière, Merton lui réserve cependant encore une place à part et quelque peu idéale qui semble tendanciellement disqualifiée dans les nouvelles configurations contemporaines. Dans le nouveau modèle Recherche, innovation et développement, la connaissance est conçue dés l’origine pour servir, être utile. Les rapports européens cités de 1997 et 2007 soulignent que la différence entre le vrai et l’utile est simpliste, et s’appuient sur des travaux de sociologie des sciences post mertoniens, ainsi que sur ceux de chercheurs contemporains dans le cas spécifique de l’éducation. La notion “d’obligation de résultats” est généralisée à tout l’univers de la recherche.

Il est vrai que de nombreux travaux, particulièrement en France ceux de Callon et Latour (Callon, 1986, 1996, Latour, 1995, 1997, 2006), ont contribué – dans le cadre d’un socioconstructivisme – à révéler les dimensions psycho-socio-politiques et les intérêts inhérents à toute activité scientifique, au point que la notion de vérité peut apparaître indémêlable d’autres types d’intérêts. En conséquence se trouve valorisé dans ces analyses génératrices d’un nouveau paradigme épistémologique tout ce qui relève des mélanges, métissages, hybridations, circulation de savoirs et ‘reproblématisation’ des concepts. Alors que le sujet de la science moderne était un sujet rationnel, universel, animé d’une intention exclusivement cognitive, le sujet de la technoscience contemporaine est multiple, bigarré, pluriel voire conflictuel. L’emblème de ce nouveau modèle pourrait être trouvé, hors du domaine des sciences humaines et sociales, dans le projet actuel Génome humain qui procède de :

  • financements publics et privés
  • finalités cognitives instrumentalisées par des enjeux de nature politique et juridique (question des brevets)
  • d’un sujet pluriel complexe et conflictuel au plan des valeurs et des intérêts

 Si l’on pressent bien que le second modèle ou paradigme contemporain contient des éléments de lecture pertinente d’une réalité technoscientifique en cours d’évolution, il convient cependant de l’interroger au regard des pratiques scientifiques effectivement mises en œuvre dans différents domaines d’activité. Cela dans la perspective d’éclairer épistémologiquement les types de connaissances produites dans le cadre de nos disciplines qui se situent au carrefour de la connaissance et de l’action, de la connaissance et de la thérapie, de la connaissance et de la circulation de l’information dans des univers largement ouverts.

 

II. Contexte  de collaboration :

Ce projet réunit des équipes appartenant à l’école doctorale EPIC, la plupart relevant de l’université Lyon 2 :

•-          UMR Education & Politiques

•-          EA GRePS, EA 4163 et EA CRPPC, EA 653

•-          UMR ICAR, UMR 5191

•-          UMR MODYS, UMR 5264

•-          EA CRIS, EA 647

•-          EA LEPS, EA 4148

Principales orientations des équipes concernées :

Education & politiques est une unité de sciences sociales spécialisée dans les questions d’éducation dans une conjoncture politique qui appelle le développement de recherches portant sur les politiques d’éducation et de formation prenant en compte les différentes échelles régionales, nationales, européennes et internationales. Le GRePS se structure en trois équipes : Psychologie du travail (PT), Pensée sociale en contextes (PSeCO), Psychosociologie des mutations contemporaines (PMC). L’objectif du Centre de Recherches en Psychopathologie et Psychologie Clinique est de développer et d’approfondir les recherches dans la perspective d’une théorisation des pratiques cliniques de terrain et d’une appréhension des différents dispositifs de soin.

Le laboratoire ICAR  travaille d’une part sur des corpus d’interactions (comportant des enregistrements audio et vidéo, ainsi que leurs transcriptions et annotations) ou de textes (comportant des manuscrits, leurs reproductions et annotations) ; d’autre part directement sur les interactions. Le laboratoire CNRS MODYS comprend plusieurs équipes travaillant sur des problématiques de sociologie liées notamment à l’environnement, au développement durable, aux questions de fragilité des individus, à la ‘pluralisation des normes’ (cette dernière équipe du laboratoire étant impliquée dans le présent projet). Le laboratoire CRIS, Centre de Recherche et d’Innovation sur le Sport, consacre ses travaux aux sciences du  sport avec un parti pris théorique et épistémologique récurrent : la pluridisciplinarité. Le LEPS, Laboratoire d’étude du phénomène scientifique, s’organise autour de trois axes : santé, modélisations, techno-logies et société (GREPH).

Réunis dans l’école doctorale EPIC, ces laboratoires ont déjà élaboré entre eux une problématique fédératrice : étude de pratiques, d’institutions, de représentations et de systèmes symboliques, d’outils politiques et scientifiques que l’homme se donne pour mettre en œuvre et penser son rapport à la question du sens. Cette étude s’applique à des objets et à des champs d’activité divers tels que : l’éducation, le travail, la justice, la santé, les liens subjectifs, le groupe, la famille, le sport, l’univers de la médiation, et l’univers de la science.

Orientation du projet spécifique :

Dans le cadre du présent projet de recherche, les équipes mobilisées entendent interroger le phénomène actuel de la constitution et de la légitimation des savoirs se réclamant de la science, dans les domaines de l’éducation et de la formation, de l’intervention sanitaire et sociale, de la citoyenneté, de l’éducation physique et sportive, et aussi de ce que la société appelle la ‘recherche scientifique’.

Plusieurs aspects du projet sont articulés – à un titre ou à un autre –  à des projets de plus grande envergure, notamment :

Relation avec le projet européen NESSE (équipe 1)

Relation avec l’appel d’offre CNRS- ISCC 2007, ‘Savoirs scientifiques et enseignement’ (équipe 2)

Relation avec le colloque La partialité. À partir de la pratique : du savoir à la théorisation. Colloque international et interdisciplinaire organisé les 23 et 24 octobre 2009, Lyon 2 (équipe 3)

Relation avec le projet européen PROFACITY : “Profane citizenship in Europe : testing democratic ownership in hybrid situations” FP7-SSH-2007 déposé par MODYS-CNRS (équipe 5)

 

III. Objectifs et originalité :

Les objectifs généraux du projet de recherche CCAS consistent à interroger un éventuel nouveau paradigme de la science et du savoir au regard des pratiques scientifiques effectivement mises en œuvre dans différents domaines d’activité. Les principales questions auxquelles entendent répondre les différents volets de la recherche sont les suivantes : Quels sont les processus par lesquels les savoirs les plus valorisés socialement se constituent désormais ? Quels types de rapports se nouent entre chercheurs et autres types d’acteurs sociaux impliqués dans les processus de recherche ? Quelle place réserver dans ces conditions aux idées de transfert et/ou de ‘reproblématisation’ de concepts, de forums hybrides et de connexions en réseaux ? En quel sens peut-on parler d’une ‘technicisation’ des savoirs de recherche ?

Après avoir décrit et analysé les processus réels de circulation et d’hybridation, il s’agira – sur un plan plus spécifiquement épistémologique – de proposer des éléments de réflexion autour d’orientations telles que : Quelle(s) épistémologie(s) pour une conception contemporaine de l’activité scientifique et de la recherche dans différents domaines ? Les épistémologies qu’on peut dire ‘classiques’ du 20e siècle, particulièrement les épistémologies de la rupture gardent-elles encore une opérativité et une pertinence ? Est-il envisageable de trouver une position dialectique non confusionniste en mesure de faire tenir ensemble les deux visions, cela en étroite liaison avec l’épistémologie de chaque discipline de référence ? Quels sont les apports de l’interdisciplinarité ? Quelles conditions restent requises pour qu’on parle de ‘savoir scientifique’ au sens plein du terme ?

La nouveauté du projet CCAS tient à ce que les équipes travailleront à la fois à produire des connaissances nouvelles sur certains objets définis dans des contextes de collaboration entre chercheurs et autres acteurs sociaux (voir présentation détaillée ci-dessous) et, en se plaçant en même temps en position ‘méta’, à examiner la matière, la structure, l’alliage, le caractère éventuellement composite des savoirs produits. Ainsi que cela est souligné dans le texte de présentation générale ci-dessus, l’insistance mise dans nombre d’écrits contemporains  à prétention scientifique et de rapports – notamment européens – ayant valeur incitative, sur la nécessité d’une nouvelle conception des savoirs justifie complètement d’entreprendre ce type de démarche. Il s’agit en effet  de passer au crible de la critique, dont sont porteuses nos disciplines et nos postures de recherche, les postulats sous-tendant cette nouvelle conception largement valorisée socialement et politiquement.

L’originalité du projet se concrétisera également dans un espace numérique collaboratif et de l’édition numérique scientifique (ENCENS), à la fois produit spécifiquement dédié à cette recherche et, par son fonctionnement même, champ d’investigation pertinent, en cohérence étroite avec le projet (cf. point VI).

Ce projet original prolonge des préoccupations et des travaux des chercheurs qui ont décidé de s’y impliquer, comme en témoigne la bibliographie sélective :

Aldon G., Trgalova J., Trouche L. (2006), Les interactions entre la recherche et les acteurs de l’intégration des TICE dans la classe de maths, Cahiers de l’ingénierie éducative, 56, 82-

Aldon G., Artigue M., Bardini C., Baroux-Raymond D., Bonnafet J.-L., Combes M.-C., Guichard Y., Hérault F., Nowak M., Salles J., Trouche L., Zuchi I., (2008), Nouvel environnement technologique, nouvelles ressources, nouveaux modes de travail : le projet e-CoLab (expérimentation Collaborative de Laboratoires mathématiques), Repères-IREM 72

François Baluteau, « Les usages des savoirs sociologiques dans un contexte de formation. Les cas des formateurs d’IUFM »,Education et Sociétés, Revue Internationale de Sociologie de l’Éducation, n°9, pages 73 à 86

Jean-Louis Derouet, « Du transfert à la circulation des savoirs et à la reproblématisation. De la circulation des savoirs à la constitution d’un forum hybride et de pôles de compétences : un itinéraire de recherche ». In A. Gonnin-Bolo (coord), Recherche et Formation pour les professions de l’éducation, n°40, p. 13 à 25

Jean-Louis Derouet et Claude Lessard, (coords). « La construction des politiques d’éducation : de nouveaux rapports entre science et politique », Revue Française de Pédagogie, n° 154, 2006

Bruno Garnier. Circulation des savoirs entre universitaires et pédagogues dans une situation d’accompagnement. Recherche et Formation 2008.

Romuald Normand, « Les qualités de la recherche ou les enjeux du travail de la preuve en éducation », Education et Sociétés Revue International de Sociologie de l’Education  n° 18, pages 73 à 92, 2006

André Robert, (dir.) Le syndicalisme enseignant et la recherche : clivages, usages, passages , PUG-INRP, 2004, 340 pages.

Attali M. et Saint-Martin J., L’Education physique de 1945 à nos jours. Les étapes d’une démocratisation, Paris, Armand Colin, 2004

Attali M., Saint-Martin J., Le rôle de l’école dans la genèse d’une culture sportive de masse (1960-1970), Vingtième siècle. Revue d’histoire, 95/3, Presses de la Fondation nationale des Sciences Politiques, 2007, pp. 181-192.

Michon B. et Terret T. (dir.), Pratiques sportives et identités locales, Paris, L’Harmattan, 2004,

Saint-Martin J., L’éducation physique à l’épreuve de la Nation (1918-1939). Paris : Vuibert, 2005.

Terret, T., Les Jeux interalliés de 1919. Sport, guerre et relations internationales. Paris : L’Harmattan, 2002.

Derycke, M., « Réflexivité : tours et détours de non-lettrés » in Culture(s) et réflexivité textes réunis et présentés par M. Derycke, PUSE, Saint-Etienne, 2005.

Ciccone A. (2004). La formation à partir de la pratique : un parti pris pédagogique. In Mercader, P., Henri A.‑N., dir. (2004). La formation en psychologie : filiation bâtarde, transmission troublée (69‑84). Lyon : Presses Universitaires de Lyon.

Gaillard G. (2004). En savoir un bout. In Mercader, P., Henri A.‑N., dir. (2004). La formation en psychologie : filiation bâtarde, transmission troublée (147‑162). Lyon : Presses Universitaires de Lyon.

Mercader, P. (2007), La formation en psychologie : du savoir à la culture, Pratiques psychologiques, 2007-4, 465-478.

Mercader, P., Henri A.‑N., dir. (2004). La formation en psychologie : filiation bâtarde, transmission troublée. Lyon : Presses Universitaires de Lyon.

 

IV. Description et calendrier des travaux :

NB : Toutes les équipes impliquées se reconnaissent dans la problématique générale du projet CCAS qu’elles ont validée. Chacune décline naturellement ce projet dans le domaine qui lui est propre, avec les outils conceptuels et démarches d’enquête qui lui sont spécifiques et qui feront l’objet du travail interdisciplinaire et d’une mutualisation (notamment par le biais du dispositif numérique). Le calendrier prévisionnel du travail collectif est le suivant :

Octobre 2008 : journée de lancement de la recherche CCAS

17 novembre 2008 : 1ère journée d’étude scientifique EPIC  Circulation des savoirs (cf. point VI)

12 décembre 2008 : Séminaire 1 (invité extérieur, voir noms proposés point VI)

Mars 2009 : Séminaire 2 (interne, point d’étape)

Mai 2009 : Doctoriale EPIC sur le thème Circulation et hybridation des savoirs (exposés de doctorants, si possible sous la forme d’un forum national)

Juin 2009 : Séminaire 3 (invité extérieur)

Octobre 2009 : 2ème journée d’étude scientifique EPIC (communications des chercheurs à l’intention des doctorants)

Novembre 2009 : Séminaire 4 (interne, point d’étape)

Décembre 2009 : premières publications scientifiques formalisées (revue en ligne dans le cadre d’ENCENS, cf. point V)

Mars 2010 : Séminaire 5 (invité extérieur)

Mai 2010 : Séminaire 6 (interne, bilan, rapport final)

Juin-Septembre 2010 : valorisation et diffusion des publications scientifiques relatives à la recherche

Déclinaison des travaux par équipe :

 1. La collaboration des chercheurs avec les acteurs sociaux dans le domaine de l’éducation et de la formation

a) Contribution de l’UMR Education & Politiques. Equipe 1

La conception des relations entre recherche, politiques et pratiques dans le domaine de l’éducation et de la formation est actuellement dominée par le modèle de l’Evidence based policy. Ce projet s’est développé depuis une quinzaine d’années dans le monde anglo-saxon. Il a dès l’origine été fortement interrogé au plan politique comme au plan épistémologique. Il constitue néanmoins la référence de la Communauté Européenne. Le but du projet est de construire une extériorité par rapport à ce modèle dominant et de le situer dans un cadre plus large.

La démarche progressera à partir de deux entrées :

  • - une entrée institutionnelle qui confronte la manière dont la question de la circulation des savoirs a été pensée et gérée au cours des vingt dernières années par différents organismes(la DEP, le PIREF, l’INRP) avec la manière de traiter ces questions dans des pays proches. La dimension comparative est en effet essentielle dans l’idée de dégager des bonnes pratiques.
  • - une entrée par acteurs qui étudie la manière dont différentes catégories (décideurs politiques, responsables administratifs, enseignants, autres professionnels de l’éducation, parents d’élèves, etc.) utilisent les savoirs produits par la recherche

 

  • De l’evidence based policy au forum hybride. Un retour sur les politiques institutionnelles
  • - les collèges expérimentaux des années 1966-1975. Une conception expérimentaliste des rapports entre la recherche pédagogique et la décision politique
  • - le rôle de la DEP dans les années 1986-1995
  • - les tentatives de mise en place d’une politique de la preuve dans les années 2000: les conférences de consensus organisées par le PIREF et le Centre Alain Savary
  • - la tradition de l’INRP: un forum hybride entre chercheurs et enseignants associés? Comparaison avec des instituts étrangers de même nature (Allemagne, Angleterre).
  • - les tentatives de construction de dispositifs d’échanges à distance: la Main à la Pâte, EducMath, etc.

 

  • § Études par catégories d’acteurs
  • - La circulation des savoirs entre recherche, décision politique et administration: la construction d’une science de l’administration scolaire et la formation des personnels d’encadrement
  • - Comment les chefs d’établissements utilisent-ils les résultats de la recherche?
  • - L’accompagnement du développement professionnel des enseignants.

b) Contribution de l’UMR ICAR : Equipe 2.

 Depuis Septembre 2005, nous avons constitué des groupes de “recherche développement”, composés d’enseignants de collège  et de chercheurs en didactique de la physique. Un des groupes a plus particulièrement travaillé sur l’enseignement de l’électricité et de l’optique au collège. L’autre regroupe  des enseignants de collège de plusieurs disciplines, autour des thèmes de convergence interdisciplinaires.

Des corpus de vidéos ont été constitués à partir de situations de classe. Il s’agira d’exploiter ces corpus de séances des groupes de travail en classe, en optique et électricité d’une part, en travail interdisciplinaire d’autre part. Les deux catégories de participants au groupe assument évidemment des rôles différents : les chercheurs apportent des résultats de recherche en didactique ou des aides méthodologiques, et écrivent le texte produit par le groupe ; les enseignants réagissent à ce texte, rapportent leurs tentatives d’expérimentation, font part également d’expériences professionnelles antérieures.

Par ailleurs, les séances enregistrées qui font partie de ce corpus sont les premières dans l’histoire de chaque groupe. Elles permettent donc de tracer une histoire, celle de la mise progressive en accord des deux catégories de protagonistes, à la fois sur la posture dans le groupe et sur les contenus à élaborer.

Du point de vue des questions de recherche que ces corpus permettent d’aborder, on s’intéressera donc à la fois :

  • À l’articulation des échelles de temps courtes et longues dans l’analyse du corpus.
  • Dans une perspective plus spécifiquement didactique, aux types de connaissances professionnelles ou d’arguments mobilisés par les enseignants dans les échanges, et à leur évolution.
  • Au rôle joué par la référence à l’institution dans le fonctionnement du groupe, dans l’orientation de sa production.
  • À l’échange de points de vue entre enseignants et chercheurs, et à la construction progressive de savoirs hybridés, communs aux protagonistes, opératoires dans les conditions institutionnelles d’intervention du groupe.

Cette équipe bénéficiera d’une collaboration avec l’équipe INRP ACCES travaillant sur les modalités de partage des savoirs dans le domaine des sciences de la vie et de la terre, équipe dirigée par Françoise Morel-Deville (CR 1 à l’INRA) et intégrée au projet validé par le CNRS ‘Savoirs scientifiques et enseignement’ dans le cadre de l’appel d’offre ISCC 2007.

2. La collaboration des chercheurs avec les acteurs sociaux dans le domaine de l’intervention sanitaire et sociale. Equipe 3

Nous partons du postulat que la recherche en sciences humaines, comme la pratique sociale, comme la formation en psychologie, doivent reconnaître au sujet la place qui lui revient. Pour reprendre la définition de Dejours, le sujet, c’est « celui ou celle qui éprouve affectivement la situation dont il est question. Affectivement, c’est‑à‑dire sur le mode d’une émotion ou d’un sentiment, qui n’est pas seulement un contenu de pensée mais surtout et avant tout un état du corps. L’affectivité est la façon dont le corps s’éprouve lui-même dans la rencontre avec le monde. L’affectivité est au fondement de la subjectivité. » Notre travail témoigne d’une « rébellion contre toutes les formes, quelles qu’elles soient, de condescendance ou de dédain vis-à-vis de la subjectivité, qui sont devenues le credo des élites manageriales ou politiques. » (1998 : 30).

La tension entre subjectivité et technicité que nous identifions dans la pratique, et dans la formation se retrouve dans la recherche, entre recherche objectivante et quête de sens intégrant la part de la subjectivité. Le problème pourrait, du côté de la recherche, se centrer sur la place qu’il convient de faire à la partialité. En d’autres termes, le chercheur, comme le praticien du social, ne peut qu’être partial, et ceci pour trois raisons : il est à une place politique, il a un inconscient, et il est l’objet de ceux qu’il a pris lui-même comme « objets de recherche, et/ou de pratique ». Par conséquent, la recherche est meilleure quand elle assume d’être impliquée et engagée. À défaut de l’assumer, d’ailleurs, ne court-on pas le risque de voir la partialité, exclue par la porte, rentrer par la fenêtre, ou plutôt par tous ces interstices, entre les lignes, où ne cesse d’apparaître l’incontrôlé du discours ? Nous poserons donc, au fondement de notre travail, qu’il n’est de bonne théorie et de bonne pratique sociale qu’incarnées, soutenues par le désir d’un sujet, et assumant d’être inéluctablement « orientées » par les questions qu’elles posent et par le(s) désirs des sujets dont elles parlent et s’occupent. Corrélativement, le but d’une formation doit être l’humanisation des pratiques, leur subjectivation raisonnée, et non leur technicisation.

Les chercheurs concernés sont membres, soit du Centre de Recherche en Psychologie et Psychopathologie Cliniques (CRPPC, EA 653), soit du Groupe de Recherche en Psychologie Sociale (GRePS, EA 4163). Par ailleurs, ils interviennent dans le cadre du département « Formation en Situation Professionnelle », qui comprend trois dispositifs :

  • Formation à Partir de la Pratique (550 étudiants par an)
  • Contrat de Formation Personnalisé (300 étudiants par an)
  • Service de formation continue non diplômante (2007, C.A.: 375000€), avec

            - 4 diplômes d’Université, 100 étudiants concernés

- 40 actions de formation, 600 personnes concernées

Ils ont donc une pratique bien ancrée de coopération en matière pédagogique, mais aussi en matière de recherche, et notamment de recherche à partir des pratiques, avec un certain nombre de publications sur le thème envisagé ici.

Objectifs : Approfondir notre connaissance de l’écart signalé entre quête de sens et solutions technicistes dans le travail social.

Principaux travaux projetés : Réflexion à partir de notre pratique auprès d’étudiants en reprise d’études et de psychologues en formation permanente

Enquête par interviews

Analyse de contenu de dossiers d’étudiants « à partir de la pratique »

Les résultats seront intégrés à notre colloque La partialité. À partir de la pratique : du savoir à la théorisation. Colloque international et interdisciplinaire organisé les 23 et 24 octobre 2009 par : Département Formation en Situation Professionnelle, Institut de psychologie ; Centre de Recherche en Psychologie & Psychopathologie Cliniques (CRPPC, EA 653) ; Groupe de Recherche en Psychologie Sociale (GRePS, EA 4163).  Université Lumière-Lyon 2. 

3. La collaboration des chercheurs avec les acteurs sociaux dans le domaine de l’EPS : le cas de la « méthode française ». Equipe 4.

On commence aujourd’hui à mieux  connaître les influences pédagogiques, françaises et étrangères, ayant pesé sur la rédaction de la méthode française, « méthode générale d’éducation physique applicable à tous les Français sans distinction d’âge ni de sexe et adaptée au tempérament national » (Ministère de la Guerre, Règlement général d’éducation physique. Méthode française, première partie, 5) (Saint-Martin, 2006) : héritage amorosien, gymnastique suédoise, école française de G. Démenÿ, méthode « naturelle » d’Hébert, sokols tchécoslovaques, modèles d’entraînement américains, jeux du patrimoine, drill allemand (Spivak, 1983 ; Terret, 2002 ; Saint-Martin, 2005 ; Delaplace, 2005). Il s’avère aussi qu’existent de troublantes similitudes avec des modèles d’éducation physique développés en Belgique ou en Italie dans l’entre-deux-guerres. Toutefois, aucune étude n’a véritablement conceptualisé le processus d’hybridation des savoirs en jeu dans la méthode française depuis la période d’écriture jusqu’à celles de son expansion et de son déclin. Par ailleurs, alors que cette méthode semble avoir bénéficié d’une diffusion bien au-delà des frontières de l’Hexagone en direction des colonies africaines et antillaises, par exemple (Deville-Danthu, 1997; Dumont, 2003), tout comme du Brésil, du Portugal et du Luxembourg (Labrosse, 1931), aucune étude ne s’est encore intéressée aux processus de relocalisation et d’appropriation spécifique des savoirs disciplinaires qu’elle véhiculait.

L’analyse envisage ainsi de caractériser les enjeux épistémologiques, politiques, pédagogiques mais aussi sociaux, scientifiques et genrés de la méthode française, de modéliser les formes d’hybridation de ses contenus de l’entre-deux-guerres aux années 1960 et de repérer les étapes et conditions de sa diffusion en France et en Europe. Pour l’Hexagone, une approche plus détaillée sera développée dans le cas de Lyon en raison des formes d’hybridation spécifique et de la politique d’éducation physique particulière que la ville a connue à cette période (Lê-Germain, 2001 ; Michon et Terret, 2004). L’ensemble s’appuiera sur les perspectives développées en histoire de l’éducation, en histoire culturelle et en sociologie du curriculum. Les archives nationales, celles du SHAT et des ministères de l’Education nationale, de la Défense et de la Jeunesse et des Sports, ainsi que les ouvrages pédagogiques ayant valeur de sources publiés en France et dans les pays européens concernés (notamment Belgique, Espagne, Italie, République Tchèque, Luxembourg, Allemagne) seront plus particulièrement mobilisées. Sur ce dernier point, l’équipe bénéficiera également de l’appui d’un réseau de collègues étrangers historiens de l’éducation physique.

4. La collaboration des chercheurs avec les acteurs sociaux dans le domaine de la citoyenneté. Equipe 5.

Il s’agit d’étudier l’hybridation des savoirs scientifiques et leur circulation avec les savoirs profanes. Le projet part du transfert de ce qui est appelé « expertise profane » : nous considérons qu’il y a analogie entre notre proposition et un ensemble de travaux en sociologie des sciences et des techniques (STS) qui mettent en valeur les savoirs profanes en vis à vis des savoirs experts. Dans ce courant de recherche (Charvolin et alii, 2007), il est maintenant établi que les connaissances profanes, portées par les non spécialistes, sont des modalités alternatives, complémentaires, inédites, qui viennent en vis-à-vis des connaissances expertes de laboratoire. La citoyenneté profane est interrogée lorsque des « sans parts » apportent des solutions à des problèmes quotidiens, et posent par là un acte tel qu’il produit des effets au plan de la citoyenneté, en ce que cet acte par contagion passant par les milieux traducteurs, fait reconnaître un « droit d’avoir des droits ».

La rupture épistémologique, en particulier, entre science et univers profane est interrogée au travers du couplage dont la validité devra être démontrée. Ainsi, il y a hybridation entre citoyenneté juridique et expertise profane pour former la notion de « citoyenneté profane », et déplacement de « milieu traducteur », « contagion » de leur domaine d’origine vers celui de cette nouvelle forme de citoyenneté. Elle nécessite de repérer dans la mise en œuvre, la circulation des savoirs entre « sans parts » (illettrés, sourds, décrocheurs, sans papiers…) et « ayant parts » (bénévoles, associatifs, professionnels concernés, politiques…) dans les forums hybrides d’un type particulier que sont les « sensing forums », ceci avec les acteurs, et jusqu’aux décideurs.

Le processus singulier qui se joue ici articule en les intriquant connaissance, action, et savoir scientifique, en ce sens que les savoirs objectivés sont mis à l’épreuve de la discussion : nous nous attachons d’une part aux données recueillies auprès des publics cibles et de leurs relais sous forme d’enquête en observation participante, d’autre part, aux « sensing forums », auxquels participent les protagonistes, qui visent à produire un résultat scientifiquement validé ; ces deux versants associent donc bien connaissance et action.

La citoyenneté profane et la propriété démocratique interrogent l’éducation dans plusieurs directions dans lesquelles s’orienteront les travaux.

D’un point de vue spéculatif :

  1. la citoyenneté en tant que profane, renvoie-t-elle à qu’on appelle ailleurs « éducation publique » ? Quelles sont les formes de la propriété démocratique qui intéresse l’éducation ?
  2. la transmission et ses figures, prenant en compte le processus de contagion, notamment par les milieux traducteurs,

D’un point de vue empirique,

  1. comment les « sans parts » observés font pour résoudre, par exemple, les problèmes :
    1. de l’accompagnement scolaire ;
    2. de l’apprentissage professionnel ;
    3. de la coopération, etc.
  2. comment se réalise la contagion par les milieux traducteurs chez les « ayant parts » solidaires, en prenant en considération le relais universitaire lorsque ces « actes » et leurs enjeux sont présentés en CM par ex. et en accompagnement méthodologique des étudiants associés à la recherche sur le terrain.

5. La collaboration des chercheurs avec les acteurs sociaux dans le domaine spécifiquement dit de la ‘recherche scientifique’. Equipe 6.

Modes d’organisation de la science et logiques d’hybridation des savoirs : la production de connaissances peut-elle échapper à la question du sens ?

Les processus d’hybridation des savoirs sont souvent imputés aujourd’hui aux changements intervenus dans les régimes successifs de production des savoirs qui ont eu pour effet in fine de les mettre en circulation sous forme de biens privés négociables (D. Pestre,) assujettis à de nouvelles normes d’usage et aux changements intervenus dans les modes de régulation de ces savoirs (Jean-Paul Gaudillière). Cette conceptualisation est la marque d’une démarche critique inspirée des « science studies » et des développements contemporains de la sociologie des sciences. L’originalité du projet proposé vise à combler une lacune évidente de cette démarche qui ne parvient pas à rendre compte des transformations dans le système de gouvernance de la science visant à réorienter les articulations entre savoirs et disciplines scientifiques en fonction des transformations souhaitées de l’économie et de la société. En recourant à une approche relevant de l’épistémologie politique et historique la recherche envisagée vise à éclaircir les conditions de possibilité de ces changements dans les modes de gouvernance en montrant la relation étroite qu’entretiennent ces changements avec la promotion de nouveaux modes d’hybridation des savoirs. ns quelle mesure les procédures de pilotage et d’évaluation de la recherche en vigueur dans les différents pays déterminent-elles des stratégies en matière de choix des projets de recherche conduisant à des formes déterminées d’hybridation des savoirs ? Depuis les profondes transformations initiées aux Etats-Unis par Vanevar Bush au lendemain de la seconde guerre mondiale dans le système public de gouvernance de la recherche, trois périodes peuvent être distinguées qui correspondent à trois modèles de gouvernance et de modalités d’hybridation :

-le modèle de la subvention publique transitant par des agences de mission ayant en charge des objectifs nationaux.

-le modèle du contrat (en France l’action concertée depuis les années 60) favorisant les coopérations universités-entreprises dans un cadre où la promotion de l’interdisciplinarité recouvre une logique d’hybridation par traduction (Callon) fondée sur le repérage par cartographie des domaines scientifiques prioritaires parce que constitutifs de verrous au développement des connaissances : ce processus se fonde sur la remise en cause du schéma linéaire recherche fondamentale, recherche appliquée, développement industriel (Dufourt, Foray).

- le modèle contemporain qui est fondé sur l’expertise multiforme et qui organise la coproduction de la science et de l’ordre social (S. Jasanoff, Knorr-Cettina). Face à l’épuisement des ressources publiques, à la dimension des enjeux industriels et sociétaux des révolutions scientifiques en cours  (cas des nanosciences et nanotechnologies) l’activité de recherche est mise en demeure de pourvoir à la réalisation d’objectifs contradictoires : promouvoir l’adhésion du public à des programmes comportant des risques sociaux et environnementaux dont la probabilité d’occurrence échappe à toute évaluation raisonnable, fournir les éléments d’une communication entre acteurs (gouvernements, entreprises, universités, associations, etc..) assujettie à une expertise de nature purement procédurale, développer des programmes susceptibles par leur retombées transversales d’ouvrir des débouchés aux entreprises à la hauteur des sommes colossales investies.

L’hybridation des savoirs revêt ici deux formes complémentaires : celle de la convergence des domaines de recherche et des disciplines dans les sciences dites dures (souvent assurée par les possibilités radicalement nouvelles d’expérimentation qu’autorisent les nouveaux équipements scientifiques), qui est une forme d’assurance pour les pouvoirs publics de pouvoir conserver un certain rôle au niveau de l’animation de la recherche; celle de la technicisation à fins procédurales dans les sciences sociales sommées de produire des connaissances et des savoirs susceptibles de légitimer les immenses bouleversements en cours.

La démarche envisagée consiste à interroger chacune des périodes étudiées en vue de déterminer si les logique d’hybridation des savoirs en vigueur ont pu échapper aux déterminations sociales qui les ont conditionnées et contribuer parfois à leur insu à produire du sens au regard du devenir de la condition humaine. En d’autres termes la production des connaissances a-t-elle contribué à un progrès ou à une régression de la démocratie, question au cœur d’une démarche d’épistémologie politique et historique.  C’est d’ailleurs la réponse à cette question qui pourra fonder la pertinence d’une démarche visant à évaluer les systèmes de gouvernance de la science.

 

V. Résultats attendus

Les résultats attendus portent sur les réponses aux questions concernant la description et l’analyse des savoirs issus des diverses formes de circulation, hybridation et reproblématisation des concepts, dans le processus des échanges entre chercheurs et acteurs sociaux. Ils portent aussi sur une élaboration épistémologique en surplomb.

Des productions scientifiques sous forme d’articles, de recueils issus des séminaires et des journées d’études sont évidemment attendus, ainsi qu’une pratique heuristique de l’interdisciplinarité se concrétisant dans un produit original et en cohérence avec notre problématique générale.

Dans l’optique du présent projet, il apparaît pertinent de mettre en pratique les orientations liées à la circulation et à l’hybridation des savoirs dans des dispositifs incarnant eux-mêmes le partage et la mutualisation en matière de  production des savoirs, et l’interopérabilité de leur mode de diffusion. A cette fin, le projet de recherche entend s’inscrire dans  la perspective d’un espace interdisciplinaire de publication numérique. Parmi les membres s’impliquant dans le projet, on compte en effet plusieurs personnes ressources éminemment qualifiées pour porter et pour réaliser ce produit :

Gérard Wormser, ENS-LSH, directeur de la revue en ligne Sens public, (également membre du comité de rédaction de la revue fondée par J.-P. Sartre Les Temps modernes, par ailleurs membre du conseil scientifique de l’Ecole doctorale EPIC)

Stéphane Simonian, MCF Lyon 2, spécialiste TICE, UMR Education & Politiques

(avec le concours d’Alexis Dedieu, master 2 professionnel Edition critique, Traduction littéraire, Lettres et arts).

La revue Sens public se dispose en effet  à être, par l’intermédiaire de son directeur, partenaire de ce projet. Créée en 2003 sous forme associative, cette revue est aujourd’hui membre du consortium TGE-Adonis-CNRS et espace international de publication en sciences humaines (comité de rédaction international, 400 articles en ligne, 2000 lecteurs par jour grâce à un accès pleinement ouvert, publication en six langues, dont récemment le chinois). Elle assurera une visibilité internationale immédiate pour toutes les publications associées à notre programme de recherche.

Plusieurs éléments, déjà expérimentés par le support partenaire, entreront en ligne de compte dans l’organisation du dispositif numérique en lien avec Sens public:

-Création d’un espace collaboratif dédié aux différentes composantes du programme de recherche, incluant un souci de validation comparée des références et des pratiques

-Partage d’un espace de valorisation des articles issus de la recherche

-Souci de la diffusion internationale

-Volonté d’implication des doctorants, en tant que lecteurs et producteurs, dans le processus critique et de développement des travaux de recherche.

Dans l’intention de pérenniser cette démarche, il sera nécessaire de procéder à l’analyse des compétences mobilisées et à la manière de les stabiliser dans l’Ecole doctorale EPIC.

Ce type de dispositif et de diffusion n’exclut pas la publication ‘classique’ dans des revues papier disposant d’une visibilité nationale et internationale dans chacun des champs disciplinaires concernés (sachant que certains des laboratoires impliqués sont gestionnaires de revue -  par exemple l’UMR Education & politiques, Education et sociétés, revue internationale de sociologie, éditions De Boeck, et qu’une institution partenaire comme l’INRP gère plusieurs revues susceptibles d’accueillir des résultats de cette recherche : Revue française de pédagogie, Recherche et formation). Un n° international d’ Education et sociétés dirigé par Susan Robertson, programmé pour 2010, est par exemple susceptible d’accueillir des articles issus de la recherche CCAS. D’autres revues, où leurs chercheurs ont déjà publié, peuvent être ciblées par les équipes 1 et 2 : Carrefours de l’éducation, Sciences de l’éducation pour l’ère nouvelle, Paedagogica Historica (Francis & Taylor group).

L’équipe 4 prévoit d’adresser des articles à Pratiques psychologiques, Nouvelle revue de psychosociologie, Bulletin de psychologie.

La bibliographie sélective jointe (cf. point III) témoigne de la capacité des chercheurs impliqués à publier dans les meilleures revues des champs concernés. 

 

VI. Retombées potentielles.

Plusieurs actions structurantes sont envisagées dans le courant des 18 mois impartis :

Le projet CCAS contribuera à l’animation scientifique de l’ED EPIC qui en est porteuse. Une première journée doctorale d’étude scientifique sur le thème concerné (Circulation et hybridation des savoirs) est programmée pour l’automne 2008 (14 novembre). Les doctorants des différents laboratoires seront impliqués dans les échanges faisant suite aux communications.

Une seconde journée du même type, plus systématiquement fondée sur les premiers résultats de la recherche sera organisée à l’automne 2009. Ainsi les doctorants, en majorité inscrits dans l’établissement (>300), seront associés aux retombées de la recherche.

Un séminaire rassemblant les équipes impliquées aura lieu pendant la durée de la recherche, à raison d’une séance tous les trois mois. Ce séminaire procèdera à l’invitation de personnalités scientifiques expertes de la problématique concernée, en fonction de leur disponibilité, parmi une liste composée de :

- Bruno Latour, sociologue

- Jean-Marc Lévy-Leblond, épistémologue et physicien

- Jacques Rancière, philosophe

- Daniel Denis, historien

- Tom Schuller (OCDE)

- Bernard Delvaux (Université catholique de Louvain)

- Margaret Goertz (Consortium for Policy Research in Education)

- Jean-Louis Martinand (ENS-Cachan)

- Nicolas Dodier (Groupe de Sociologie Politique et Morale)

Ces séances avec invités seront ouvertes à l’ensemble de la communauté scientifique, notamment aux doctorants.

Les autres séances du séminaire consisteront dans le travail collaboratif des équipes, lequel se déploiera par ailleurs grâce au dispositif numérique ENCENS.

Les doctorants de l’ED EPIC auront d’autres occasions d’être impliqués. Certains d’entre eux peuvent être associés à certains aspects de la recherche (cf. notamment équipe 2). La doctoriale, éventuellement à dimension nationale, de mai 2009 permettra d’entendre des communications – liées à des thèses en cours – sur le thème de la circulation et de l’hybridation des savoirs dans différents domaines et champs disciplinaires couverts par l’ED. Une collaboration privilégiée est envisagée avec l’université de Genève (Département de Psychologie et de Sciences de l’éducation).

Outre la participation scientifique de notre université, via cette recherche, à une problématique éminemment contemporaine, le développement de l’espace numérique ENCENS (cf. point V) lui permettra de rejoindre un nouvel espace international en réseau et multilingue de la diffusion et de la ‘visibilisation’ de travaux  produits par ses enseignants-chercheurs.

 

                                   Le responsable du projet CCAS, André ROBERT, PU Lyon 2.


Carnets de recherche