L’« impératif collégial » en SIC : manifestations et enjeux

Date 5 juin 2009

Céline BRUN-PICARD
Doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication à l’université Claude Bernard Lyon 1
Université de Lyon – ELICO EA 4147 – Ecole doctorale EPIC – celine.brunpicard@orange.fr
 

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, la pratique scientifique est marquée en France par une évolution structurelle continue : sous l’impulsion de l’Etat et des collectivités territoriales, de nouveaux cadres juridiques sont créés pour organiser la recherche en rapport direct avec le monde social (politiques, industriels, associations…) et en faveur de la recherche dite « appliquée » ou « finalisée » [REV 1974]i. Ce mouvement, qui n’est objectivement pas nouveau, semble s’accélérer depuis quelques années, avec la mise en œuvre de nouvelles politiques pour la recherche : pôles de compétitivité, clusters… Le contenu des derniers appels nationaux à la recherche (ANR) contribue encore à affirmer ce que nous appellerons « l’impératif collégial » : le fait scientifique est désormais conçu comme un projet collectif qui ne semble avoir d’existence que pour et par les acteurs sociaux.

De cet impératif collégial découlent d’inévitables contraintes de fonctionnement pour les laboratoires, et l’apparition d’un « malaise » sensible chez les scientifiques, déjà décrit par B. Latour en ce qui concerne l’Institut National de Recherche Agronomique (institut de recherche finalisée) : « [Les scientifiques] considèrent plus ou moins consciemment qu’ils ne sont pas à la hauteur de leur rêve de scientifiques, qu’ils sont en quelque sorte des faillis de la « vraie science » qui doit probablement exister quelque part (ailleurs). » (p. 11) [LAT 1995]. Le rayonnement dans la communauté scientifique française des travaux de S. Krimsky sur la situation états-unienne [KRI 2004], semble illustrer l’inquiétude prégnante quant à une possible altération de la Science.

Dans le cadre de cette communication, nous interrogerons la nature des enjeux de ce nouvel impératif collégial sur la recherche en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC), à la lumière de la dichotomie proposée par B. Latour entre « la science faite » et « la science en train de se faire » [LAT 1995], et de notre propre expérience de doctorant. L’hypothèse que nous éprouverons lors de notre intervention, sera la suivante : les enjeux de ce nouvel impératif sur les SIC sont d’ordre organisationnel plutôt qu’épistémologique. Nous tenterons de la valider sur la base d’une très courte revue de littérature sur la place des acteurs sociaux dans les sciences sociales et particulièrement dans les SIC, et de notre propre expérience de doctorante allocataire en SIC.

Notre thèse de doctorat, précisément, porte sur les dimensions temporelles d’une collection de presse numérisée, conservée et mise en ligne par la Bibliothèque Municipale de Lyonii. Sous la direction de G. Lallich-Boidin et de D. Varry, elle s’inscrit dans le projet de recherche CANU XIXiii, bâti autour de la collection patrimoniale du Progrès Illustré de Lyon (1890-1905), et mené par une équipe pluridisciplinaire formée d’enseignants-chercheurs, principalement issus de l’ENSSIBiv, d’ELICOv, du LIRISvi et du GRESEC-Cristalvii et par le Service de l’Inventaire du Patrimoine Culturel de Rhône-Alpesviii. Elle a fait l’objet de l’attribution d’une allocation de recherche « fléchée », dans le cadre du Cluster 13 de la Région Rhône-Alpesix.

Notre projet de thèse nous permettra d’abord de mettre en exergue certaines manifestations de cet « impératif collégial » que nous proposons ici de définir, et qui institue la recherche comme une pratique sociale complexe où se croisent nécessairement différents centres d’intérêt ; dans notre cas : les intérêts respectifs du chercheur, de l’élu, du service de l’inventaire général du patrimoine culturel et de la bibliothèque.

Nous reviendrons ensuite plus en détail sur les inquiétudes que cette nouvelle forme de construction des faits scientifiques engendre. Remarquant que la sociologie et l’anthropologie des sciences traitent surtout de cas états-uniens, nous présenterons la situation fondamentalement autre des SIC en France, qui se sont toujours alimentées du terrain et de la collaboration des chercheurs avec les acteurs sociaux [MIE 1995].

Nous montrerons enfin que l’impératif collégial sur la pratique des SIC rend sans doute plus aigüe encore la nécessité pour le doctorant de mieux cerner les logiques d’acteurs et les tensions potentiellement existant dans les situations qu’il rencontre [OLI 2007]. De notre point de vue, l’enjeu principal de l’impératif collégial reste néanmoins celui de l’organisation et du fonctionnement des équipes et des laboratoires de recherche : dans le montage des projets de recherche avec les acteurs sociaux, la principale difficulté demeure celle du dialogue entre les différents acteurs [GIL 1998]. Sur ce point, dans les faits, en tant que doctorants, nous sommes assez épargnés par cette difficulté, dont la responsabilité incombe avant tout aux directeurs de thèse et aux écoles doctorales.

 

Bibliographie

[GIL 1998] GILBERT Claude, « Des objets à géométrie très variable. Entretien avec Claude Gilbert », Politix. Revue des sciences sociales du politique, 1998, n° 44, pp. 29-38. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polix_0295-2319_1998_num_11_44_1759 (Consulté le 19 janvier 2009)

[KRI 2004] KRIMSKY Sheldon, La recherche face aux intérêts privés, Pais : Le Seuil, 2004 (version originale parue en 2003). 156 p. (Vu d’Amérique)

[LAT 1995] LATOUR Bruno, Le métier de chercheur : regard d’un anthropologue : une conférence-débat à l’INRA Paris, le 22 septembre 1994, Paris : Institut National de Recherche Agronomique, 1995. 95 p. (Sciences en question)

[MIE 1995] MIEGE Bernard, La pensée communicationnelle, Grenoble : PUG, 1995. 120 p. (La Communication en +)

[OLI 2007] OLIVESI Stéphane, Introduction à la recherche en SIC, Grenoble : PUG, 2007. 332 p. (La Communication en +)

[REV 1974] « IVe Rencontre juridique franco-soviétique (Moscou-Leningrad, 3-14 juin 1974) », Revue internationale de droit comparé, 1974, n° 3, pp. 651-669. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ridc_0035-3337_1974_num_26_3_15579 (Consulté le 19 janvier 2009)

 
i « L’organisation de la recherche scientifique nécessite un cadre juridique. En France il existe trois solutions à ce problème d’organisation : intégrer la recherche à l’enseignement supérieur ; rechercher une autonomie de la recherche scientifique (le C.N.R.S.) ; relier la recherche scientifique à l’action gouvernementale et administrative. On pourrait dire que la première solution vise à la formation des chercheurs, la seconde à la recherche désintéressée et fondamentale et la troisième à la recherche appliquée. A l’heure actuelle cette troisième forme se développe de manière constante. Il ne faut cependant pas séparer ces trois aspects de la recherche scientifique. Le juriste peut agir en permettant une meilleure organisation de la recherche et de la science. » (p. 660) – Sous leur apparente actualité, ces propos ont été tenus en 1974 par M. Ancel, alors Président du Centre français de droit comparé.
ii Bibliothèque Municipale de Lyon (France), La presse régionale illustrée au XIXe siècle [en ligne]. Disponible sur : http://collections.bm-lyon.fr/presseIllustree/ (Consulté le 2 février 2009)
iii Pour une description du projet CANU, cf. site web du Cluster 13 : http://cluster13.ens-lsh.fr/spip.php?article117 (Consulté le 2 février 2009)
iv ENSSIB : Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques (Villeurbanne). http://www.enssib.fr
v ELICO : Equipe Lyonnaise en Sciences de l’Information et de la Communication (Lyon). http://elico-recherche.net
vi LIRIS : Laboratoire d’InfoRmatique en Image et Systèmes d’information (Lyon). http://liris.cnrs.fr/
vii GRESEC : Groupe de Recherche sur les Enjeux de la Communication (Grenoble). L’équipe Cristal du GRESEC est spécialisée dans les domaines de la recherche d’information et du traitement automatique des langues. http://w3.u-grenoble3.fr/gresec/
viii Depuis le 1er janvier 2007, le service de l’inventaire général du patrimoine culturel, qui relevait jusqu’ici du ministre de la Culture, est placé sous l’autorité du président du Conseil régional. Créé en 1964 par André Malraux, ce service a pour mission principale de produire une connaissance scientifique sur le patrimoine des villes et des campagnes, en vue d’alimenter des bases de données sur l’histoire de l’art et des techniques, et de fournir une aide à la décision pour les opérations d’aménagement du territoire.
ix L’objectif central du cluster 13 est de coordonner les recherches pluridisciplinaires portant sur les productions, les objets et les usages sociaux qui engagent sous une forme ou sous une autre une dimension et des enjeux d’ordre culturel et patrimonial, qu’il s’agisse du passé ou du contemporain le plus actuel. Cf. http://cluster13.ens-lsh.fr/

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">


Carnets de recherche