Les répercussions de la relation chercheur/acteur dans la définition de la méthodologie de recherche. L’exemple d’une enquête ethnographique au sein de l’école secondaire inférieure du Canton du Tessin (Suisse)

Date 5 juin 2009

 

Francesco GALETTA
Université de Lausanne – Études doctorales romandes en science de l’éducation

 

Une prémisse initiale est fondamentale : nous n'exposerons pas de résultats de recherche afin d'en évaluer le poids relevant de la collaboration chercheur/acteur, chose tout à fait pertinente mais qui nécessite malgré tout d'une recherche à un état plus ou moins avancé. En ne s'agissant pas de notre cas, nous croyons être intéressant à élaborer le thème proposé de la manière suivante : envisager les conséquences du processus de production du savoir induites par la relation chercheur/acteur sous l'angle de la définition de la méthodologie de recherche.

 

L'étude dont il est question vise à cerner la nature des diverses relations institutionnelles que les élèves entretiennent au cours de leurs multiples expériences. Cela afin de comprendre si des possibles contradictions entre ces relations puissent se révéler problématiques dans le processus de scolarisation.

 

En travaillant directement et longuement à l'intérieur d'une école cantonale, nous nous confronterons à une pluralité d'acteurs sociaux : d'abord à des autorités politiques et institutionnelles (ministère de l'éducation, bureau de l'enseignement secondaire) ; la recherche se construira ensuite sur des profondes liaisons entre nous-mêmes et les élèves, les enseignants, les directeurs d'établissements et les familles des élèves. En ce qui concerne les retombées épistémologiques de ces deux type de relations, il est possible de tracer deux scénarios. Si le premier cas traite d'une collaboration forcée pour éviter de mener une enquête « clandestine », dans le deuxième cas, la collaboration est fondamentale et essentielle. Ces deux relations influencent la manière de se rapprocher du terrain. Il s'agira d'adopter une méthodologie qui sache les encadrer et accompagner. Nous parlons d'encadrement en ce qui concerne le rapport aux autorités politiques et institutionnelles : éviter de parcourir une piste qui soit biaisée par des influences externes aux soucis de la recherche. Nous parlons d'accompagnement dans le cas des autres acteurs sociaux : il s'agira de leur donner la parole à plein titre pour ensuite la confronter au cadre théorique préalablement construit. Cette deuxième dimension sera développée de manière plus approfondie.

 

Il est ici nécessaire de présenter quelques éléments théoriques afin d'éclaircir la distance entre deux conceptions de la nature du savoir : d'une part le savoir en tant que construction réciproque entre l'action du chercheur et celle des acteurs sociaux, d'autre part le fossé qui sépare savoir scientifique et sens commun.

 

La sociologie de l'expérience telle que conçue par Dubet considère toute recherche compréhensive comme une rencontre entre chercheur et acteur (Dubet, 1994). Du moment que l'on considère la parole des acteurs sociaux comme scientifiquement légitime, il y aurait dans toute recherche une confrontation inéludable entre chercheurs et acteurs, confrontation qui est un élément constituant de la sociologie même. Les argumentations que les deux parties mobilisent ne représentent pas des obstacles à la connaissance mais constituent au contraire du matériel scientifique dont le chercheur doit tirer du profit en se douant de la méthode adéquate.

 

Du côté pragmatique (Nachi, 2006), Boltanski et Thévenot tentent de mettre en place une approche qui tienne compte de la capacité des acteurs de s'adapter aux différentes situations de la vie sociale (Boltanski et Thévenot, 1991). En s'écartant des sociologies totalisantes, les auteurs formalisent des concepts d'action différents en fonction des types de situations particulières (Thévenot, 2006). La prise en compte de la pluralité des mondes sociaux et des régimes d'action correspondants permet de réfléchir sous un nouvel angle le débat qui oppose réflexivité et non-conscience de l'acteur. La part de conscience et de réflexivité ne serait donc pas la même dans toute situation sociale (Corcuff, 1998).

 

La distance entre ces approches théoriques et les « modalité de la rupture » est évidente. Ces dernières refusent en fait la pertinence de la reconnaissance réciproque entre chercheur et acteur. En accord à la raison positiviste, la sociologie doit s'éloigner le plus possible des significations du sens commun car les mécanismes de la société sont d'une autre nature que les motifs qui orientent l'action des acteurs : tout fait social ne peut s'expliquer que par d'autres faits sociaux (Durkheim, 2007). La distance est visible aussi par rapport à la tradition critique selon laquelle l'illusion de l'acteur de connaître la nature de sa propre action correspond à un moyen de domination.

 

Il s'agira, en partant d'une synthèse des approches théoriques proposées, d'exposer les dispositions d'une enquête de type ethnographique où les interactions entre chercheur et acteurs constitueront une dimension primordiale.

 

Références

 

- BOLTANSKI L., THÉVENOT L., De la justification. Les économies de la grandeur, Gallimard, Paris, 1991

- DUBET F., « Vraisemblance : entre les sociologues et les acteurs », L'année sociologique, vol. 44, pp. 83-107, 1994

- DURKHEIM E., Les règles de la méthode sociologique, PUF, Paris, 2007 [1895]

- CORCUFF P., « Justification, stratégie et compassion : apport de la sociologie des régimes d'action », Correspondances (Bulletin d'information scientifique de l'institut de recherche sur le Maghreb), Tunis, n° 51, juin 1998

- NACHI M., Introduction à la sociologie pragmatique, Armand Colin, Paris, 2006

- THÉVENOT L., L'action au pluriel. Sociologie de régimes d'engagement, La Découverte, Paris, 2006

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">