Le travail de coopération au sein d’une équipe multiculturelle (franco-roumaine) : enjeux d’une collaboration universitaire et industrielle

Date 5 juin 2009

 

Raluca OPREA CIOBANU*1
Doctorante en Psychologie
Laboratoire ICAR (UMR 5191, ENS), Institut de Psychologie, Lyon 2, 69676 Bron
Marc-Eric BOBILLIER CHAUMON *2
Maitre de Conférences
Laboratoire GRePS (EA, 4163), Institut de Psychologie, Lyon 2. 69676 Bron.

 

Introduction

En raison des diverses évolutions du travail survenues ces dernières décennies (délocalisation, implantation, globalisation), les entreprises cherchent à s'adapter et à développer des produits de plus en plus innovants. Elles essayent d'anticiper les effets de ces mutations afin de déployer de nouveaux modèles organisationnels, basés sur davantage de flexibilité et de transversalité structurelle (Bobillier Chaumon, 2003). Dans cette perspective, les firmes vont ainsi mettre davantage l'accent sur les compétences collectives et sur le développement des pratiques de travail collaboratives. Cette recherche se propose d'examiner les conditions du transfert de compétences dans un contexte multiculturel au sein d'une entreprise française (Centrale Nucléaire) où interviennent des salariés sous-traitants roumains. A travers cette étude nous cherchons à déterminer comment les salariés roumains et français s'approprient de nouvelles compétence et surtout comment ils arrivent à articuler leur travail et leurs pratiques respectives afin d'assurer le maintien de l'organisation (Engestrom & Middleton, 1998 ; Rabardel & Samurçay, 2006 ; Wisner, 1985).

Méthodologie

Dans un premier temps, nous avons eu l'accord de la direction pour interroger les salariés roumains et français présents sur le chantier au moment de notre visite. Nous avons effectué 24 entretiens semi-directifs dont l'objectif était de comprendre la nature de l'activité mise en œuvre (processus, vocabulaires, règles de travail, consignes...). Cette activité consiste à effectuer des opérations de maintenance sur un alternateur (bobine) de centrale nucléaire.

Les personnes interviewées étaient le coordinateur du chantier, le chef de chantier, une partie des chefs d'équipe (4 personnes) et une partie des bobiniers (14 personnes). Les entretiens duraient en moyenne de 45 minutes et abordaient les thèmes suivant : la description de leur activité, les difficultés rencontrées dans le cadre du travail (en lien avec les spécificités culturelles), le transfert des compétences (mise en place des plans d'actions ou de formation, difficultés rencontrées), l'impact des facteurs culturels sur les activités de transfert des compétences, etc. Dans un deuxième temps, nous avons réalisé des observations participatives (2 demi-journées) dont l'objectif était de confronter le discours aux pratiques et activités réellement mise en oeuvre. Nous avons observé plus précisément les séquences d'activités, les interactions entre les personnes, les déplacements, l'utilisation d'outil, les modes opératoire... à travers d'une description narrative. Ces observations ont été enrichies de verbalisations consécutives (auto confrontation enregistrées par magnétophone et retranscrite) réalisées à partir de photographies prises lors de ces séances d'observation (l'enregistrement vidéo étant interdit).

Résultats

Nos premiers résultats portent sur le travail de coordination. Dans ce travail de maintenance, la coordination se réalise principalement par le langage (les chefs de travaux communiquent les consignes, donnent les explications, etc.). Dans notre cas, nous avons constaté que l'articulation et la coordination du travail, en absence du langage (compte tenu de la barrière linguistique), passent d'abord par un travail d'observation de la part des équipes roumaines et par un esprit d'équipe qui s'est formé tout au long des travaux réalisées sur ce chantier : « on est toujours ensemble, on est une équipe, on arrive à se débrouiller ». Le langage n'est plus le principal outil de coordination, les bobiniers (roumains et français) ont trouvé d'autres moyens qui leur permettent d'ajuster leurs actions et interventions. Ces nouveaux moyens de coordination sont basés sur l'usage de l'observation, du gestuel et du regard.

Discussion

Nous souhaitons aborder la problématique de la collaboration des chercheurs avec des représentants de l'entreprise ainsi que les contraints du terrain de recherche.

 

Bibliographie

Bobillier Chaumon, M.E. (2003). Evolution technique et mutations du travail : émergence des nouveaux modèles d'activité. Le travail humain, n 2, 163-194

Engestrom, Y., Middleton, D. (1998). Cognition and communication at work. Cambridge University Press

Rabardel, P., Samurçay, R. (2006). De l'apprentissage par les artefacts à l'apprentissage médiatisé par les instruments. In Barbier, J.M., Durand, M. Sujets, activités, environnements. Approches transverses. PUF

Wisner, A. (1985). Quand voyagent les usines. Essaie d'anthropotechnologie

 

1 Tél : 06 18 27 11 29, Raluca.Ciobanu@univ-lyon2.fr
2 Tél : 04 78 77 31 32, Fax : 04 78 74 22 17, Marc-Eric.Bobillier-Chaumon@univ-lyon2.fr

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Un commentaire pour  “Le travail de coopération au sein d’une équipe multiculturelle (franco-roumaine) : enjeux d’une collaboration universitaire et industrielle”

  1. kafilaxape a dit le 28 août 2009 à 8:22 :

    kafilaxape...

    Online Maze With Scary Face ...

    Répondre

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">