Journée d’études : penser l’analogie politique en philosophie de l’éducation

Le GREPH a pour objet d’étudier les effets du développement des sciences et des techniques sur les représentations sociales et politiques ainsi que sur l’action publique. Il entend ainsi être un lieu de réflexion analysant de manière approfondie notre vie politique par une connaissance plus précise de son environnement scientifique et technique.

Dans le cadre de ses axes de recherche autour de la coproduction de la science et de la société, le GREPH s’intéresse particulièrement au champ de l’éducation. Si les Sciences de l’Education présentent aujourd’hui un caractère composite, en lien permanent avec d’autres champs du savoir, la Science Politique y occupe une place qui reste encore à déterminer.

Le but de cette journée d’étude consiste à solliciter différents acteurs de ces deux champs, menant une réflexion souvent proche par leur objet, afin de penser en commun les transferts de savoirs à l’œuvre. Cette rencontre a pour hypothèse directrice qu’il existe un mode d’acquisition analogique, parfois implicite, de la pensée politique par la philosophie de l’éducation à travers tant ses figures intellectuelles qu’enseignantes.

Institut d’Etudes Politiques de Lyon (salle du conseil, 3e étage)
14 avenue Berthelot – Lyon 7e
Tramway : Centre Berthelot

Programme

 

14h : Accueil des participants (Salle du Conseil)

f

14h30 : L’ingénieur citoyen chez Gaston Berger. Aux origines de l’INSA

Marie-Pierre ESCUDIE

GREPH – ITUS Université Lyon 1

f

John Dewey et l’école comme communauté miniature

Samuel RENIER

GREPH – Institut d’Etudes Politiques de Lyon

f

Discours politique et discours pédagogique : transferts et analogies

Alain VERGNIOUX

CERSE – Université de Caen

g

17h30 : Clôture de la journée

Jacques MICHEL

Directeur du GREPH – Institut d’Etudes Politiques de Lyon

g

Jeudi 25 novembre 2010,

ENTREE LIBRE

 

Contact : Samuel RENIER

Samuel.renier@sciencespo-lyon.fr

http://greph.univ-lyon2.fr/

g

Télécharger la plaquette
g

Séminaire de Pascal Charroin : paysages et patrimoines culturels du sport, patrimoine et acteurs

 

Pascal Charroin

Séminaire Jeudi 11 mars 2010

15h30-16h30

E.D. n° 485, E.P.I.C., U.M.R. Education et Politique, I.S.P.E.F.

Introduction :

Définitions :

– Patrimoine : Selon le dictionnaire Larousse (du latin patrimomium de pater père), ensemble des biens hérités du père et de la mère : biens de famille et patrimoine génétique. Bien héritage commun d’une collectivité, d’un groupe humain. On va donc de l’héritage individuel, à l’héritage familial, jusqu’à l’héritage collectif et culturel. Tout cela montre que le patrimoine fait histoire, il se transmet du passé au présent, de génération en génération. Il est à conserver. Certaines choses sont distinctives et méritent de l’être pour les experts, d’autres le sont pour les profanes. La valeur commémorative des choses est donc individuellement et socialement classée. On peut dire que le patrimoine est passé d’une conception aristocratique du beau, du prestigieux, de l’art jusqu’à une conception identitaire plus proche de la quotidienneté. Le patrimoine devient alors tout autant lieu de contemplation (beau, esthétique), que de commémoration (identité de la quotidienneté) (Cf. GUILLAIN Jean-Yves, « Valorisation du patrimoine mobilier sportif », in Les Cahiers Espaces, n° 88, mai 2006, p.p. 78-85.). Définition de l’UNESCO : « Le patrimoine culturel d’un peuple s’étend aux œuvres de ses artistes, de ses architectes, de ses musiciens, de ses écrivains, de ses savants, aussi bien qu’aux créations anonymes, surgies de l’âme populaire, et à l’ensemble des valeurs qui donnent un sens à la vie. Il comprend les œuvres matérielles et immatérielles qui expriment la créativité de ce peuple ».

– Patrimoine bâti immobilier : ensemble des grands édifices et des monuments historiques (stades, piscines, gymnases, vélodromes…). 44 000 monuments en France, dont 45% d’édifices religieux (Notre Dame de Paris), 15% de constructions antiques (Théâtre antique de Fourvière), 11% châteaux (Chambord) et 29% de « divers ». On évalue à 160 000 les édifices faisant partie du patrimoine bâti. Seulement 600 ont un caractère sportif, selon la base « Mérimée », soit 0,4 %. Ces monuments sont très contemporains.

– Patrimoine mobilier : ensemble des objets et des œuvres d’arts conservés le plus souvent dans des musées (« Musées du sport », in Cahiers Espaces, n° 89, mai 2006, 166 p.). Ensemble des biens culturels juridiquement protégés (Art 14 de la Loi de 1913 : « Les objets mobiliers dont la conservation présente, au point de vue de l’histoire, de l’art, de la science ou de la technique, un intérêt public, peuvent être classés par arrêté ministériel »).

– Patrimoine traditionnel : ensemble des pratiques et des techniques humaines conservées par l’oralité, la fête et les supports médias. Ils font partie du patrimoine immatériel, selon l’U.N.E.S.C.O. Jeux traditionnels spécifiques à une région, ils sont ancrés dans le passé et la tradition populaire. Ils sont instrumentalisés aujourd’hui par les marchands du temple dans le secteur touristique (Nord de la France, Bretagne, Vendée, Pays d’Oc…). Ce patrimoine a une dimension historico-géographique.

– Patrimoine naturel : ensemble des sites écologiques protégés, soit sauvages, soit aménagés culturellement par la main de l’homme (exemple de la tranchée d’Arenberg, traversée par les coureurs de Paris-Roubaix). Interface entre une vision culturelle et écologique, ce patrimoine est fondé sur des critères esthétiques (dimension romantique « rousseauiste »). Ce sont des lieux à forte particularité géologique, doublés de lieux de commémoration d’exploits sportifs (vagues d’Hawaï, Annapurna). Le grand paradoxe de ce patrimoine, c’est qu’il est utilisé pour des raisons de rentabilité économique et en même temps, il doit être protégé (cf. SCHUT Pierre-Olaf, L’exploration souterraine entre science, tourisme et sport, Thèse de Doctorat en S.T.A.P.S., Université Lyon 1, 2005.).

Paysage naturel et culturel « Natural and Cultural Landscapes » : Extension du concept de patrimoine, auparavant limité à l’idée de monument, à un ensemble plus ample qui embrasse tout le champ de la culture de la nature = sauvegarde de paysages culturels. Les concepts de paysage et de paysage culturel ont été définis en 1995 par le Conseil de l’Europe dans le cadre des Chartes Patrimoniales (Recommandation 95/1995, Iphan, 2000). Paysage : « Expression formelle des nombreuses relations qui existent, à une période donnée, entre l’individu, une société et un territoire topographiquement défini dont l’aspect est le résultat d’une action ou de soins spéciaux,de facteurs naturels et humains et d’une combinaison entre ces facteurs ». Le paysage est considéré selon une triple signification culturelle, puisque il est défini et caractérisé par : « La manière dont un territoire déterminé est perçu par un individu ou par une communauté ; par le témoignage qu’il constitue des relations passées et présentes entre les individus et leur environnement et par le fait qu’il aide à spécifier les cultures locales, les sensibilités, pratiques, croyances et traditions. Formé par diverses combinaisons d’éléments naturels et humains qui illustrent l’évolution de la société humaine, de son établissement et du caractère de celui-ci à travers le temps et l’espace, ainsi qu’à la quantité de valeurs reconnues, sociales et culturelles, que ces parties du paysage ont acquises à différents niveaux territoriaux, grâce à la présence d’éléments physiques ayant subsisté, qui reflètent l’usage et les activités exercées en ce pays dans le passé, des expériences ou traditions particulières ou représentées dans des oeuvres littéraires ou artistiques, ou du fait que s’y sont produits des événements historiques ». (De Azevedo Marcondes Maria Jose, « Paysages culturels: concepts et critères de préservation », in Forum UNESCO University and Heritage, 10th International Seminar « Cultural Landscapes in the 21st Century », NewcastleuponTyne, Avril 2005. Un paysage culturel, rappelle Mechtild Rössler, est défini à l’article 1 de la Convention du patrimoine mondial comme étant : « Une oeuvre conjuguée de l’homme et de la nature. Il peut s’agir soit d’un jardin ou d’un parc, soit d’un paysage relique, soit d’un paysage vivant mais marqué par son histoire, soit enfin d’un ‘paysage culturel associatif’, c’est-à-dire un paysage associant un élément naturel à un fait religieux, artistique ou culturel ». Il faut noter l’évolution sensible du patrimoine vers le site et non plus le seul monument, le rejet d’une séparation nette entre nature et culture et la participation des populations au processus d’inscription (Gérard Chouquer, « Patrimoine et paysages culturels » in Actes du colloque international de Saint-Émilion 30 mai-1er juin 2001, Éd. Confluences/EHESS, Renaissance des cités d’Europe, octobre 2001, 354 p. coll. « Des lieux et des liens »).

Paysage naturel sportif : Les formes des installations sportives s’inscrivent dans la création d’une « nature apprivoisée ». La nature est le premier scénario pour le sport. Le concept des aires sportives inclut l’utilisation des paramètres naturels de l’environnement pour l’être humain, afin d’améliorer ses performances. Représenter des aires d’une esthétique exceptionnelle, faire partie du processus écologique et du développement d’écosystèmes, protéger l’intégrité des biens naturels = similitude entre le Paysage Culturel et le paysage créé par certaines installations olympiques.

– Paysage culturel sportif : Le sport symbolise une entité géographique et humaine (chauvinisme, nationalisme, patriotisme), il est organisé de façon associative, il s’apparente donc à un paysage culturel associatif. Il est culturel à plus d’un titre : au sens « éliasien » du terme (symbole de l’homme cultivé, civilisé pour Norbert Elias), il est culturel parce qu’il est un phénomène social lourd, planétaire, incontournable (culturalisme en E.P.S.), certains sports sont des pratiques culturelles distinctives au sens de Pierre Bourdieu donc font de l’être un homme cultivé. Au sens ethnologique, le sport est culture car il incarne le comportement d’une tribu (funboarders, skateboarders, surfers, etc.). Certaines disciplines pratiquées à l’extérieur incarnent l’interaction entre l’homme et la nature (voile, alpinisme, course d’orientation). Une oeuvre architecturale ou un espace culturel avec des qualités de patrimoine universel, doit répondre aux exigences des espaces publics : avoir sa propre identité, être utile, maintenir la richesse de fonctions, posséder différents usages, être beau, être un lieu construit où la nature est présente, être accessible, etc. Les installations olympiques respectent les droits d’un espace public et ont les mêmes caractéristiques par leurs fonctions sociales et économiques. Des textes régissent le type de « paysage culturel » : La Charte d’Athènes de 1931, La Convention de la Haye en 1954, La Charte de Venise de 1964, Déclaration d’Amsterdam 1975, Charte de Quito de 1977.

– Problématique : Comment concilier des stratégies de mise en patrimoine divergentes au regard du statut, des enjeux et des intérêts, dont sont dépositaires les acteurs partie prenante ? .

 Plan : I) Sport, Patrimoine, Paysage Culturel  et Acteurs II) L’exemple du Musée de l’Association Sportive de Saint-Étienne.

I) Sport, Patrimoine, Paysage Culturel et Acteurs

– Pourquoi conserver ? Raison esthétique, raison naturelle (vitale), raison culturelle, raison philosophique : si on s’en réfère à cette dernière et cette avant-dernière, on distingue tradition et modernité. Une tradition ne garde rien en particulier, car elle garde tout : le futur et le présent ne sont qu’un « remake » du passé. Dans une société moderne, au contraire, on transforme, on progresse, donc garder permet de mesurer l’écart entre le passé et le présent. On se moque du passé, l’homme moderne est suffisant vis-à-vis de ses ancêtres. Dans une société post-moderne, caractérisée par l’absence de repères, garder permet d’édifier des frontières dans une société qui n’en a plus (vêtements unisexe). De plus, comme le vieillissement n’a plus de sens, la jeunesse devient le leitmotiv et conserver son passé, c’est faire preuve de nostalgie, c’est vouloir rester jeune en convoquant l’ancien (émissions télé et radio : tubes 60, 70, 80, 90, RTL 2, RFM, Europe 2, « Radio Nostalgie », séries policières anciennes, voitures anciennes relookées, guitares neuves patinées, « vintage »). On peut rajouter que c’est l’idée de nation chère à Norbert Elias qui a permis la « patrimonialisation », car commémoration d’une identité par l’Etat-Nation. De plus, la vie privée se trouve médiée par la notion de bien et service public (collectivisation du patrimoine). La « déferlante patrimoniale » tient aussi à son caractère distinctif.

– Le Musée National du Sport est le seul à avoir le label « Musée de France » (pas ouvert au public et déménagement à Nice). Au plan international, le musée le plus connu (et le seul) est le Musée Olympique de Lausanne. Il fut créé par Coubertin au début du XXème siècle. Comme on l’a dit, on évalue à 160 000 les édifices faisant partie du patrimoine bâti. Seulement 600 ont un caractère sportif, selon la base Mérimée, soit 0,4 %. Peu d’équipements sportifs inscrits à l’inventaire des monuments historiques, difficulté à construire un véritable musée national du sport ouvert au public (rareté des produits culturels en matière de sport), car le sport reste un champ illégitime et dévalorisé à l’opposé de la culture (sous culture populaire). Les universitaires, en biomécanique, en physiologie, en sociologie, en histoire, en science de l’éducation ne s’attachent pas à la dimension artistique et patrimoniale, mais uniquement scientifique. Le sport côtoie le futile, le loisir, l’éphémère. Le patrimoine évoque le vestige, le monument, le religieux, le très ancien. Le sport n’intervient que dans les divers, les ersatz. Que représente le maillot de Zidane, le short de Guy Drut, les pointes de Mimoun par rapport aux monuments prestigieux ? Ne veut-on pas trop conserver du « minable » (selon Lévi-Strauss) ou faire un abus monumental (selon Régis Debray), en consacrant le sport au rang de patrimoine ? Tout devient alors patrimoine : trop de patrimoine ne tue-t-il pas le patrimoine ? Historiquement, le sport et l’E.P.S. ont été des enjeux d’éducation (de 1880 à 1940), puis ensuite des enjeux politiques (Front Populaire, Vichy, De Gaulle sous la Vème République), et enfin de 1984 à nos jours, les enjeux économiques ont été mis en avant, au détriment des enjeux patrimoniaux, culturels et artistiques. Le monument sportif se doit d’être fonctionnel, un point c’est tout ! (CHAZAUD Pierre, « La notion de patrimoine sportif Regard historique et politique », in Les Cahiers Espaces, n° 88 : « Patrimoine sportif et tourisme », mai 2006, p.p. 13-15.). Ainsi, les édifices sportifs sont soumis à la normalisation fédérale et aux impératifs de sécurité. Or dès lors qu’ils n’y correspondent plus, ils sont détruits (Vel d’Hiv Saint-Étienne, 1961).

– Pourquoi le sport ? Car il a un passé (certes récent, XIXème siècle), car il est culture (connaissance des Activités Physiques Sportives et Artistiques.), car il s’est parfois lié à l’art (concours artistiques aux J.O., Opera Nazionale Balilla sous Mussolini en Italie, dimension architecturale en Allemagne sous Hitler, BOLZ Daphné, Les arènes totalitaires Hitler, Mussolini et les jeux du stade, Paris, C.N.R.S. Editions, 2008, 341 p. coll. Histoire.), car il fixe de la temporalité par les records (il donne des dates, des temps, des distances, des poids). De plus, le sport existe dès lors qu’un lieu standardisé s’ouvre à sa pratique, d’où sa monumentalité (stades, gymnases, piscines au XXème siècle, jeu de paume au Moyen Age et à la Renaissance, cirques et arènes à l’époque gallo-romaine, amphithéâtres, palestres et stades sous l’Antiquité). Le sport exalte donc la beauté du geste et de l’architecture : Stade Chaban-Delmas de Bordeaux, Stade de Gerland, hippodrome de Chantilly, Piscine Molitor, stade Le Corbusier à Firminy, etc. Mais il exalte également l’individualisme post-moderne de l’acteur accompli et c’est l’idiosyncrasie du champion qui est recherché (Anquetil, Coppi, Pelé, Noah, Platini, Zidane…). Le patrimoine qui concerne le sport a une dimension parfois artistique (sans utilité immédiate autre que le regard et l’embellissement, selon Michel Raspaud, « Le patrimoine sportif : un capital touristique méconnu », in Marie-Hélène DAMIEN et Claude SOBRY sous la Direction de, Le tourisme industriel, le tourisme du savoir-faire ?, L’harmattan, 2001, p.p. 93-118.), parfois technologique (matériel et équipements sportifs), sociétale (sigles, fanions, drapeaux, symboles), ludique et pédagogique (jeux, jouets), festive (disque, partitions), littéraire (livres), sportive et emblématique (médailles, coupes, trophées). Pêle-mêle, le patrimoine sportif se construit autour de bâtiments, d’équipements (stades, hippodromes, piscines, arènes, remonte-pente), de représentations incluant des œuvres d’art (les boxeurs de Géricault, Degas et ses courses de chevaux, œuvres olympiques, littérature sportive), d’archives audio-visuelles, d’objets emblématiques, de textes, de témoignages oraux, de techniques, de savoirs, de savoir-faire. « Informant sur l’évolution des techniques, sur le statut des hommes et des femmes, sur les conflits internationaux, sur des moments d’effervescence qui ont scandé le temps…, le patrimoine sportif peut être tout à la fois une invitation à la connaissance et une source renouvelée d’émotions » (BROMBERGER Christian, « De la notion de patrimoine sportif », in Les Cahiers Espaces, n° 88 : « Patrimoine sportif et tourisme », mai 2006, p.12). Michel Raspaud classe la patrimonialisation du sport autour de 4 axes : la culture du supporter, le sport dans l’art, le sport et son industrie et la monumentalité sportive (« Le patrimoine sportif : un capital touristique méconnu », in Marie-Hélène DAMIEN et Claude SOBRY, sous la Direction de., Le tourisme industriel, le tourisme du savoir-faire ?, L’harmattan, 2001, p.p. 93-118.). Pour Régis Debray, le sport est à ranger dans les divers et dans la 3ème catégorie « Message » et plus rarement dans la 1ère « Forme » (« Trace, forme ou message », in Les Cahiers de Médiologie, n° 7, 1999, p.p. 30-34.).

 II) L’exemple du Musée de l’Association Sportive de Saint-Étienne1

A) L’origine du projet et les conditions d’une mise en patrimoine

Le projet puise sa source auprès des acteurs et de leurs institutions. Des collectionneurs privés passionnés, comme Alex Mahinc ou Jean Vieillard, voient dans la création du musée un moyen de valorisation symbolique ou/et financière de leur travail de recueil de données, sorte de récompense pour leur investissement affectif. Les salariés de l’A.S.S.E., et notamment le Directeur de la Communication, Eric Fages, dès le milieu des années quatre-vingt-dix, réactivent l’idée. Plus tardivement, en 2006, les élus municipaux, les responsables des Archives Municipales de Saint-Étienne, puis les historiens de l’Université Jean Monnet leur emboîtent le pas. Mais toutes ces personnes sont partiellement guidées dans leur démarche par les événements. Ainsi, la mise en patrimoine apparaît comme un rempart contrecarrant des résultats sportifs décevants et un « turn-over » perpétuel : aller-retour entre Ligue 1 et Ligue 2, succession de Présidents, changements de l’encadrement sportif, roulement de l’effectif joueurs. Bref, la volonté de stabiliser le club démontre que volontarisme et déterminisme forment le maillage d’une telle entreprise. La liberté des acteurs s’entrechoque avec les circonstances objectives pour dessiner les contours de la mise en projet muséale.

Une fois le comité de pilotage constitué par le croisement des acteurs de ce réseau, apparaît très rapidement la volonté, notamment des A.M.S.E., de poser les conditions préalables à la réalisation concrète de cette « patrimonialisation ». Ainsi, au regard du corpus existant et des réalisations de musées à caractère sportif, en particulier de ceux qui conservent la mémoire des grands clubs européens, dix exigences semblent incontournables :

– la dimension mythique, exemplaire, légendaire, non reproductible, mais modélisable et adaptable d’une histoire ;

– la puissance objective de la chose « patrimonialisable » ;

– la surface socialement occupée par le phénomène mis en scénographie ;

– l’existence de fonds baptismaux (le stade) et archivistiques (les murs du musée) objectivant et « tangibilisant » le phénomène ;

– l’intérêt scientifique de ce dernier (problématique, évolution, innovations, continuités, ruptures et saisie de la coulisse) ;

– l’impact économique du fait muséal ;

– le niveau des performances sportives du club concerné ;

– le caractère unique et rare de la chose exposée ;

– la possibilité de conserver, de « sédentariser », tout autant que de « nomadiser » le fonds patrimonial détenu par les A.M.S.E. ;

– la création d’une scénographie compréhensive, attractive et interactive2.

Au regard de ces exigences, la création du musée de l’A.S.S.E. paraît envisageable, compte tenu que bon nombre de critères sont remplis par notre « objet »3. Pour n’en développer que quelques-uns, on constate, par exemple, que le dépôt a déjà été plusieurs fois « nomadisé », suite à l’exposition lors des Journées Européennes du Patrimoine en 2006. Pour ce qui est du caractère rare et inédit, il n’existe pas d’autres musées de club de football en France. L’A.S.S.E. est attachée au fait que celui-ci soit le premier, raison pour laquelle la discrétion des membres du comité de pilotage a été exigée. Pour ce qui est de la scénographie, la possession de nombreux documents vidéo et le caractère, par essence, ludique du football s’accommodent très bien de la volonté de créer de l’interactivité entre la « chose patrimonialisée » et les visiteurs. Enfin, l’intérêt économique du fait muséal n’est pas contestable : la sortie du musée déboucherait sur l’entrée de la « Boutique des Verts » où se vendent les produits dérivés du club. Le seul problème qui subsiste est celui du manque de résultats sportifs, autrement dit de « l’entretien compétitif de la ferveur ». Mais, c’est justement de cette condition qu’est venue l’idée du projet en lui-même. Au final, le musée de l’A.S.S.E. ne remplit donc pas toutes les conditions, mais elle s’en approche dans la plupart des cas, de fort près. Le travail qui consiste à inventorier et à classer le fonds peut donc démarrer.

Finalement, les archives recueillies s’axent prioritairement sur les périodes fastes de l’histoire du club, liant de fait actualité sportive et actualité médiatique4. Mentionnons en ce sens que les « pics » de 1976 et 1999 ne sont pas le fait des archives dites « organiques », c’est-à-dire procédant de l’activité interne du club, mais de photos récupérées, achetées par ses dirigeants. Or il est évident que les commanditaires sont plus attirés par les documents relatant les périodes prospères. Mais, si l’année de l’archive attire rapidement l’œil, un deuxième questionnement s’impose afin de cerner davantage le fonds.

Qui est à l’initiative des dépôts, versements ou dons d’archives ? Pour répondre à cette interrogation, le type de l’archive a été croisé avec son origine5. Le résultat ne fait ici aucun doute : c’est bien le club qui alimente majoritairement le recueil d’archives, et ce quel que soit le type de ces dernières. L’A.S.S.E. ne semble donc manifester aucune volonté de dissimulation. Certes, les archives les plus troublantes ou couvrant les périodes les moins glorieuses sont peu nombreuses et parfois incomplètes. Pourtant, certaines « pièces » sont bien présentes, disponibles, ainsi qu’en témoigne la collection des procès-verbaux des assemblées générales et conseils d’administration de 1959 à 1996, dont 42 pages pour le 8 décembre 1982, date paroxystique de l’affaire de la « caisse noire » !

Enfin, un dernier point mérite réflexion : comment sont collectées les archives ? La provenance de celles-ci illustre leur complémentarité et rend compte de positions différentes en fonction de l’origine6. Les archives privées sont globalement issues de dons. Si celles qui sont publiques proviennent des versements des fonds municipaux (les délibérations du Conseil Municipal, les dossiers de subventions, de contentieux ou de constructions), il en va tout autrement pour les archives issues de l’A.S.S.E. En effet, dans l’optique du musée, le club s’est exclusivement engagé sur un dépôt. Selon l’article 1915 du Code civil : « Le dépôt, en général, est un acte par lequel on reçoit la chose d’autrui, à la charge de la garder et de la restituer en nature ». Il s’agit donc de la seule forme de remise n’entraînant pas transfert de propriété, puisque le dépôt est un contrat par lequel le déposant confie son bien au dépositaire, qui accepte de le garder… tout en s’engageant à le lui restituer, si demande en est faite. Les raisons sont doubles. Si d’abord, le projet de musée doit permettre de récupérer rapidement les archives disponibles, force est d’admettre par ailleurs que l’A.S.S.E. évolue dans un univers sportif où le contentieux ne surprend plus. Le club a donc pris ses précautions quant aux conditions de dépôt, notamment du point de vue de la communication. Son accord préalable et écrit est ainsi nécessaire pour consulter ou reproduire les archives. Le club peut également demander à percevoir des droits. À n’en pas douter, le prisme muséal est ici dessiné, l’intérêt de l’A.S.S.E. se révélant à la fois médiatique et commercial, ce qui n’est pas le cas pour les autres institutions et les autres acteurs qui occupent une position parfois divergente, parfois convergente.

B) Les positions des acteurs : différenciations et convergences

Le projet de musée prend forme par l’agrégation successive de plusieurs acteurs. Comme l’illustre un diaporama de présentation retrouvé dans les versements des services, un premier projet émerge en 1995. En 1996, les A.M.S.E. organisent une exposition de photographies sur la finale de la Coupe d’Europe des Clubs Champions perdue contre le Bayern de Munich, alors même que l’équipe termine 19ème du championnat de France 1995-1996 de Division 1. Reléguée au niveau inférieur, elle ne parvient pas à faire mieux que 17ème la saison suivante. Le club nage alors en eaux troubles, mais la mise en image de sa période faste ne cesse d’alimenter les mémoires. Le projet de musée resurgit à l’aube des années 2000, lorsque l’A.S.S.E., fraîchement remontée parmi l’élite, est pleine d’ambition. Pourtant, l’affaire des « faux passeports », durant la saison 2000-2001, vient contrecarrer la collecte de documents. Les prémices du musée ne sont donc pas si nouvelles, mais c’est bien en 2006 que le projet prend son envol. Là encore, la catalyse provient moins des résultats sportifs, puisque l’A.S.S.E. navigue tant bien que mal dans la deuxième partie du classement de Ligue 1 (13ème en 2005-2006, 11ème en 2006-2007), mais bien plus du trentième anniversaire de la Finale de Glasgow et du soixante-quinzième anniversaire du stade Geoffroy Guichard. Le 15 mai 2006, le Conseil Municipal vote ainsi, à l’unanimité, le dépôt des archives du club aux Archives Municipales de la ville. Le projet est officiellement lancé, la convention de dépôt signée et les différentes initiatives légitimées. Cette même année, pour les Journées Européennes du Patrimoine, les Archives Municipales intitulent leur exposition : « A.S.S.E., un club, notre patrimoine ». Plus qu’une vitrine, c’est un projet global qui est entrepris, mêlant différents acteurs et institutions.

« L’épopée contre la recherche scientifique » pourrait être le sous-titre de cette partie. En effet, les acteurs en charge du projet ont des intérêts différents, divergents. Le club, et en particulier Eric Fages, le Directeur de la Communication, souhaite exposer dans le musée le beau, le positif, le « brillant » et cela pour des raisons de stratégie marketing et de merchandising7. Les responsables des A.M.S.E. recherchent, eux, la quantité, le volume, les « mètres linéaires », afin de légitimer le travail de recueil de fonds auprès des autorités municipales. Les collectionneurs privés espèrent, de leur côté, valoriser financièrement ou/et symboliquement leurs biens. Leur passion pour le club et les « coups de mains » donnés à ce dernier, lors de différentes manifestations méritent bien une forme de reconnaissance. Enfin, les universitaires s’attellent à faire une analyse critique du phénomène en mêlant, tout à la fois, souci du détail et recherche de la coulisse. Leur stratégie de publication les incite à privilégier le dépouillement du fonds, au détriment du travail scénographique.

Du côté de l’A.S.S.E., il y a une volonté de promotionner le club et d’en donner une image positive sur un mode romanesque, « épopesque », pour faire revivre « la fabuleuse histoire de… »8. De l’autre, il y a les archivistes et les universitaires qui sont dans une démarche plus scientifique et donc critique. Le risque étant que : soit est fait du beau, de l’édulcoré et on répond à la stratégie de communication du club, soit s’opère un travail historique, objectif au plan scientifique, mais qui risque de manquer sa cible au niveau de la stratégie marketing. Finalement, un modus vivendi a été trouvé pour positionner les acteurs les uns par rapport aux autres et ainsi résoudre la contradiction entre stratégie de communication et rigueur historique. Ce qui sera exposé au niveau scénographique sera le « beau », véritable vitrine en « On » du musée. Le merchandising aura toute sa place à la sortie qui donnera sur la « Boutique des Verts ». La quantité « neutre », la collecte exhaustive, le recueil des données, le classement, la préservation, le traitement intellectuel et matériel du fonds, la sauvegarde du patrimoine, la mise à disposition d’une logistique de recherche seront confiés aux Archives Municipales de la ville qui, en échange, seront mises en « On » par le club et gagneront ainsi en visibilité. L’analyse historique, scientifique, critique, universitaire s’opèrera en « Off » du musée, dans l’arrière cour, coulisse obscure ou « face cachée » de « l’exposition ». Les collectionneurs privés verront, eux, leur passion récompensée et exposée en public par les légendes accompagnant les différents objets exposés. Finalement, de façon inconsciente, automatique et irréfléchie, les différents acteurs sont tombés implicitement d’accord pour édifier un « plus petit commun multiple ». Il n’y a donc d’événement que s’il parvient à la connaissance d’un grand nombre de personnes9, ce qui est le cas du retentissement collégialement souhaité par les acteurs du projet, tous émus à l’idée de revivre et de faire revivre. Or dans une société où les médias prennent une part de plus en plus large dans la circulation de l’information, les moyens de communication ne manquent pas. L’hypothèse que la presse locale et nationale, sportive ou non, ne manquerait pas de s’emparer de cette actualité, semble, pour le moins, plausible. Déjà, les A.M.S.E. bénéficient d’un public élargi à travers des demandes ponctuelles émanant de journaux locaux comme La Tribune-Le Progrès, La Gazette de la Loire ou de journaux spécialisés tels Maillot Vert, les Cahiers du Football. De plus, alors que la radio favorise l’immédiateté de l’information, la portée de la télévision et d’Internet ne peut pas être occultée. Là aussi, les Archives Municipales ont déjà collaboré avec Onzéo, la chaîne du club, ainsi que la télévision nationale, France 2, pour un reportage sur les maillots lors de l’ex émission dominicale « France 2 Foot »10. Certes, le retentissement souhaité est loin d’être planétaire, mais il est consistant au plan local et national.

Enfin, pour ce qui est de la « créativité » d’un musée de l’A.S.S.E., le recul fait ici trop défaut. Il appartient donc aux historiens d’aujourd’hui et de demain de donner à cet événement sa portée, son rôle et sa place dans l’évolution du club, voire de la ville. Pourtant, une hypothèse s’avère de plus en plus prégnante : elle consiste à percevoir dans la création du musée les jalons d’une ère nouvelle pour le club, ses dirigeants et ses supporters. En effet, un patrimoine commun, matérialisé par le contenu du musée, peut constituer un point d’appui sur un passé valorisé, mais consommé, base d’un regard tourné vers l’avenir.

Conclusion :

 – La patrimonialisation du sport s’oppose à la réglementation fédérale et aux impératifs de sécurité. De plus, le patrimoine du sport semble très émietté.

– Pour Bromberger, il y a patrimonialisation, si l’on donne de l’intelligibilité aux choses, si on les relie entre elles, s’il y a lien entre passé et avenir, s’il y a expérimentation et interaction. En bref, ce qui fait patrimoine, pour lui, c’est le fait qu’une chose du passé permette d’expliquer le présent (BROMBERGER Christian, « De la notion de patrimoine sportif », in Les Cahiers Espaces, n° 88 : « Patrimoine sportif et tourisme », mai 2006, p.p. 8-12).

– Sans les ruines d’Olympie, existerait-il les Jeux Olympiques modernes ? Sans certains stades, qui ont été le reflet de la révolution technologique et architectonique du XXe siècle, les Jeux Olympiques d’aujourd’hui seraient-ils une vitrine du progrès ? L’architecture olympique a écrit une intense histoire propre, témoin d’un phénomène universel et d’une grande popularité. La symbolique olympique marque des espaces culturels, témoin d’une culture qui mérite la labellisation « Patrimoine culturel ». Il faudrait créer une catégorie propre du Mouvement olympique définie comme « Monument, Patrimoine olympique », à condition de maintenir les valeurs propres à l’Olympisme. Dans la catégorie entreraient des oeuvres architecturales, urbanistiques, paysagistes, sculpturales et artistiques.

– N’oublions pas enfin qu’un patrimoine contemporain deviendra un patrimoine ancien dans le futur.

– Des résultats sportifs même sporadiques, accompagnés d’une transmission intergénérationnelle de la ferveur par l’oralité, permettent au mythe stéphanois de se réactiver. Au contraire, avec la disparition des témoins de « l’épopée verte », l’absence de résultats sportifs et l’unique présence des « héritiers de la deuxième ou de la troisième génération de la fièvre verte », le mythe s’écroule et ne demeure que la légende. À croire que celle-ci s’incarne dans la subjectivité, alors que celui-là se constitue structurellement (performances, musée, stade… bâti). La première est humaine, alors que le second est matériel et circonstancié. Si les témoins de « l’épopée » meurent, l’alimentation de la mobilisation, donc la médiatisation du club, passe par des parenthèses sportives (aussi éphémères soient-elles) et par une transmission parfaite de l’oralité intergénérationnelle.

Bibliographie

BAUDORRE (Philippe), BOUCHARENC (Myriam) et BROUSSE (Michel) (sous la Direction de.), Ecrire le sport, Pessac, P.U.B., 2005, 246 p. (coll. « Regards croisés sur le sport ».)

BOLZ (Daphné), Les arènes totalitaires Hitler, Mussolini et les jeux du stade, Paris, C.N.R.S. Editions, 2008, 341 p. (coll. Histoire.)

BROMBERGER (Christian), « De la notion de patrimoine sportif », in Les Cahiers Espaces, n° 88 : « Patrimoine sportif et tourisme », mai 2006, p.p. 8-12.

« Musées du sport », in Cahiers Espaces, n° 89, mai 2006, 166 p.

CAUMEIL (Jean-Guy), CHARROIN (Pascal), LIGNON (Fanny) et NOURRISSON (Didier), Fixité de l’image et mobilité des corps. L’enseignement de l’éducation physique et des sports par le film, Saint-Étienne, P.U.S .E., 2008, 200 p.

CHARRETON (Pierre), Les fêtes du corps Histoire et tendances de la littérature à thème sportif en France 18701970, Université de Saint-Étienne, C.I.E.R.E.C., Travaux XLV, 1985, 172 p.

CHARROIN (Pascal) et TERRET (Thierry), Une histoire du water-polo L’eau et la balle, Paris et Montréal, L’Harmattan, 1998, p.p. 7-13. (coll. Espaces et Temps du Sport.). CHARROIN (Pascal), « Un football ouvrier dans le ‘chaudron’ ? Le cas de l’A.S. Saint-Étienne », in BAYON (Jacqueline), DEPEYRE (Michel), SAGNARD (Jérôme) et SIGEL (Christian), Colloque : Football et sociétés autour de l’A.S. SaintÉtienne, mythe ou réalité ? , Institut des Etudes Régionales et des Patrimoines I.E.R.P.-M.R.A.S.H.-Université Jean Monnet, Saint-Étienne, Stade Geoffroy Guichard, jeudi 11 mai, 14h40-15h.

CHARTIER (Roger) et VIGARELLO (Georges), « Les trajectoires du sport Pratiques et spectacles », in Le Débat, n° 19, février 1982, p.p. 35-41.

CHAZAUD (Pierre), « La notion de patrimoine sportif Regard historique et politique », in Les Cahiers Espaces, n° 88 : « Patrimoine sportif et tourisme », mai 2006, p.p. 13-15.

DAGOGNET (François), Les outils de la réflexion, Le Plessis-Robinson, Institut Synthélabo pour le progrès de la connaissance, 1999 (coll. Les Empêcheurs de Tourner en Rond.).

DEBRAY (Régis), « Trace, forme ou message », in Les Cahiers de Médiologie, n° 7, 1999, p.p. 30-34. DEBRAY (Régis), « De l’abus monumental », in Les Cahiers de Médiologie, n° 7, 1999, p.p. 103-114.

DECOIN (Henry), « Le knock down », in Quinze rounds. Histoire d’un combat, Paris, Flammarion, 1930, p.p. 151-152.

DURRY (Jean) et DAUZIER (Pierre), Le chant du sport les plus beaux textes, Paris, Table Ronde, 2006, 399 p.

EHRENBERG (Alain), « Des jardins de bravoure et des piscines roboratrices. Le sport, parcours de pouvoirs », in Les Temps Modernes, n° 399, octobre 1979. EHRENBERG (Alain), « Aimez-vous les stades ? Architecture de masse et mobilisation », in Recherches, n° 43, avril 1980, p.p. 25-42.

ELIAS (Norbert) et DUNNING (Eric), Sport et civilisation La violence maîtrisée, Fayard, 1994, 392 p.

GAUCHER (Julie), « Les romans de boxe ou l’affirmation de la virilité », in ROGER (Anne) et TERRET (Thierry), Sport et genreVolume 4- Objets, arts et médias, Budapest, Kinshasa, Turin et Ouagadougou, L’Harmattan, 2006, p.p. 105-119 (coll. Espaces et Temps du Sport.)

GERBAULT (Alain), Le grand départ, p.p.207-209.

GRANJEON Guillaume, Le peuple vert Histoire des publics de l’Association Sportive de Saint-Étienne 19452008 Des tribunes à l’image de la cité ? , 2007-2008, Université Jean Monnet Saint-Étienne Faculté des Sciences Humaines et Sociales-Département Histoire, Master 1 Pro « Territoire Patrimoine et Environnement », soutenance I.E.R.P. de Saint-Étienne, le 3 juillet 2008, 172 p.

GUILLAIN (Jean-Yves), Art et Olympisme Histoire du concours de peinture, Anglet, Atlantica, 2004, 251 p (coll. Sport et Mémoire/Musée National du Sport.). GUILLAIN (Jean-Yves), « Valorisation du patrimoine mobilier sportif », in Les Cahiers Espaces, n° 88, mai 2006, p.p. 78-85. GUILLAIN (Jean-Yves), Les affiches sportives durant l’entre-deux-guerres 19191939, Thèse S.T.A.P.S., Université Claude Bernard Lyon I, 2006.

HARAUCOURT (Edmond), « Les joies du patinage », in Les joies du sport Chronique, p.p. 227-231.

LE GERMAIN (Elisabeth), Le stade de Gerland, Mémoire D.E.A. S.T.A.P.S., U.F.R. S.T.A.P.S.-Lyon 1, 1993, p.p. 36-47. LE GERMAIN (Elisabeth), « Lyon, … une longueur d’avance », in Carrefours de l’Histoire du Sport, Aix-en-Provence, 1995.

DE MONTHERLANT (Henri), Les Olympiques, Paris, Gallimard, 1924, réédition 1973. (coll. Folio.)

MORAND (Paul), « Aurore », in Champions du monde Tome 1, Paris, Grasset, 1930, réédition 1990, p.p. 49-67.

PROUTEAU (Gilbert), Anthologie des textes sportifs de la littérature, 1950.

RASPAUD (Michel), « Le patrimoine sportif : un capital touristique méconnu », in DAMIEN (Marie-Hélène) et SOBRY (Claude) (sous la Direction de.), Le tourisme industriel, le tourisme du savoir-faire ?, L’harmattan, 2001, p.p. 93-118. RASPAUD (Michel), « Mise en tourisme du patrimoine sportif bâti », in Les Cahiers Espaces, n° 88 : « Patrimoine sportif et tourisme », mai 2006, p.p. 24-35.

ROSNY-AINE (Joseph-Henry), « Les joies des poids et haltères », in Les Joies du sport, p.p. 388-390.

SCHUT (Pierre-Olaf), L’exploration souterraine entre science, tourisme et sport, Thèse de Doctorat en S.T.A.P.S., Université Lyon 1, 2005.

1 Pascal Charroin et Loïc Szerdahelyi, « Créer un musée du sport pour rester dans l’actualité médiatique : l’exemple de l’A.S.S.E. », in Colloque 13èmes Carrefours d’Histoire du Sport : Sports et Médias (XIX-XXème siècles), L’Harmattan, 2010, 12 p. (coll. Espaces et Temps du Sport.).

2 Bissonnier, Sylvain, Fages, Eric, Granger, Frédéric et Porte, Corinne, Note d’orientation pour la rédaction d’un Programme Scientifique et Culturel (P.S.C.) pour le futur musée de l’A.S.S.E., in Archives Municipales de Saint-Étienne et Institut des Etudes Régionales et des Patrimoines (E.A. 3723), 15 septembre 2006, 10 p.

3 Charroin, Pascal, Un football ouvrier dans le « chaudron » ? Le cas de l’A.S. Saint-Étienne, in Dietschy, Paul, Pfeil, Ulrich et Paravicini, Wemer (sous la dir. de), Football et identité en France et en Allemagne, Lille, Septentrion, 2009, 20 p.

4 À l’évidence, cela s’explique surtout par la typologie des documents conservés : beaucoup proviennent du service « Communication et Développement » et peu d’autres secteurs.

5 Se référer au graphique : « L’origine des archives croisée avec leur type ».

6 Se référer au graphique : « La provenance des archives ».

7 Raspaud, Michel, Le patrimoine sportif : un capital touristique méconnu, in Damien, Marie-Hélène et Sobry, Claude (sous la dir. De), Le tourisme industriel, le tourisme du savoir-faire ? , L’Harmattan, 2001, pp. 93-118 et Raspaud, Michel, Mise en tourisme du patrimoine sportif bâti, in Les Cahiers Espaces, n°88 : Patrimoine sportif et tourisme, mai 2006, pp. 24-35.

8 Durry, Jean et Dauzier, Pierre, Le chant du sport les plus beaux textes, Paris, La Table Ronde, 2006, 399 p.

9 Winock, Michel, Op. Cit., p. 34.

10 Cette émission fut diffusée lors de la saison 2007/2008.

Figures du maître ignorant

 

Figures du Maître ignorant : savoir & émancipation . Directeur d’ouvrage : Marc DERYCKE, Michel PERONI

Contemporain de Condorcet et autres concepteurs du projet de l’École de la République mis en oeuvre par J. Ferry, Joseph Jacotot fut le promoteur malheureux et bien vite oublié d’un tout autre projet, en posant l’axiome de l’« égalité des intelligences » et en indiquant dans la posture du « maître ignorant » la modalité de sa mise en oeuvre à même l’apprentissage. Il appartient à Jacques Rancière d’avoir, dans son ouvrage Le Maître ignorant, exhumé la proposition de Jacotot, de l’avoir réfléchie en tant qu’elle invite à une refonte de la conception de ce qu’est l’apprendre dans une perspective d’émancipation, et d’avoir pris, ce faisant, toute la mesure de sa teneur politique.

Dans le sillage de la relecture rancièrienne, nous voudrions documenter ici ce qui constitue pour nous la triple actualité de l’argument formulé par Jacotot : au regard d’un système éducatif maintenant placé sous le signe de l’« autonomie » de l’apprenant ; au regard d’une société désormais pédagogisée de part en part (que ce soit sous l’aspect de l’information qui l’innerve ou sous celui de la critique qui y prolifère) ; au regard enfin des développements ultérieurs de l’analyse de la politique opérée par J. Rancière. Documenter d’abord les modalités par lesquelles se manifeste, dans le monde social d’aujourd’hui, la figure aliénante du maître explicateur avec le savoir qui l’autorise. Mais documenter aussi les expériences, toujours situées, dans lesquelles se cherchent, s’éprouvent, s’expérimentent des modalités d’apprentissage émancipatoires…

Téléchargez le bon de commande du livre ici 

La perpendicularité des savoirs : naissance d’un objet – de recherche – tridimensionnel

François Lombard
Ecole doctorale EDSE , dans le cadre du laboratoire TECFA de la FAPSE de l’université de Genève

Le présent appel à communication s’adresse aux doctorants de l’école doctorale EPIC (Lyon-Saint- Etienne) et des Etudes doctorales en Sciences de l’Education. Il a pour thème :

« La collaboration des chercheurs avec les acteurs sociaux dans différents domaines : Quels enjeux épistémologiques pour la recherche scientifique ? »

Dans le cadre d’une collaboration avec l’Ecole doctorale EDSE de l’Université de Genève les doctorants ont été invités à soumettre une proposition.Un délai supplémentaire est accordé aux doctorants genevois.

 

Quelle peut être l’influence des partenariats entre discipline de référence, sciences de l’éducation et enseignement sur la nature des savoirs construits dans la collaboration ? A travers l’exemple du cheminement d’une recherche menée par un enseignant-formateur, nous souhaitons articuler la question des enjeux épistémologiques de la collaboration des chercheurs en éducation à la société avec 3 formes de savoirs : les savoirs disciplinaires, les savoirs des sciences éducatives et les savoirs enseignants (Tardif, Lessard, & Lahaye, 1991). Nous discuterons comment ces partenariats ont été éclairés tantôt par les savoirs développés, tantôt par les contradictions qui émergent et ont finalement contraint le positionnement épistémologique de la recherche.

La recherche étudiée est menée par un enseignant-formateur. Elle met en évidence un ensemble de changements profonds de la discipline de référence : les possibilités de traitement de l’information en biologie renouvellent les façons d’expérimenter, de construire des connaissances, modifient les questions traitées, les stratégies de recherche. Certaines valeurs et fondements épistémologiques qui fondent la discipline et l’identité professionnelle sont bousculés. Collectivement nous appellerons ces changements Biologie InStrumentée par les Technologies (BIST), en référence à (Rabardel, 1995).

Cette recherche prend naissance dans l’élaboration de formations continues – destinées à des enseignants en biologie – organisées en partenariat avec des chercheurs en bioinformatique. Nous verrons – sur la base des traces – comment les confrontations entre enseignantformateur et les chercheurs ont d’abord porté sur des outils et des savoirs de référence, en vue de définir les savoirs disciplinaires qui seraient enseignés.

Nous discuterons ensuite comment un deuxième partenariat a développé les interactions autour de savoirs enseignants : les évaluations des participants et les discussions avec les responsables des formations continues ont porté principalement sur les compétences à développer.

Nous discuterons les influences sur l’orientation de la recherche d’un troisième partenariat avec des chercheurs en biologie. En effet, on a pu relever une discordance considérable entre l’activité BIST, largement pratiquée, et celle décrite ou enseignée. On peut y voir un rejet du changement, qui mène à des formations « sur le tas » peu structurées (NRC, 2003). Ce paradoxe a induit un élargissement du cadre explicatif de la recherche qui a convoqué des savoirs issus des sciences de l’éducation. Nous discuterons comment un regard sociologique peut expliquer ces résistances venant du coeur même de la biologie (Kuhn, 1972). Dans ce même partenariat enseignant-formateur avec des spécialistes disciplinaires, nous tenterons de comprendre leur difficulté à aborder les savoirs enseignants et à voir leur expertise mise en analyse par d’autres champs de recherche et par un acteur dont la compétence n’est pas spontanément reconnue. Nous discuterons l’influence sur sa crédibilité auprès de ces spécialistes d’une publication électronique (une mise en perspective de l’actualité scientifique démontrant des savoirs disciplinaires).

Nous discuterons comment le quatrième partenariat, entre l’enseignant-formateur devenu chercheur et les praticiens ou formateurs scolaires a été plutôt ambigu. Nous tenterons d’interpréter cette communication inefficace avec Huberman comme une dissonance entre une production de savoirs enseignants généralisés et une attente de savoirs disciplinaires immédiatement utilisables, à caractère instrumental et exprimés sur un ton « apostolique » (Huberman, 1986).

Enfin nous discuterons comment la tension entre militantisme et recherche – qui traverse le monde de l’éducation (Hofstetter & Schneuwly, 1998) – a déterminé les méthodes de la recherche et ses questions.

Hofstetter, R., & Schneuwly, B. (1998). Sciences de l’éducation entre champs disciplinaires et champs professionnel. In R. Hofstetter & B. Schneuwly (Eds.), Le pari des sciences de l’éducation, (pp. 7-25. ). Bruxelles: De Boeck.

Références

 Huberman, M. (1986). Répertoires, recettes et vie de classe : comment les enseignants utilisent les informations. In M. Crahay & L. D. (Eds.), L’art et la science de l’enseignement. (Vol. 2, pp. 151- 185). Bruxelles: De Boeck.

Kuhn, T., S. (1972). La structure des révolutions scientifiques. Paris: Flammarion.

NRC. ( 2003). BIO2010: Transforming Undergraduate Education for Future Research Biologists(No. ISBN: 0-309-08535-7): National Research Councilo. Document Number)

Rabardel, P. (1995). Les hommes et les technologies, approche cognitive des instruments contemporains. Paris: Armand Colin.

Tardif, M., Lessard, C., & Lahaye, L. (1991). Les enseignants des ordres d’enseignement primaire et secondaire face aux savoirs: Esquisse d’une problématique du savoir enseignant. Sociologie et sociétés, 23(1), 55-69.

Le travail de coopération au sein d’une équipe multiculturelle (franco-roumaine) : enjeux d’une collaboration universitaire et industrielle

 

Raluca OPREA CIOBANU*1
Doctorante en Psychologie
Laboratoire ICAR (UMR 5191, ENS), Institut de Psychologie, Lyon 2, 69676 Bron
Marc-Eric BOBILLIER CHAUMON *2
Maitre de Conférences
Laboratoire GRePS (EA, 4163), Institut de Psychologie, Lyon 2. 69676 Bron.

 

Introduction

En raison des diverses évolutions du travail survenues ces dernières décennies (délocalisation, implantation, globalisation), les entreprises cherchent à s’adapter et à développer des produits de plus en plus innovants. Elles essayent d’anticiper les effets de ces mutations afin de déployer de nouveaux modèles organisationnels, basés sur davantage de flexibilité et de transversalité structurelle (Bobillier Chaumon, 2003). Dans cette perspective, les firmes vont ainsi mettre davantage l’accent sur les compétences collectives et sur le développement des pratiques de travail collaboratives. Cette recherche se propose d’examiner les conditions du transfert de compétences dans un contexte multiculturel au sein d’une entreprise française (Centrale Nucléaire) où interviennent des salariés sous-traitants roumains. A travers cette étude nous cherchons à déterminer comment les salariés roumains et français s’approprient de nouvelles compétence et surtout comment ils arrivent à articuler leur travail et leurs pratiques respectives afin d’assurer le maintien de l’organisation (Engestrom & Middleton, 1998 ; Rabardel & Samurçay, 2006 ; Wisner, 1985).

Méthodologie

Dans un premier temps, nous avons eu l’accord de la direction pour interroger les salariés roumains et français présents sur le chantier au moment de notre visite. Nous avons effectué 24 entretiens semi-directifs dont l’objectif était de comprendre la nature de l’activité mise en œuvre (processus, vocabulaires, règles de travail, consignes…). Cette activité consiste à effectuer des opérations de maintenance sur un alternateur (bobine) de centrale nucléaire.

Les personnes interviewées étaient le coordinateur du chantier, le chef de chantier, une partie des chefs d’équipe (4 personnes) et une partie des bobiniers (14 personnes). Les entretiens duraient en moyenne de 45 minutes et abordaient les thèmes suivant : la description de leur activité, les difficultés rencontrées dans le cadre du travail (en lien avec les spécificités culturelles), le transfert des compétences (mise en place des plans d’actions ou de formation, difficultés rencontrées), l’impact des facteurs culturels sur les activités de transfert des compétences, etc. Dans un deuxième temps, nous avons réalisé des observations participatives (2 demi-journées) dont l’objectif était de confronter le discours aux pratiques et activités réellement mise en oeuvre. Nous avons observé plus précisément les séquences d’activités, les interactions entre les personnes, les déplacements, l’utilisation d’outil, les modes opératoire… à travers d’une description narrative. Ces observations ont été enrichies de verbalisations consécutives (auto confrontation enregistrées par magnétophone et retranscrite) réalisées à partir de photographies prises lors de ces séances d’observation (l’enregistrement vidéo étant interdit).

Résultats

Nos premiers résultats portent sur le travail de coordination. Dans ce travail de maintenance, la coordination se réalise principalement par le langage (les chefs de travaux communiquent les consignes, donnent les explications, etc.). Dans notre cas, nous avons constaté que l’articulation et la coordination du travail, en absence du langage (compte tenu de la barrière linguistique), passent d’abord par un travail d’observation de la part des équipes roumaines et par un esprit d’équipe qui s’est formé tout au long des travaux réalisées sur ce chantier : « on est toujours ensemble, on est une équipe, on arrive à se débrouiller ». Le langage n’est plus le principal outil de coordination, les bobiniers (roumains et français) ont trouvé d’autres moyens qui leur permettent d’ajuster leurs actions et interventions. Ces nouveaux moyens de coordination sont basés sur l’usage de l’observation, du gestuel et du regard.

Discussion

Nous souhaitons aborder la problématique de la collaboration des chercheurs avec des représentants de l’entreprise ainsi que les contraints du terrain de recherche.

 

Bibliographie

Bobillier Chaumon, M.E. (2003). Evolution technique et mutations du travail : émergence des nouveaux modèles d’activité. Le travail humain, n 2, 163-194

Engestrom, Y., Middleton, D. (1998). Cognition and communication at work. Cambridge University Press

Rabardel, P., Samurçay, R. (2006). De l’apprentissage par les artefacts à l’apprentissage médiatisé par les instruments. In Barbier, J.M., Durand, M. Sujets, activités, environnements. Approches transverses. PUF

Wisner, A. (1985). Quand voyagent les usines. Essaie d’anthropotechnologie

 

1 Tél : 06 18 27 11 29, Raluca.Ciobanu@univ-lyon2.fr
2 Tél : 04 78 77 31 32, Fax : 04 78 74 22 17, Marc-Eric.Bobillier-Chaumon@univ-lyon2.fr

Participation des acteurs sociaux : les programmes de recherche sur la Biodiversité

 

Clémence Emprin,
Doctorante Culture, Communication et Société. Ecole normale supérieure lettres et sciences humaines
Science de l’information et de la communication

 

Le domaine de l’écologie constitue un terrain particulièrement intéressant pour aborder les rapports des scientifiques avec leurs divers partenaires. La critique du mouvement écologiste questionnant le rapport entre technologie, croissance et bien-être est liée à la remise en cause de la place de la science dans l’espace public. Dans les années 70, on assiste à une politisation des questions habituellement traitées comme techniques (Bonneuil, 2004), ainsi qu’à la construction d’un discours sur la participation politique aux choix scientifiques et techniques (Quet, 2008). Si la production de connaissance en écologie est liée aux relations entretenues avec des acteurs locaux (Scheinder, 2000), les partenariats avec acteurs politiques et gestionnaires sont d’autant plus importants que la crise écologique génère une multitude d’objets hybrides qui amènent à réviser les modes de décision (Latour, 2004).

La tendance à articuler différents points de vue est particulièrement perceptible avec la question de la biodiversité qui se présente comme une opportunité d’actualisation du projet interdisciplinaire de l’écologie scientifique (Barbault, 1996). Ce concept holiste articule différents niveaux d’organisation du vivant et réintègre la dimension anthropique des systèmes naturels. Le concept de biodiversité (Wilson, 1988) a connu un grand succès jusqu’à se constituer comme thème structurant pour la communauté de recherche. Réseaux de recherche, instituts, fondations et programmes de recherche se sont mis en place dès les années 1990, ces derniers portant une attention toute particulière au le lien avec les décideurs politiques et les gestionnaires des espaces naturels. Avec cette structuration scientifico-politique autour de la biodiversité, quel rôle effectif est donné au chercheur ?

 Les programmes de recherche sur la biodiversité sont les opérateurs de cette structuration et constituent l’espace d’un dialogue entre les différents acteurs. Le travail d’analyse porte principalement sur quatre programmes nationaux1, un programme international, diversitas, et deux programmes européens2. Notre corpus est alors constitué des appels à proposition de recherche, textes en circulation, que l’on ne peut dissocier des modalités de leur mise en ligne. En effet, démontré dans notre travail, l’inscription de dimensions communicationnelles est très forte dans les dispositifs de production de connaissance. Plateformes, sites spécifiques et réseaux sont des dispositifs qui contraignent les pratiques de communication, ce sont ces implications de communication (Jeanneret, 2008) qui renseignent sur les représentations sous-jacentes des relations entre chercheurs et acteurs sociaux.

Ces modèles de communication entre acteurs sont à mettre en parallèle avec les postures énonciatives qu’adoptent les chercheurs3 – en tant que fonctionnaires d’une institution publique, en tant que représentants de la communauté scientifique – auxquelles ils font préférentiellement correspondre certaines pratiques de communication. Ce sont finalement ces situations de communication4 qui permettent de rendre de compte de l’évolution du mode d’investissement publique du chercheur. Ces éléments d’analyse sensibilisent aux rôles que nos partenaires tendent à attribuer aux chercheurs ; la conclusion, sous forme d’ouverture réflexive, portera sur notre implication dans le cluster 145.

 

BARBAULT, Robert (1996). « L’écologie, une science de la nature à l’épreuve d’enjeux de société », Natures, Sciences, Sociétés, 4, p 372-380.

BONNEUIL, Christophe (2004). « Les transformations des rapports entre science et société en France depuis la seconde guerre mondiale : un essai de synthèse », p.15-40 in Joëlle Le Marec, Igor Babou (dir.) / Actes du colloque Sciences, médias et société. Lyon, 15-17 juin.

JEANNERET, Yves (2008). Penser la trivialité, la vie triviale des êtres culturels. Paris : Hermès Sciences/Lavoisier.

LATOUR, Bruno (2004). Politiques de la nature, comment faire entrer les sciences en démocratie. Paris : Découverte.

QUET, Matthieu (2008). « Critique des sciences et participation politique : discours sur la science au peuple et notion de participation dans la France des années 70 » Généalogies de la démocratie participative, Journée d’étude, Paris 8-9 février, Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Val de Seine.

SCHNEIDER, W. Daniel (2000). « Local Knowledge, Environmental Politics, and the Founding of Ecology in the United States: Stephen Forbes and « The Lake as a Microcosm » (1887) » Isis, vol. 91, N°4, p 681-705.

WILSON, E. O. (1988), BioDiversity, Washington: National Academy Press.

1 Programme Nationale Dynamique de la Biodiversité et Environnement (PNDBE), Biodiversité et gestion forestière (BGF), Action Publique, Agriculture et Biodiversité (DIVA), ainsi que les projets lancés par l’Institut Français de la Biodiversité (IFB, 6 projets de 2000 à 2008)

2 Biodiversa et TEEB (the economy of ecosystem and biodiversity)

3 Analyse d’un corpus d’une quinzaine d’entretien avec des chercheurs, écologues, impliqués dans divers programmes de recherche.

4 Ce qui permet d’articuler les pratiques, les dispositifs et les espaces de communication.

5 Cluster 14 « Enjeux et représentations des sciences, des technologies et de leurs usage » est la structure d’interface entre la région Rhône-Alpes et les chercheurs

Le psychologue face à la construction des pratiques et des théories en protection de l’enfance dans un contexte d’urgence

 

ONGUENE NDONGO Théodore – 
Centre de Recherche en Psychopathologie et Psychologue Clinique (CRPPC)
Université Lumière Lyon 2

 

 La protection de l’enfance dans les pays émergents et surtout dans les contextes d’urgences (Guerre, catastrophes naturelles, pauvreté extrême) est un champ en en construction et donne lieu à des interventions multisectorielles. Ainsi interviennent juristes, médecins, nutritionnistes et autres spécialités. Force est de constaté que dans ce cadre l’implication des psychologues est souvent tardive dans ces programmes de protection. Et cette arrivée tardive à une incidence sur la diffusion, la prise en compte des théories et pratiques psychologiques dans le suivi des enfants.

Bien que dans ces contextes, les mesures de sécurité soient volatiles et mettent les intervenants eux-mêmes dans une très grande insécurité psychique, je pense qu’il est nécessaire de mettre au travail des pratiques d’interventions du psychologue au plus près de tels contextes. En me basant sur mon expérience de recherche et de travail avec les enfants soldats à Goma en République Démocratique du Congo, je propose de saisir les modalités d’émergence d’une pratique (et d’une théorie possible) de suivi psychologique et social d’enfants dans une interaction entre différentes pratiques, celles de psychologue, d’éducateurs, de médecins et d’infirmiers.

Après avoir présenté la situation de travail avec les enfants soldats, exploré les différents positionnements possibles du psychologue dans ce contexte, nous reviendrons sur la difficulté de l’abord psychologique de telles situations de détresse. Enfin, je présenterais les modalités de notre collaboration avec des acteurs sociaux et comment celle-ci a eu une incidence sur les résultats de ma recherche.

 

 

Les répercussions de la relation chercheur/acteur dans la définition de la méthodologie de recherche. L’exemple d’une enquête ethnographique au sein de l’école secondaire inférieure du Canton du Tessin (Suisse)

 

Francesco GALETTA
Université de Lausanne – Études doctorales romandes en science de l’éducation

 

Une prémisse initiale est fondamentale : nous n’exposerons pas de résultats de recherche afin d’en évaluer le poids relevant de la collaboration chercheur/acteur, chose tout à fait pertinente mais qui nécessite malgré tout d’une recherche à un état plus ou moins avancé. En ne s’agissant pas de notre cas, nous croyons être intéressant à élaborer le thème proposé de la manière suivante : envisager les conséquences du processus de production du savoir induites par la relation chercheur/acteur sous l’angle de la définition de la méthodologie de recherche.

 

L’étude dont il est question vise à cerner la nature des diverses relations institutionnelles que les élèves entretiennent au cours de leurs multiples expériences. Cela afin de comprendre si des possibles contradictions entre ces relations puissent se révéler problématiques dans le processus de scolarisation.

 

En travaillant directement et longuement à l’intérieur d’une école cantonale, nous nous confronterons à une pluralité d’acteurs sociaux : d’abord à des autorités politiques et institutionnelles (ministère de l’éducation, bureau de l’enseignement secondaire) ; la recherche se construira ensuite sur des profondes liaisons entre nous-mêmes et les élèves, les enseignants, les directeurs d’établissements et les familles des élèves. En ce qui concerne les retombées épistémologiques de ces deux type de relations, il est possible de tracer deux scénarios. Si le premier cas traite d’une collaboration forcée pour éviter de mener une enquête « clandestine », dans le deuxième cas, la collaboration est fondamentale et essentielle. Ces deux relations influencent la manière de se rapprocher du terrain. Il s’agira d’adopter une méthodologie qui sache les encadrer et accompagner. Nous parlons d’encadrement en ce qui concerne le rapport aux autorités politiques et institutionnelles : éviter de parcourir une piste qui soit biaisée par des influences externes aux soucis de la recherche. Nous parlons d’accompagnement dans le cas des autres acteurs sociaux : il s’agira de leur donner la parole à plein titre pour ensuite la confronter au cadre théorique préalablement construit. Cette deuxième dimension sera développée de manière plus approfondie.

 

Il est ici nécessaire de présenter quelques éléments théoriques afin d’éclaircir la distance entre deux conceptions de la nature du savoir : d’une part le savoir en tant que construction réciproque entre l’action du chercheur et celle des acteurs sociaux, d’autre part le fossé qui sépare savoir scientifique et sens commun.

 

La sociologie de l’expérience telle que conçue par Dubet considère toute recherche compréhensive comme une rencontre entre chercheur et acteur (Dubet, 1994). Du moment que l’on considère la parole des acteurs sociaux comme scientifiquement légitime, il y aurait dans toute recherche une confrontation inéludable entre chercheurs et acteurs, confrontation qui est un élément constituant de la sociologie même. Les argumentations que les deux parties mobilisent ne représentent pas des obstacles à la connaissance mais constituent au contraire du matériel scientifique dont le chercheur doit tirer du profit en se douant de la méthode adéquate.

 

Du côté pragmatique (Nachi, 2006), Boltanski et Thévenot tentent de mettre en place une approche qui tienne compte de la capacité des acteurs de s’adapter aux différentes situations de la vie sociale (Boltanski et Thévenot, 1991). En s’écartant des sociologies totalisantes, les auteurs formalisent des concepts d’action différents en fonction des types de situations particulières (Thévenot, 2006). La prise en compte de la pluralité des mondes sociaux et des régimes d’action correspondants permet de réfléchir sous un nouvel angle le débat qui oppose réflexivité et non-conscience de l’acteur. La part de conscience et de réflexivité ne serait donc pas la même dans toute situation sociale (Corcuff, 1998).

 

La distance entre ces approches théoriques et les « modalité de la rupture » est évidente. Ces dernières refusent en fait la pertinence de la reconnaissance réciproque entre chercheur et acteur. En accord à la raison positiviste, la sociologie doit s’éloigner le plus possible des significations du sens commun car les mécanismes de la société sont d’une autre nature que les motifs qui orientent l’action des acteurs : tout fait social ne peut s’expliquer que par d’autres faits sociaux (Durkheim, 2007). La distance est visible aussi par rapport à la tradition critique selon laquelle l’illusion de l’acteur de connaître la nature de sa propre action correspond à un moyen de domination.

 

Il s’agira, en partant d’une synthèse des approches théoriques proposées, d’exposer les dispositions d’une enquête de type ethnographique où les interactions entre chercheur et acteurs constitueront une dimension primordiale.

 

Références

 

– BOLTANSKI L., THÉVENOT L., De la justification. Les économies de la grandeur, Gallimard, Paris, 1991

– DUBET F., « Vraisemblance : entre les sociologues et les acteurs », L’année sociologique, vol. 44, pp. 83-107, 1994

– DURKHEIM E., Les règles de la méthode sociologique, PUF, Paris, 2007 [1895]

– CORCUFF P., « Justification, stratégie et compassion : apport de la sociologie des régimes d’action », Correspondances (Bulletin d’information scientifique de l’institut de recherche sur le Maghreb), Tunis, n° 51, juin 1998

– NACHI M., Introduction à la sociologie pragmatique, Armand Colin, Paris, 2006

– THÉVENOT L., L’action au pluriel. Sociologie de régimes d’engagement, La Découverte, Paris, 2006

 

La collaboration d’un chercheur avec des enseignants en zone d’éducation prioritaire : quels enjeux pour la recherche sur le cahier d’expériences du cours préparatoire?

 Evelyne LYONNAIS VILLARD – Université Lumière Lyon 2 – Ecole doctorale EPIC – février 2009

 

 Le contexte. L’histoire du cahier scolaire est intimement liée au développement des techniques industrielles qui donnent à l’objet ses caractéristiques matérielles et aux transformations des régimes didactiques dans lesquels lui sont assignées des fonctions d’outil d’aide à l’apprentissage. Les usages du cahier d’expériences au cours préparatoire de l’école primaire en France s’inscrivent dans un temps au cours duquel l’élève append à lire et à écrire en même temps qu’il apprend les sciences en écrivant et en lisant. Outre l’extrême discrétion des pratiques liées à ce cahier, le chercheur a mis en lumière que les caractéristiques des cahiers, la nature des langages utilisés et leur fréquence ont une incidence sur ce que les enfants apprennent de la culture scientifique. L’analyse des cahiers et les entretiens avec les enfants et les enseignants ne suffisent pas pour comprendre les conditions de la réalisation du cahier et de la construction des savoirs. Le chercheur a été associé à un dispositif d’action-réflexion de type Main à la pâte dans un projet d’équipe dans une école en éducation prioritaire à Mâcon.

 

Le cadre théorique du partenariat chercheur-enseignants est emprunté à Pierre Rabardel (1995, 1996, 2006), centré sur l’activité instrumentée et ses conséquences en terme de développement de compétences. Le recours aux principes, méthodes et résultats de la didactique professionnelle constitue un élargissement épistémologique qui dépasse et englobe une approche plus classique de la didactique des sciences. Parce que tout partenariat signifie échanges et interactions entre les individus, il permet le développement de compétences nouvelles liées à l’objet du savoir (Vygotski). Les activités de symbolisation et de structuration nécessaires dans la construction des savoirs scientifiques (Astolfi, Develay) participent à l’élaboration par les élèves d’une première conscience disciplinaire (Reuter).

 

La problématique. En quoi la collaboration entre un chercheur et des enseignants permet-elle le développement de savoirs nouveaux chez les différents partenaires à propos des pratiques pédagogiques instrumentées de l’enseignement des sciences ? Quelles modifications le partenariat apporte t’il dans les pratiques de l’enseignant ? En quoi les échanges font-ils progresser la recherche sur le cahier ? A quelles conditions le cahier est-il un outil de construction des savoirs scientifiques chez les élèves ? De quelle manière les savoirs produits par la recherche sur le cahier sont-ils travaillés, modifiés, transformés quand des enseignants se trouvent associés à leur processus d’élaboration ?

 

L’hypothèse. Parce que le cahier est un assemblage d’écrits sur les sciences en train de se faire en classe, sa réalisation et son utilisation requièrent des conditions pédagogiques adaptées à une double nécessité : concevoir des situations dans lesquelles les élèves apprennent à organiser un ensemble d’informations et faire en sorte que l’outil devienne un instrument dans la construction d’une conscience disciplinaire chez les élèves.

 

Les grandes lignes de l’intervention porteront sur la place du cahier dans la programmation didactique. Après la description de la programmation initiale de la séquence, nous évoquerons quelques points forts des observations de classe et des phases de debriefing avec les enseignants qui ont engendré des modifications fondamentales sur la séquence et la conception du cahier.

Pour finir, nous examinerons les retombées épistémologiques de cette collaboration, sur le travail du chercheur et des enseignants. Nous verrons comment des savoirs nouveaux ont été produits sur le cahier d’expériences au cours préparatoire dans la perspective du développement de l’activité médiatisée par les instruments.

 

L’« impératif collégial » en SIC : manifestations et enjeux

Céline BRUN-PICARD
Doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication à l’université Claude Bernard Lyon 1
Université de Lyon – ELICO EA 4147 – Ecole doctorale EPIC – celine.brunpicard@orange.fr
 

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, la pratique scientifique est marquée en France par une évolution structurelle continue : sous l’impulsion de l’Etat et des collectivités territoriales, de nouveaux cadres juridiques sont créés pour organiser la recherche en rapport direct avec le monde social (politiques, industriels, associations…) et en faveur de la recherche dite « appliquée » ou « finalisée » [REV 1974]i. Ce mouvement, qui n’est objectivement pas nouveau, semble s’accélérer depuis quelques années, avec la mise en œuvre de nouvelles politiques pour la recherche : pôles de compétitivité, clusters… Le contenu des derniers appels nationaux à la recherche (ANR) contribue encore à affirmer ce que nous appellerons « l’impératif collégial » : le fait scientifique est désormais conçu comme un projet collectif qui ne semble avoir d’existence que pour et par les acteurs sociaux.

De cet impératif collégial découlent d’inévitables contraintes de fonctionnement pour les laboratoires, et l’apparition d’un « malaise » sensible chez les scientifiques, déjà décrit par B. Latour en ce qui concerne l’Institut National de Recherche Agronomique (institut de recherche finalisée) : « [Les scientifiques] considèrent plus ou moins consciemment qu’ils ne sont pas à la hauteur de leur rêve de scientifiques, qu’ils sont en quelque sorte des faillis de la « vraie science » qui doit probablement exister quelque part (ailleurs). » (p. 11) [LAT 1995]. Le rayonnement dans la communauté scientifique française des travaux de S. Krimsky sur la situation états-unienne [KRI 2004], semble illustrer l’inquiétude prégnante quant à une possible altération de la Science.

Dans le cadre de cette communication, nous interrogerons la nature des enjeux de ce nouvel impératif collégial sur la recherche en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC), à la lumière de la dichotomie proposée par B. Latour entre « la science faite » et « la science en train de se faire » [LAT 1995], et de notre propre expérience de doctorant. L’hypothèse que nous éprouverons lors de notre intervention, sera la suivante : les enjeux de ce nouvel impératif sur les SIC sont d’ordre organisationnel plutôt qu’épistémologique. Nous tenterons de la valider sur la base d’une très courte revue de littérature sur la place des acteurs sociaux dans les sciences sociales et particulièrement dans les SIC, et de notre propre expérience de doctorante allocataire en SIC.

Notre thèse de doctorat, précisément, porte sur les dimensions temporelles d’une collection de presse numérisée, conservée et mise en ligne par la Bibliothèque Municipale de Lyonii. Sous la direction de G. Lallich-Boidin et de D. Varry, elle s’inscrit dans le projet de recherche CANU XIXiii, bâti autour de la collection patrimoniale du Progrès Illustré de Lyon (1890-1905), et mené par une équipe pluridisciplinaire formée d’enseignants-chercheurs, principalement issus de l’ENSSIBiv, d’ELICOv, du LIRISvi et du GRESEC-Cristalvii et par le Service de l’Inventaire du Patrimoine Culturel de Rhône-Alpesviii. Elle a fait l’objet de l’attribution d’une allocation de recherche « fléchée », dans le cadre du Cluster 13 de la Région Rhône-Alpesix.

Notre projet de thèse nous permettra d’abord de mettre en exergue certaines manifestations de cet « impératif collégial » que nous proposons ici de définir, et qui institue la recherche comme une pratique sociale complexe où se croisent nécessairement différents centres d’intérêt ; dans notre cas : les intérêts respectifs du chercheur, de l’élu, du service de l’inventaire général du patrimoine culturel et de la bibliothèque.

Nous reviendrons ensuite plus en détail sur les inquiétudes que cette nouvelle forme de construction des faits scientifiques engendre. Remarquant que la sociologie et l’anthropologie des sciences traitent surtout de cas états-uniens, nous présenterons la situation fondamentalement autre des SIC en France, qui se sont toujours alimentées du terrain et de la collaboration des chercheurs avec les acteurs sociaux [MIE 1995].

Nous montrerons enfin que l’impératif collégial sur la pratique des SIC rend sans doute plus aigüe encore la nécessité pour le doctorant de mieux cerner les logiques d’acteurs et les tensions potentiellement existant dans les situations qu’il rencontre [OLI 2007]. De notre point de vue, l’enjeu principal de l’impératif collégial reste néanmoins celui de l’organisation et du fonctionnement des équipes et des laboratoires de recherche : dans le montage des projets de recherche avec les acteurs sociaux, la principale difficulté demeure celle du dialogue entre les différents acteurs [GIL 1998]. Sur ce point, dans les faits, en tant que doctorants, nous sommes assez épargnés par cette difficulté, dont la responsabilité incombe avant tout aux directeurs de thèse et aux écoles doctorales.

 

Bibliographie

[GIL 1998] GILBERT Claude, « Des objets à géométrie très variable. Entretien avec Claude Gilbert », Politix. Revue des sciences sociales du politique, 1998, n° 44, pp. 29-38. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polix_0295-2319_1998_num_11_44_1759 (Consulté le 19 janvier 2009)

[KRI 2004] KRIMSKY Sheldon, La recherche face aux intérêts privés, Pais : Le Seuil, 2004 (version originale parue en 2003). 156 p. (Vu d’Amérique)

[LAT 1995] LATOUR Bruno, Le métier de chercheur : regard d’un anthropologue : une conférence-débat à l’INRA Paris, le 22 septembre 1994, Paris : Institut National de Recherche Agronomique, 1995. 95 p. (Sciences en question)

[MIE 1995] MIEGE Bernard, La pensée communicationnelle, Grenoble : PUG, 1995. 120 p. (La Communication en +)

[OLI 2007] OLIVESI Stéphane, Introduction à la recherche en SIC, Grenoble : PUG, 2007. 332 p. (La Communication en +)

[REV 1974] « IVe Rencontre juridique franco-soviétique (Moscou-Leningrad, 3-14 juin 1974) », Revue internationale de droit comparé, 1974, n° 3, pp. 651-669. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ridc_0035-3337_1974_num_26_3_15579 (Consulté le 19 janvier 2009)

 
i « L’organisation de la recherche scientifique nécessite un cadre juridique. En France il existe trois solutions à ce problème d’organisation : intégrer la recherche à l’enseignement supérieur ; rechercher une autonomie de la recherche scientifique (le C.N.R.S.) ; relier la recherche scientifique à l’action gouvernementale et administrative. On pourrait dire que la première solution vise à la formation des chercheurs, la seconde à la recherche désintéressée et fondamentale et la troisième à la recherche appliquée. A l’heure actuelle cette troisième forme se développe de manière constante. Il ne faut cependant pas séparer ces trois aspects de la recherche scientifique. Le juriste peut agir en permettant une meilleure organisation de la recherche et de la science. » (p. 660) – Sous leur apparente actualité, ces propos ont été tenus en 1974 par M. Ancel, alors Président du Centre français de droit comparé.
ii Bibliothèque Municipale de Lyon (France), La presse régionale illustrée au XIXe siècle [en ligne]. Disponible sur : http://collections.bm-lyon.fr/presseIllustree/ (Consulté le 2 février 2009)
iii Pour une description du projet CANU, cf. site web du Cluster 13 : http://cluster13.ens-lsh.fr/spip.php?article117 (Consulté le 2 février 2009)
iv ENSSIB : Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques (Villeurbanne). http://www.enssib.fr
v ELICO : Equipe Lyonnaise en Sciences de l’Information et de la Communication (Lyon). http://elico-recherche.net
vi LIRIS : Laboratoire d’InfoRmatique en Image et Systèmes d’information (Lyon). http://liris.cnrs.fr/
vii GRESEC : Groupe de Recherche sur les Enjeux de la Communication (Grenoble). L’équipe Cristal du GRESEC est spécialisée dans les domaines de la recherche d’information et du traitement automatique des langues. http://w3.u-grenoble3.fr/gresec/
viii Depuis le 1er janvier 2007, le service de l’inventaire général du patrimoine culturel, qui relevait jusqu’ici du ministre de la Culture, est placé sous l’autorité du président du Conseil régional. Créé en 1964 par André Malraux, ce service a pour mission principale de produire une connaissance scientifique sur le patrimoine des villes et des campagnes, en vue d’alimenter des bases de données sur l’histoire de l’art et des techniques, et de fournir une aide à la décision pour les opérations d’aménagement du territoire.
ix L’objectif central du cluster 13 est de coordonner les recherches pluridisciplinaires portant sur les productions, les objets et les usages sociaux qui engagent sous une forme ou sous une autre une dimension et des enjeux d’ordre culturel et patrimonial, qu’il s’agisse du passé ou du contemporain le plus actuel. Cf. http://cluster13.ens-lsh.fr/