Journée d’études : penser l’analogie politique en philosophie de l’éducation

Le GREPH a pour objet d’étudier les effets du développement des sciences et des techniques sur les représentations sociales et politiques ainsi que sur l’action publique. Il entend ainsi être un lieu de réflexion analysant de manière approfondie notre vie politique par une connaissance plus précise de son environnement scientifique et technique.

Dans le cadre de ses axes de recherche autour de la coproduction de la science et de la société, le GREPH s’intéresse particulièrement au champ de l’éducation. Si les Sciences de l’Education présentent aujourd’hui un caractère composite, en lien permanent avec d’autres champs du savoir, la Science Politique y occupe une place qui reste encore à déterminer.

Le but de cette journée d’étude consiste à solliciter différents acteurs de ces deux champs, menant une réflexion souvent proche par leur objet, afin de penser en commun les transferts de savoirs à l’œuvre. Cette rencontre a pour hypothèse directrice qu’il existe un mode d’acquisition analogique, parfois implicite, de la pensée politique par la philosophie de l’éducation à travers tant ses figures intellectuelles qu’enseignantes.

Institut d’Etudes Politiques de Lyon (salle du conseil, 3e étage)
14 avenue Berthelot – Lyon 7e
Tramway : Centre Berthelot

Programme

 

14h : Accueil des participants (Salle du Conseil)

f

14h30 : L’ingénieur citoyen chez Gaston Berger. Aux origines de l’INSA

Marie-Pierre ESCUDIE

GREPH – ITUS Université Lyon 1

f

John Dewey et l’école comme communauté miniature

Samuel RENIER

GREPH – Institut d’Etudes Politiques de Lyon

f

Discours politique et discours pédagogique : transferts et analogies

Alain VERGNIOUX

CERSE – Université de Caen

g

17h30 : Clôture de la journée

Jacques MICHEL

Directeur du GREPH – Institut d’Etudes Politiques de Lyon

g

Jeudi 25 novembre 2010,

ENTREE LIBRE

 

Contact : Samuel RENIER

Samuel.renier@sciencespo-lyon.fr

http://greph.univ-lyon2.fr/

g

Télécharger la plaquette
g

Projet de recherche EPIC, modes d’organisation de la science et logiques d’hybridation des savoirs

Equipe 6 : LEPS (EA 4148)

Modes d’organisation de la science et logiques d’hybridation des savoirs

 

Présentation résumée de l’intervention de Daniel Dufourt (IEP, GREPH-LEPS)

 

1) Pourquoi s’intéresser aux modes de gouvernance de la science et  en quoi intéressent-ils les processus d’hybridation des savoirs ?

 

Deux constats 

 

a) les modalités de l’institutionnalisation des disciplines scientifiques et la genèse de l’émergence d’une activité professionnelle consacrée à la recherche font apparaître de grandes différences entre les pays, liées principalement à des formes d’organisation des institutions scientifiques reposant sur des objectifs politiques et sociaux très différents. Comme le disent respectivement Bertram SCHEFOLD (Université de Francfort) et Marion Fourcade-Gourinchas, il y a des «sociostyles » nationaux qui impriment des priorités et des orientations différentes aux programmes scientifiques, très éloignées des nécessités internes du développement de chaque discipline et donc à terme sources d’hybridations spécifiques.

 

b) l’avènement de la production de masse, puis la montée de la stratégie de différenciation à l’origine d’une très grande variété des produits et d’une exigence de réactivité et de flexibilité des entreprises suscitent la mise en place de modes de gouvernance de la science qui exercent par les modalités de pilotage qu’ils requièrent, des formes de structuration spécifiques des relations entre science, technologie et société. Se succèdent ainsi depuis 1945 l’ére des grandes agences gouvernementales en charge des orientations de la recherche fondamentale et intervenant par le biais des subventions, puis celle des partenariats publics-privés reposant sur une logique contractuelle intégrant des exigences de rentabilité et instituant une concurrence-coopération entre acteurs le long du processus linéaire allant de la recherche fondamentale à la recherche appliquée puis au développement industriel. L’émergence des NBIC[1] (nanotechnologie, biotechnologies, sciences de l’information et sciences cognitives) et leur convergence postulée[2] introduisent une rupture frontale par rapport à l’ordre ancien : l’ampleur des financements public nécessaires et en même temps l’énormité des profits privés susceptibles d’être accaparés par les entreprises, les risques industriels, sanitaires, sociaux (sans commune mesure avec les risques auxquels les populations étaient exposées dans le passé) encourus au niveau des applications dans la vie quotidienne de ces technosciences[3] requièrent un mode de gouvernance totalement différent. C’est en impliquant les différentes communautés concernées (chercheurs, usagers, experts gouvernementaux, industriels) dans la décision d’engager tel ou tel programme que la légitimité de ceux-ci se construit tout en diluant les responsabilités. Il est dès lors essentiel que les savoirs professionnels tant des sciences dures que des sciences humaines et sociales produisent des discours de légitimation eux-mêmes socialement validés au travers d’expertises procédurales[4].

 

2) La nécessité d’une épistémologie politique

 

Sans remettre en question l’apport scientifique des Science Studies, force est de constater qu’elles sont l’objet d’une récupération et d’une instrumentalisation par les pouvoirs publics[5] sous forme de « prêt à penser la science » comme l’écrit ironiquement Terry SHINN[6]. Comment cette récupération et cette instrumentalisation sont-elles possibles ? Il y a, à cela, trois raisons essentielles :

a) les caractéristiques nouvelles des pratiques scientifiques considérées comme pratiques sociales. Celles- si ont été excellemment décrites par D. Pestre[7]:

– la controverse est le mode normal d’existence de ces pratiques scientifiques : mais les enjeux de ces controverses ne sont pas seulement scientifiques et réintroduisent les intérêts et les passions (au sens spinoziste) dans ces pratiques ;

– la science n’est pas seulement, ni même principalement mue par sa logique interne : il faut tenir compte des contextes épistémiques, des arrangements institutionnels qui encadrent et orientent les coopérations des acteurs (exemple d’ ITER), de la nature des financements etc…

– la science contemporaine ne produit pas que des connaissances, elle est aussi une activité pratique à l’origine de la production de nombreux artefacts (internet), supports de liens sociaux. La société tend à devenir un laboratoire.

– la science est enchâssée dans de nombreuses structures sociales dont les interactions produisent in fine le sens qu’ont pour la société les résultats de la recherche scientifique.

 

b) «l’Etat stratège » se veut un acteur rationnel et prétend fonder les politiques publiques qu’il met en œuvre sur les acquis ou les perspectives de résultats des différentes disciplines scientifiques. Ce faisant, sous couvert de l’évidence des théories scientifiques dont elles entendent s’inspirer, ces politiques publiques se veulent l’expression d’une rationalité instrumentale qui permet d’évacuer le sens et la finalité des choix politiques qui les ont suscitées et en ont permis la mise en œuvre.

 

c) le recours à l’expertise, dès lors que les experts sont investis par l’Etat d’une reconnaissance éminente, a pour effet, à la faveur d’une décontextualisation de la signification des connaissances  scientifiques mobilisées, de les ériger en normes de jugement pour des situations éminemment singulières et imprégnées d’enjeux sociaux spécifiques.

 

Ces trois raisons militent en faveur d’une épistémologie politique[8], dont F. Perroux est l’initiateur[9] lorsqu’il prend soin de distinguer le savoir professionnel des chercheurs et le savoir d’intention scientifique. Dans «La méthode de l’économie généralisée » François Perroux explicite la différence entre l’économie, savoir professionnel, et l’économie d’intention scientifique: « Un économiste, supposé qu’il n’aît aucun soupçon de la sociologie de la connaissance et qu’il accepte consciemment ou non les procédés et les résultats de la société capitaliste, doit nécessairement considérer comme extrascientifique, extérieur à la forme de savoir qu’il préfère, tout essai de redécouvrir les éléments éliminés par la conceptualisation courante ». L’économie du XXème siècle, 2ème édition, PUF, 1964, p.589.

 

3) Terrains auxquels la démarche ci-dessus entend s’appliquer dans le cadre du projet CCAS.

 

Précisons immédiatement que les terrains actuellement pressentis, n’interdisent en aucune façon l’intégration d’autres terrains portés par des chercheurs de l’école doctorale EPIC qui se sentiraient motivés par les intentions de recherche exprimées ici.

Au sein du LEPS  deux terrains[10] sont apparus comme particulièrement intéressants au regard des objectifs retenus de manière globale dans le projet CCAS : l’apparition dans les années 50 d’une problématique spécifique relative aux exigences que devraient prendre en compte les sciences qualifiées d’appliquées. Cette problématique a été portée essentiellement par Gaston Berger[11], directeur des enseignements supérieurs de 1953 à 1960 et créateur des INSA et François Perroux. Elle exprime l’exigence d’une vigilance à l’égard de l’instrumentalisation des savoirs professionnels, vigilance qui reposerait fondamentalement sur l’ouverture culturelle et civique qu’apporteraient les Humanités. L’autre terrain concerne les modalités aux termes desquelles l’industrie pharmaceutique en Inde a réussi, à partir de la production de médicaments génériques, à créer les bases d’une des industries les plus compétitives au monde dans le domaine des biotechnologies.

 

 

Quelques références :

 

Knorr-Cetina, K. (1999) Epistemic Cultures: How the Sciences Make Knowledge. Cambridge : Harvard University Press

Philippe-Emmanuel COIFFAIT « Vérité scientifique et justice pénale » Science & Devenir de l’Homme Les Cahiers du M.U.R.S. 3ème trimestre 2006

Terry Shinn, « Axes thématiques et marchés de diffusion : La science en France, 1975-1999 »

Sociologie et sociétés, vol. 32, n° 1, 2000, p. 43-69.


[1] Bernadette BENSAUDE-VINCENT Se libérer de la matière ? fantasmes autour des nouvelles technologies, INRA Editions, Collection Sciences en questions.

[2] NSF Report Converging Technologies for Human Performance, Mihail C. Roco and William S. Bainbridge (eds.), June 2002,

[3] Cf par exemple: The Royal Society and the National Academy of Engineering, Nanosciences and nanotechnologies: opportunities and uncertainties, RS Policy document 19/04, July 2004,

[4] European Commission Research Converging Technologies- Shaping the Future of European Societies by Alfred Nordmann, Rapporteur, Report 2004

[5]JASANOFF S. “Beyong epistemology : Relativism and engagement in the politics of science” Social studies of science 1996, vol. 26, no 2, pp. 393-418

[6] Terry SHINN Nouvelle production du savoir et triple hélice. Tendances du prêt-à-penser les sciences Actes de la recherche en sciences sociales 2002/2 – 141, pages 21 à 30

[7] D. PESTRE, Historical Perspectives on Science, Society and the Political. Report to the Science, Economy and Society Directorate, European Commission, Janvier 2007

[8] Par « épistémologie politique » nous entendons l’étude des transformations des comportements des différents groupes sociaux et des représentations du monde qu’ils véhiculent, ainsi que des enjeux de pouvoir associés à ces transformations, appliquée à l’analyse des conditions de production d’une connaissance (au sens de savoir scientifique) particulière.

[9] Daniel Dufourt Le jeu du calcul économique et des décisions politiques : l’avènement d’une épistémologie politique dans l’œuvre de François Perroux Economies et Sociétés, Série Philosophie et Science de l’Homme, n°1, 2009

[10] Marie Pierre Escudié, allocataire de l’école doctorale EPIC, contribuera via sa thèse en cours au défrichage de ce terrain au sein du LEPS (équipe GREPH).

[11] « Comme directeur général de l’ enseignement supérieur, il a tenté une première réforme des universités : création des assistants et maîtres-assistants des facultés ; transformation des facultés de droit en facultés de droit et des sciences économiques ; création de l’ année de propédeutique (disparue en 1966) ; extension systématique de la médecine hospitalière comme forme obligatoire de l’enseignement médical. »