Figures du maître ignorant

 

Figures du Maître ignorant : savoir & émancipation . Directeur d’ouvrage : Marc DERYCKE, Michel PERONI

Contemporain de Condorcet et autres concepteurs du projet de l’École de la République mis en oeuvre par J. Ferry, Joseph Jacotot fut le promoteur malheureux et bien vite oublié d’un tout autre projet, en posant l’axiome de l’« égalité des intelligences » et en indiquant dans la posture du « maître ignorant » la modalité de sa mise en oeuvre à même l’apprentissage. Il appartient à Jacques Rancière d’avoir, dans son ouvrage Le Maître ignorant, exhumé la proposition de Jacotot, de l’avoir réfléchie en tant qu’elle invite à une refonte de la conception de ce qu’est l’apprendre dans une perspective d’émancipation, et d’avoir pris, ce faisant, toute la mesure de sa teneur politique.

Dans le sillage de la relecture rancièrienne, nous voudrions documenter ici ce qui constitue pour nous la triple actualité de l’argument formulé par Jacotot : au regard d’un système éducatif maintenant placé sous le signe de l’« autonomie » de l’apprenant ; au regard d’une société désormais pédagogisée de part en part (que ce soit sous l’aspect de l’information qui l’innerve ou sous celui de la critique qui y prolifère) ; au regard enfin des développements ultérieurs de l’analyse de la politique opérée par J. Rancière. Documenter d’abord les modalités par lesquelles se manifeste, dans le monde social d’aujourd’hui, la figure aliénante du maître explicateur avec le savoir qui l’autorise. Mais documenter aussi les expériences, toujours situées, dans lesquelles se cherchent, s’éprouvent, s’expérimentent des modalités d’apprentissage émancipatoires…

Téléchargez le bon de commande du livre ici 

Projet de recherche EPIC en relation avec le projet européen PROFACITY

 

Proposition en relation avec le projet européen PROFACITY : « Profane citizenship in Europe : testing democratic ownership in hybrid situations » FP7-SSH-2007 déposé par MODYS, UMR-CNRS 5264, par Alain BATTEGAY, Marc DERYCKE et Jacques ROUX (2008 / 2011)

 

Résumé

En nous focalisant sur des situations hybrides, non strictement inscrites dans la norme, nous nous intéressons à l’expérimentation de formes de citoyenneté qui ne sont pas données d’avance et qui modifient les marges de la citoyenneté formelle. Ces formes de citoyenneté engagent une activité pratique dont l’enjeu est l’invention continue du principe démocratique lui-même, concernant les « droits à avoir des droits ». C’est ce travail d’affirmation et de traduction d’un « droit de cité » qui n’est pas acquis d’emblée que nous appelons la citoyenneté profane, et que nous entendons saisir comme un analyseur de la propriété démocratique. 

Nous examinerons en quoi des pratiques d’acteurs dans des situations où obligation leur est faite de se débrouiller avec leurs déficits de ressources, sont prises ou non en compte comme des alternatives à la citoyenneté juridique. Nous porterons attention aux milieux traducteurs constitués par les ayant-parts agissant en situation de solidarité, retenant trois domaines interconnectés (langues et codes, attestations d’identité, épreuves d’urbanité). 

La contribution théorique et expérimentale attendue vise à l’élaboration de la notion de citoyenneté profane, en montrant comment elle permet, dans des situations d’équilibre fragile, de prendre en compte, selon différentes cultures politiques nationales et démocratiques, à la fois la singularité des engagements et l’ontologie politique. C’est à partir de ce programme que nous proposons ce qui suit.
  

L’hybridation des savoirs scientifiques et leur circulation avec les savoirs profanes  

Le projet part du transfert de ce qui est appelé « expertise profane » : nous considérons qu’il y a analogie entre notre proposition et un ensemble de travaux en sociologie des sciences et des techniques (STS) qui mettent en valeur les savoirs profanes en vis à vis des savoirs experts. Dans ce courant de recherche (Charvolin et alii, 2007), il est maintenant établi que les connaissances profanes portées par les non spécialistes, sont des modalités alternatives, complémentaires, inédites, qui viennent en vis-à-vis des connaissances expertes de laboratoire. La citoyenneté profane est interrogée lorsque des « sans parts » apportent des solutions à des problèmes quotidiens, et posent par là un acte tel qu’il produit des effets au plan de la citoyenneté, en ce que cet acte par contagion passant par les milieux traducteurs, fait reconnaître un « droit d’avoir des droits ».

 

La rupture épistémologique, en particulier, entre science et univers profane est interrogée au travers du couplage dont la validité devra être démontrée. Ainsi, il y a hybridation entre citoyenneté juridique et expertise profane pour former la notion de « citoyenneté profane », et déplacement de « milieu traducteur », « contagion » de leur domaine d’origine vers celui de cette nouvelle forme de citoyenneté. Elle nécessite de repérer dans la mise en œuvre, la circulation des savoirs entre « sans parts » (illettrés, sourds, décrocheurs, sans papiers…) et « ayants parts » (bénévoles, associatifs, professionnels concernés, politiques…) dans les « sensing forums », ceci avec les acteurs, et jusqu’aux décideurs.

Ici les « forums hybrides » sont entendus de manière plus ambitieuse que de coutume sous forme de « sensing forums » pour attribuer du sens aux données, aux actes de citoyenneté et à leur contagion ; nous ne sommes pas dans un simple « processus de recherche », mais dans un processus de recherche inscrit dans une double fragilité : celle des cadres conceptuels adéquats et les situations permettant le repérage de ces « actes » fragiles eux aussi, et de leur promotion dans la société. Ces actes sont-ils assimilables à ce qu’on appelle ailleurs « autonomie » en ce qu’ils manifestent un geste d’ « émancipation », au sens rancérien ?

 

Le processus articule en les intriquant connaissance, action, et savoir scientifique en ce que les savoirs objectivés sont mis à l’épreuve de la discussion : nous nous attachons d’une part aux données recueillies auprès des publics cibles et de leurs relais sous forme d’enquête en observation participante, autrement dit les actions dont émergent des catégories conceptuelles, d’autre part, les « sensing forums », auxquels participent les protagonistes, visent à produire un résultat scientifiquement validé ; ces deux versants associent donc bien connaissance et action.

 

La citoyenneté profane et la propriété démocratique interrogent l’éducation dans plusieurs directions dans lesquelles des travaux sont susceptibles d’aboutir

 

D’un point de vue spéculatif :

  1. la citoyenneté en tant que profane, renvoie-t-elle à qu’on appelle ailleurs « éducation publique » (cf. Battegay, à paraître) ? Quelles sont les formes de la propriété démocratique qui intéresse l’éducation ?
  2. la transmission et ses figures, prenant en compte le processus de contagion, notamment par les milieux traducteurs, confronté notamment à celui décrit par E. Clemens à propos de la « Marche blanche » (Un mot seul n’est jamais juste).

 

D’un point de vue empirique,

  1. comment les « sans parts » observés font pour résoudre, par exemple, les problèmes :
    1. de l’accompagnement scolaire ;
    2. de l’apprentissage professionnel ;
    3. de la coopération, etc.
  2. comment se réalise la contagion par les milieux traducteurs chez les « ayants parts » solidaires, en prenant en considération le relais universitaire lorsque ces « actes » et leurs enjeux sont présentés en CM par ex. et en accompagnement méthodologique des étudiants associés à la recherche sur le terrain.

 

Marc Derycke

 

(2005) Culture(s) et réflexivité textes réunis et présentés par … PUSE, Saint-Etienne, 248 p.

(2005) « Réflexivité : tours et détours de non-lettrés » in Culture(s) et réflexivité textes réunis et présentés par M. Derycke, PUSE, Saint-Etienne, 13 p.

(2003) « Suivi pédagogique, portfolio et pratiques réflexives : l’épreuve des enfants itinérants » Mobiles et mouvements pédagogiques – un choix d’itinéraires offerts à Jacques Weiss, De Pietro, J.-F., Egger, E., Pochon, L.-O., Tièche Ch. & Wirthner, M. (édrs), Editions LEP, Lausanne, 20 p.

BATTEGAY Alain (à paraître) « L’éducation publique et la figure du Maître ignorant – De l’intrication du formel et de l’informel en éducation » in Derycke & Peroni Figures de maître ignorant