La perpendicularité des savoirs : naissance d’un objet – de recherche – tridimensionnel

François Lombard
Ecole doctorale EDSE , dans le cadre du laboratoire TECFA de la FAPSE de l’université de Genève

Le présent appel à communication s’adresse aux doctorants de l’école doctorale EPIC (Lyon-Saint- Etienne) et des Etudes doctorales en Sciences de l’Education. Il a pour thème :

« La collaboration des chercheurs avec les acteurs sociaux dans différents domaines : Quels enjeux épistémologiques pour la recherche scientifique ? »

Dans le cadre d’une collaboration avec l’Ecole doctorale EDSE de l’Université de Genève les doctorants ont été invités à soumettre une proposition.Un délai supplémentaire est accordé aux doctorants genevois.

 

Quelle peut être l’influence des partenariats entre discipline de référence, sciences de l’éducation et enseignement sur la nature des savoirs construits dans la collaboration ? A travers l’exemple du cheminement d’une recherche menée par un enseignant-formateur, nous souhaitons articuler la question des enjeux épistémologiques de la collaboration des chercheurs en éducation à la société avec 3 formes de savoirs : les savoirs disciplinaires, les savoirs des sciences éducatives et les savoirs enseignants (Tardif, Lessard, & Lahaye, 1991). Nous discuterons comment ces partenariats ont été éclairés tantôt par les savoirs développés, tantôt par les contradictions qui émergent et ont finalement contraint le positionnement épistémologique de la recherche.

La recherche étudiée est menée par un enseignant-formateur. Elle met en évidence un ensemble de changements profonds de la discipline de référence : les possibilités de traitement de l’information en biologie renouvellent les façons d’expérimenter, de construire des connaissances, modifient les questions traitées, les stratégies de recherche. Certaines valeurs et fondements épistémologiques qui fondent la discipline et l’identité professionnelle sont bousculés. Collectivement nous appellerons ces changements Biologie InStrumentée par les Technologies (BIST), en référence à (Rabardel, 1995).

Cette recherche prend naissance dans l’élaboration de formations continues – destinées à des enseignants en biologie – organisées en partenariat avec des chercheurs en bioinformatique. Nous verrons – sur la base des traces – comment les confrontations entre enseignantformateur et les chercheurs ont d’abord porté sur des outils et des savoirs de référence, en vue de définir les savoirs disciplinaires qui seraient enseignés.

Nous discuterons ensuite comment un deuxième partenariat a développé les interactions autour de savoirs enseignants : les évaluations des participants et les discussions avec les responsables des formations continues ont porté principalement sur les compétences à développer.

Nous discuterons les influences sur l’orientation de la recherche d’un troisième partenariat avec des chercheurs en biologie. En effet, on a pu relever une discordance considérable entre l’activité BIST, largement pratiquée, et celle décrite ou enseignée. On peut y voir un rejet du changement, qui mène à des formations « sur le tas » peu structurées (NRC, 2003). Ce paradoxe a induit un élargissement du cadre explicatif de la recherche qui a convoqué des savoirs issus des sciences de l’éducation. Nous discuterons comment un regard sociologique peut expliquer ces résistances venant du coeur même de la biologie (Kuhn, 1972). Dans ce même partenariat enseignant-formateur avec des spécialistes disciplinaires, nous tenterons de comprendre leur difficulté à aborder les savoirs enseignants et à voir leur expertise mise en analyse par d’autres champs de recherche et par un acteur dont la compétence n’est pas spontanément reconnue. Nous discuterons l’influence sur sa crédibilité auprès de ces spécialistes d’une publication électronique (une mise en perspective de l’actualité scientifique démontrant des savoirs disciplinaires).

Nous discuterons comment le quatrième partenariat, entre l’enseignant-formateur devenu chercheur et les praticiens ou formateurs scolaires a été plutôt ambigu. Nous tenterons d’interpréter cette communication inefficace avec Huberman comme une dissonance entre une production de savoirs enseignants généralisés et une attente de savoirs disciplinaires immédiatement utilisables, à caractère instrumental et exprimés sur un ton « apostolique » (Huberman, 1986).

Enfin nous discuterons comment la tension entre militantisme et recherche – qui traverse le monde de l’éducation (Hofstetter & Schneuwly, 1998) – a déterminé les méthodes de la recherche et ses questions.

Hofstetter, R., & Schneuwly, B. (1998). Sciences de l’éducation entre champs disciplinaires et champs professionnel. In R. Hofstetter & B. Schneuwly (Eds.), Le pari des sciences de l’éducation, (pp. 7-25. ). Bruxelles: De Boeck.

Références

 Huberman, M. (1986). Répertoires, recettes et vie de classe : comment les enseignants utilisent les informations. In M. Crahay & L. D. (Eds.), L’art et la science de l’enseignement. (Vol. 2, pp. 151- 185). Bruxelles: De Boeck.

Kuhn, T., S. (1972). La structure des révolutions scientifiques. Paris: Flammarion.

NRC. ( 2003). BIO2010: Transforming Undergraduate Education for Future Research Biologists(No. ISBN: 0-309-08535-7): National Research Councilo. Document Number)

Rabardel, P. (1995). Les hommes et les technologies, approche cognitive des instruments contemporains. Paris: Armand Colin.

Tardif, M., Lessard, C., & Lahaye, L. (1991). Les enseignants des ordres d’enseignement primaire et secondaire face aux savoirs: Esquisse d’une problématique du savoir enseignant. Sociologie et sociétés, 23(1), 55-69.

Le travail de coopération au sein d’une équipe multiculturelle (franco-roumaine) : enjeux d’une collaboration universitaire et industrielle

 

Raluca OPREA CIOBANU*1
Doctorante en Psychologie
Laboratoire ICAR (UMR 5191, ENS), Institut de Psychologie, Lyon 2, 69676 Bron
Marc-Eric BOBILLIER CHAUMON *2
Maitre de Conférences
Laboratoire GRePS (EA, 4163), Institut de Psychologie, Lyon 2. 69676 Bron.

 

Introduction

En raison des diverses évolutions du travail survenues ces dernières décennies (délocalisation, implantation, globalisation), les entreprises cherchent à s’adapter et à développer des produits de plus en plus innovants. Elles essayent d’anticiper les effets de ces mutations afin de déployer de nouveaux modèles organisationnels, basés sur davantage de flexibilité et de transversalité structurelle (Bobillier Chaumon, 2003). Dans cette perspective, les firmes vont ainsi mettre davantage l’accent sur les compétences collectives et sur le développement des pratiques de travail collaboratives. Cette recherche se propose d’examiner les conditions du transfert de compétences dans un contexte multiculturel au sein d’une entreprise française (Centrale Nucléaire) où interviennent des salariés sous-traitants roumains. A travers cette étude nous cherchons à déterminer comment les salariés roumains et français s’approprient de nouvelles compétence et surtout comment ils arrivent à articuler leur travail et leurs pratiques respectives afin d’assurer le maintien de l’organisation (Engestrom & Middleton, 1998 ; Rabardel & Samurçay, 2006 ; Wisner, 1985).

Méthodologie

Dans un premier temps, nous avons eu l’accord de la direction pour interroger les salariés roumains et français présents sur le chantier au moment de notre visite. Nous avons effectué 24 entretiens semi-directifs dont l’objectif était de comprendre la nature de l’activité mise en œuvre (processus, vocabulaires, règles de travail, consignes…). Cette activité consiste à effectuer des opérations de maintenance sur un alternateur (bobine) de centrale nucléaire.

Les personnes interviewées étaient le coordinateur du chantier, le chef de chantier, une partie des chefs d’équipe (4 personnes) et une partie des bobiniers (14 personnes). Les entretiens duraient en moyenne de 45 minutes et abordaient les thèmes suivant : la description de leur activité, les difficultés rencontrées dans le cadre du travail (en lien avec les spécificités culturelles), le transfert des compétences (mise en place des plans d’actions ou de formation, difficultés rencontrées), l’impact des facteurs culturels sur les activités de transfert des compétences, etc. Dans un deuxième temps, nous avons réalisé des observations participatives (2 demi-journées) dont l’objectif était de confronter le discours aux pratiques et activités réellement mise en oeuvre. Nous avons observé plus précisément les séquences d’activités, les interactions entre les personnes, les déplacements, l’utilisation d’outil, les modes opératoire… à travers d’une description narrative. Ces observations ont été enrichies de verbalisations consécutives (auto confrontation enregistrées par magnétophone et retranscrite) réalisées à partir de photographies prises lors de ces séances d’observation (l’enregistrement vidéo étant interdit).

Résultats

Nos premiers résultats portent sur le travail de coordination. Dans ce travail de maintenance, la coordination se réalise principalement par le langage (les chefs de travaux communiquent les consignes, donnent les explications, etc.). Dans notre cas, nous avons constaté que l’articulation et la coordination du travail, en absence du langage (compte tenu de la barrière linguistique), passent d’abord par un travail d’observation de la part des équipes roumaines et par un esprit d’équipe qui s’est formé tout au long des travaux réalisées sur ce chantier : « on est toujours ensemble, on est une équipe, on arrive à se débrouiller ». Le langage n’est plus le principal outil de coordination, les bobiniers (roumains et français) ont trouvé d’autres moyens qui leur permettent d’ajuster leurs actions et interventions. Ces nouveaux moyens de coordination sont basés sur l’usage de l’observation, du gestuel et du regard.

Discussion

Nous souhaitons aborder la problématique de la collaboration des chercheurs avec des représentants de l’entreprise ainsi que les contraints du terrain de recherche.

 

Bibliographie

Bobillier Chaumon, M.E. (2003). Evolution technique et mutations du travail : émergence des nouveaux modèles d’activité. Le travail humain, n 2, 163-194

Engestrom, Y., Middleton, D. (1998). Cognition and communication at work. Cambridge University Press

Rabardel, P., Samurçay, R. (2006). De l’apprentissage par les artefacts à l’apprentissage médiatisé par les instruments. In Barbier, J.M., Durand, M. Sujets, activités, environnements. Approches transverses. PUF

Wisner, A. (1985). Quand voyagent les usines. Essaie d’anthropotechnologie

 

1 Tél : 06 18 27 11 29, Raluca.Ciobanu@univ-lyon2.fr
2 Tél : 04 78 77 31 32, Fax : 04 78 74 22 17, Marc-Eric.Bobillier-Chaumon@univ-lyon2.fr

Participation des acteurs sociaux : les programmes de recherche sur la Biodiversité

 

Clémence Emprin,
Doctorante Culture, Communication et Société. Ecole normale supérieure lettres et sciences humaines
Science de l’information et de la communication

 

Le domaine de l’écologie constitue un terrain particulièrement intéressant pour aborder les rapports des scientifiques avec leurs divers partenaires. La critique du mouvement écologiste questionnant le rapport entre technologie, croissance et bien-être est liée à la remise en cause de la place de la science dans l’espace public. Dans les années 70, on assiste à une politisation des questions habituellement traitées comme techniques (Bonneuil, 2004), ainsi qu’à la construction d’un discours sur la participation politique aux choix scientifiques et techniques (Quet, 2008). Si la production de connaissance en écologie est liée aux relations entretenues avec des acteurs locaux (Scheinder, 2000), les partenariats avec acteurs politiques et gestionnaires sont d’autant plus importants que la crise écologique génère une multitude d’objets hybrides qui amènent à réviser les modes de décision (Latour, 2004).

La tendance à articuler différents points de vue est particulièrement perceptible avec la question de la biodiversité qui se présente comme une opportunité d’actualisation du projet interdisciplinaire de l’écologie scientifique (Barbault, 1996). Ce concept holiste articule différents niveaux d’organisation du vivant et réintègre la dimension anthropique des systèmes naturels. Le concept de biodiversité (Wilson, 1988) a connu un grand succès jusqu’à se constituer comme thème structurant pour la communauté de recherche. Réseaux de recherche, instituts, fondations et programmes de recherche se sont mis en place dès les années 1990, ces derniers portant une attention toute particulière au le lien avec les décideurs politiques et les gestionnaires des espaces naturels. Avec cette structuration scientifico-politique autour de la biodiversité, quel rôle effectif est donné au chercheur ?

 Les programmes de recherche sur la biodiversité sont les opérateurs de cette structuration et constituent l’espace d’un dialogue entre les différents acteurs. Le travail d’analyse porte principalement sur quatre programmes nationaux1, un programme international, diversitas, et deux programmes européens2. Notre corpus est alors constitué des appels à proposition de recherche, textes en circulation, que l’on ne peut dissocier des modalités de leur mise en ligne. En effet, démontré dans notre travail, l’inscription de dimensions communicationnelles est très forte dans les dispositifs de production de connaissance. Plateformes, sites spécifiques et réseaux sont des dispositifs qui contraignent les pratiques de communication, ce sont ces implications de communication (Jeanneret, 2008) qui renseignent sur les représentations sous-jacentes des relations entre chercheurs et acteurs sociaux.

Ces modèles de communication entre acteurs sont à mettre en parallèle avec les postures énonciatives qu’adoptent les chercheurs3 – en tant que fonctionnaires d’une institution publique, en tant que représentants de la communauté scientifique – auxquelles ils font préférentiellement correspondre certaines pratiques de communication. Ce sont finalement ces situations de communication4 qui permettent de rendre de compte de l’évolution du mode d’investissement publique du chercheur. Ces éléments d’analyse sensibilisent aux rôles que nos partenaires tendent à attribuer aux chercheurs ; la conclusion, sous forme d’ouverture réflexive, portera sur notre implication dans le cluster 145.

 

BARBAULT, Robert (1996). « L’écologie, une science de la nature à l’épreuve d’enjeux de société », Natures, Sciences, Sociétés, 4, p 372-380.

BONNEUIL, Christophe (2004). « Les transformations des rapports entre science et société en France depuis la seconde guerre mondiale : un essai de synthèse », p.15-40 in Joëlle Le Marec, Igor Babou (dir.) / Actes du colloque Sciences, médias et société. Lyon, 15-17 juin.

JEANNERET, Yves (2008). Penser la trivialité, la vie triviale des êtres culturels. Paris : Hermès Sciences/Lavoisier.

LATOUR, Bruno (2004). Politiques de la nature, comment faire entrer les sciences en démocratie. Paris : Découverte.

QUET, Matthieu (2008). « Critique des sciences et participation politique : discours sur la science au peuple et notion de participation dans la France des années 70 » Généalogies de la démocratie participative, Journée d’étude, Paris 8-9 février, Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Val de Seine.

SCHNEIDER, W. Daniel (2000). « Local Knowledge, Environmental Politics, and the Founding of Ecology in the United States: Stephen Forbes and « The Lake as a Microcosm » (1887) » Isis, vol. 91, N°4, p 681-705.

WILSON, E. O. (1988), BioDiversity, Washington: National Academy Press.

1 Programme Nationale Dynamique de la Biodiversité et Environnement (PNDBE), Biodiversité et gestion forestière (BGF), Action Publique, Agriculture et Biodiversité (DIVA), ainsi que les projets lancés par l’Institut Français de la Biodiversité (IFB, 6 projets de 2000 à 2008)

2 Biodiversa et TEEB (the economy of ecosystem and biodiversity)

3 Analyse d’un corpus d’une quinzaine d’entretien avec des chercheurs, écologues, impliqués dans divers programmes de recherche.

4 Ce qui permet d’articuler les pratiques, les dispositifs et les espaces de communication.

5 Cluster 14 « Enjeux et représentations des sciences, des technologies et de leurs usage » est la structure d’interface entre la région Rhône-Alpes et les chercheurs

Le psychologue face à la construction des pratiques et des théories en protection de l’enfance dans un contexte d’urgence

 

ONGUENE NDONGO Théodore – 
Centre de Recherche en Psychopathologie et Psychologue Clinique (CRPPC)
Université Lumière Lyon 2

 

 La protection de l’enfance dans les pays émergents et surtout dans les contextes d’urgences (Guerre, catastrophes naturelles, pauvreté extrême) est un champ en en construction et donne lieu à des interventions multisectorielles. Ainsi interviennent juristes, médecins, nutritionnistes et autres spécialités. Force est de constaté que dans ce cadre l’implication des psychologues est souvent tardive dans ces programmes de protection. Et cette arrivée tardive à une incidence sur la diffusion, la prise en compte des théories et pratiques psychologiques dans le suivi des enfants.

Bien que dans ces contextes, les mesures de sécurité soient volatiles et mettent les intervenants eux-mêmes dans une très grande insécurité psychique, je pense qu’il est nécessaire de mettre au travail des pratiques d’interventions du psychologue au plus près de tels contextes. En me basant sur mon expérience de recherche et de travail avec les enfants soldats à Goma en République Démocratique du Congo, je propose de saisir les modalités d’émergence d’une pratique (et d’une théorie possible) de suivi psychologique et social d’enfants dans une interaction entre différentes pratiques, celles de psychologue, d’éducateurs, de médecins et d’infirmiers.

Après avoir présenté la situation de travail avec les enfants soldats, exploré les différents positionnements possibles du psychologue dans ce contexte, nous reviendrons sur la difficulté de l’abord psychologique de telles situations de détresse. Enfin, je présenterais les modalités de notre collaboration avec des acteurs sociaux et comment celle-ci a eu une incidence sur les résultats de ma recherche.

 

 

Les répercussions de la relation chercheur/acteur dans la définition de la méthodologie de recherche. L’exemple d’une enquête ethnographique au sein de l’école secondaire inférieure du Canton du Tessin (Suisse)

 

Francesco GALETTA
Université de Lausanne – Études doctorales romandes en science de l’éducation

 

Une prémisse initiale est fondamentale : nous n’exposerons pas de résultats de recherche afin d’en évaluer le poids relevant de la collaboration chercheur/acteur, chose tout à fait pertinente mais qui nécessite malgré tout d’une recherche à un état plus ou moins avancé. En ne s’agissant pas de notre cas, nous croyons être intéressant à élaborer le thème proposé de la manière suivante : envisager les conséquences du processus de production du savoir induites par la relation chercheur/acteur sous l’angle de la définition de la méthodologie de recherche.

 

L’étude dont il est question vise à cerner la nature des diverses relations institutionnelles que les élèves entretiennent au cours de leurs multiples expériences. Cela afin de comprendre si des possibles contradictions entre ces relations puissent se révéler problématiques dans le processus de scolarisation.

 

En travaillant directement et longuement à l’intérieur d’une école cantonale, nous nous confronterons à une pluralité d’acteurs sociaux : d’abord à des autorités politiques et institutionnelles (ministère de l’éducation, bureau de l’enseignement secondaire) ; la recherche se construira ensuite sur des profondes liaisons entre nous-mêmes et les élèves, les enseignants, les directeurs d’établissements et les familles des élèves. En ce qui concerne les retombées épistémologiques de ces deux type de relations, il est possible de tracer deux scénarios. Si le premier cas traite d’une collaboration forcée pour éviter de mener une enquête « clandestine », dans le deuxième cas, la collaboration est fondamentale et essentielle. Ces deux relations influencent la manière de se rapprocher du terrain. Il s’agira d’adopter une méthodologie qui sache les encadrer et accompagner. Nous parlons d’encadrement en ce qui concerne le rapport aux autorités politiques et institutionnelles : éviter de parcourir une piste qui soit biaisée par des influences externes aux soucis de la recherche. Nous parlons d’accompagnement dans le cas des autres acteurs sociaux : il s’agira de leur donner la parole à plein titre pour ensuite la confronter au cadre théorique préalablement construit. Cette deuxième dimension sera développée de manière plus approfondie.

 

Il est ici nécessaire de présenter quelques éléments théoriques afin d’éclaircir la distance entre deux conceptions de la nature du savoir : d’une part le savoir en tant que construction réciproque entre l’action du chercheur et celle des acteurs sociaux, d’autre part le fossé qui sépare savoir scientifique et sens commun.

 

La sociologie de l’expérience telle que conçue par Dubet considère toute recherche compréhensive comme une rencontre entre chercheur et acteur (Dubet, 1994). Du moment que l’on considère la parole des acteurs sociaux comme scientifiquement légitime, il y aurait dans toute recherche une confrontation inéludable entre chercheurs et acteurs, confrontation qui est un élément constituant de la sociologie même. Les argumentations que les deux parties mobilisent ne représentent pas des obstacles à la connaissance mais constituent au contraire du matériel scientifique dont le chercheur doit tirer du profit en se douant de la méthode adéquate.

 

Du côté pragmatique (Nachi, 2006), Boltanski et Thévenot tentent de mettre en place une approche qui tienne compte de la capacité des acteurs de s’adapter aux différentes situations de la vie sociale (Boltanski et Thévenot, 1991). En s’écartant des sociologies totalisantes, les auteurs formalisent des concepts d’action différents en fonction des types de situations particulières (Thévenot, 2006). La prise en compte de la pluralité des mondes sociaux et des régimes d’action correspondants permet de réfléchir sous un nouvel angle le débat qui oppose réflexivité et non-conscience de l’acteur. La part de conscience et de réflexivité ne serait donc pas la même dans toute situation sociale (Corcuff, 1998).

 

La distance entre ces approches théoriques et les « modalité de la rupture » est évidente. Ces dernières refusent en fait la pertinence de la reconnaissance réciproque entre chercheur et acteur. En accord à la raison positiviste, la sociologie doit s’éloigner le plus possible des significations du sens commun car les mécanismes de la société sont d’une autre nature que les motifs qui orientent l’action des acteurs : tout fait social ne peut s’expliquer que par d’autres faits sociaux (Durkheim, 2007). La distance est visible aussi par rapport à la tradition critique selon laquelle l’illusion de l’acteur de connaître la nature de sa propre action correspond à un moyen de domination.

 

Il s’agira, en partant d’une synthèse des approches théoriques proposées, d’exposer les dispositions d’une enquête de type ethnographique où les interactions entre chercheur et acteurs constitueront une dimension primordiale.

 

Références

 

– BOLTANSKI L., THÉVENOT L., De la justification. Les économies de la grandeur, Gallimard, Paris, 1991

– DUBET F., « Vraisemblance : entre les sociologues et les acteurs », L’année sociologique, vol. 44, pp. 83-107, 1994

– DURKHEIM E., Les règles de la méthode sociologique, PUF, Paris, 2007 [1895]

– CORCUFF P., « Justification, stratégie et compassion : apport de la sociologie des régimes d’action », Correspondances (Bulletin d’information scientifique de l’institut de recherche sur le Maghreb), Tunis, n° 51, juin 1998

– NACHI M., Introduction à la sociologie pragmatique, Armand Colin, Paris, 2006

– THÉVENOT L., L’action au pluriel. Sociologie de régimes d’engagement, La Découverte, Paris, 2006

 

La collaboration d’un chercheur avec des enseignants en zone d’éducation prioritaire : quels enjeux pour la recherche sur le cahier d’expériences du cours préparatoire?

 Evelyne LYONNAIS VILLARD – Université Lumière Lyon 2 – Ecole doctorale EPIC – février 2009

 

 Le contexte. L’histoire du cahier scolaire est intimement liée au développement des techniques industrielles qui donnent à l’objet ses caractéristiques matérielles et aux transformations des régimes didactiques dans lesquels lui sont assignées des fonctions d’outil d’aide à l’apprentissage. Les usages du cahier d’expériences au cours préparatoire de l’école primaire en France s’inscrivent dans un temps au cours duquel l’élève append à lire et à écrire en même temps qu’il apprend les sciences en écrivant et en lisant. Outre l’extrême discrétion des pratiques liées à ce cahier, le chercheur a mis en lumière que les caractéristiques des cahiers, la nature des langages utilisés et leur fréquence ont une incidence sur ce que les enfants apprennent de la culture scientifique. L’analyse des cahiers et les entretiens avec les enfants et les enseignants ne suffisent pas pour comprendre les conditions de la réalisation du cahier et de la construction des savoirs. Le chercheur a été associé à un dispositif d’action-réflexion de type Main à la pâte dans un projet d’équipe dans une école en éducation prioritaire à Mâcon.

 

Le cadre théorique du partenariat chercheur-enseignants est emprunté à Pierre Rabardel (1995, 1996, 2006), centré sur l’activité instrumentée et ses conséquences en terme de développement de compétences. Le recours aux principes, méthodes et résultats de la didactique professionnelle constitue un élargissement épistémologique qui dépasse et englobe une approche plus classique de la didactique des sciences. Parce que tout partenariat signifie échanges et interactions entre les individus, il permet le développement de compétences nouvelles liées à l’objet du savoir (Vygotski). Les activités de symbolisation et de structuration nécessaires dans la construction des savoirs scientifiques (Astolfi, Develay) participent à l’élaboration par les élèves d’une première conscience disciplinaire (Reuter).

 

La problématique. En quoi la collaboration entre un chercheur et des enseignants permet-elle le développement de savoirs nouveaux chez les différents partenaires à propos des pratiques pédagogiques instrumentées de l’enseignement des sciences ? Quelles modifications le partenariat apporte t’il dans les pratiques de l’enseignant ? En quoi les échanges font-ils progresser la recherche sur le cahier ? A quelles conditions le cahier est-il un outil de construction des savoirs scientifiques chez les élèves ? De quelle manière les savoirs produits par la recherche sur le cahier sont-ils travaillés, modifiés, transformés quand des enseignants se trouvent associés à leur processus d’élaboration ?

 

L’hypothèse. Parce que le cahier est un assemblage d’écrits sur les sciences en train de se faire en classe, sa réalisation et son utilisation requièrent des conditions pédagogiques adaptées à une double nécessité : concevoir des situations dans lesquelles les élèves apprennent à organiser un ensemble d’informations et faire en sorte que l’outil devienne un instrument dans la construction d’une conscience disciplinaire chez les élèves.

 

Les grandes lignes de l’intervention porteront sur la place du cahier dans la programmation didactique. Après la description de la programmation initiale de la séquence, nous évoquerons quelques points forts des observations de classe et des phases de debriefing avec les enseignants qui ont engendré des modifications fondamentales sur la séquence et la conception du cahier.

Pour finir, nous examinerons les retombées épistémologiques de cette collaboration, sur le travail du chercheur et des enseignants. Nous verrons comment des savoirs nouveaux ont été produits sur le cahier d’expériences au cours préparatoire dans la perspective du développement de l’activité médiatisée par les instruments.

 

L’« impératif collégial » en SIC : manifestations et enjeux

Céline BRUN-PICARD
Doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication à l’université Claude Bernard Lyon 1
Université de Lyon – ELICO EA 4147 – Ecole doctorale EPIC – celine.brunpicard@orange.fr
 

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, la pratique scientifique est marquée en France par une évolution structurelle continue : sous l’impulsion de l’Etat et des collectivités territoriales, de nouveaux cadres juridiques sont créés pour organiser la recherche en rapport direct avec le monde social (politiques, industriels, associations…) et en faveur de la recherche dite « appliquée » ou « finalisée » [REV 1974]i. Ce mouvement, qui n’est objectivement pas nouveau, semble s’accélérer depuis quelques années, avec la mise en œuvre de nouvelles politiques pour la recherche : pôles de compétitivité, clusters… Le contenu des derniers appels nationaux à la recherche (ANR) contribue encore à affirmer ce que nous appellerons « l’impératif collégial » : le fait scientifique est désormais conçu comme un projet collectif qui ne semble avoir d’existence que pour et par les acteurs sociaux.

De cet impératif collégial découlent d’inévitables contraintes de fonctionnement pour les laboratoires, et l’apparition d’un « malaise » sensible chez les scientifiques, déjà décrit par B. Latour en ce qui concerne l’Institut National de Recherche Agronomique (institut de recherche finalisée) : « [Les scientifiques] considèrent plus ou moins consciemment qu’ils ne sont pas à la hauteur de leur rêve de scientifiques, qu’ils sont en quelque sorte des faillis de la « vraie science » qui doit probablement exister quelque part (ailleurs). » (p. 11) [LAT 1995]. Le rayonnement dans la communauté scientifique française des travaux de S. Krimsky sur la situation états-unienne [KRI 2004], semble illustrer l’inquiétude prégnante quant à une possible altération de la Science.

Dans le cadre de cette communication, nous interrogerons la nature des enjeux de ce nouvel impératif collégial sur la recherche en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC), à la lumière de la dichotomie proposée par B. Latour entre « la science faite » et « la science en train de se faire » [LAT 1995], et de notre propre expérience de doctorant. L’hypothèse que nous éprouverons lors de notre intervention, sera la suivante : les enjeux de ce nouvel impératif sur les SIC sont d’ordre organisationnel plutôt qu’épistémologique. Nous tenterons de la valider sur la base d’une très courte revue de littérature sur la place des acteurs sociaux dans les sciences sociales et particulièrement dans les SIC, et de notre propre expérience de doctorante allocataire en SIC.

Notre thèse de doctorat, précisément, porte sur les dimensions temporelles d’une collection de presse numérisée, conservée et mise en ligne par la Bibliothèque Municipale de Lyonii. Sous la direction de G. Lallich-Boidin et de D. Varry, elle s’inscrit dans le projet de recherche CANU XIXiii, bâti autour de la collection patrimoniale du Progrès Illustré de Lyon (1890-1905), et mené par une équipe pluridisciplinaire formée d’enseignants-chercheurs, principalement issus de l’ENSSIBiv, d’ELICOv, du LIRISvi et du GRESEC-Cristalvii et par le Service de l’Inventaire du Patrimoine Culturel de Rhône-Alpesviii. Elle a fait l’objet de l’attribution d’une allocation de recherche « fléchée », dans le cadre du Cluster 13 de la Région Rhône-Alpesix.

Notre projet de thèse nous permettra d’abord de mettre en exergue certaines manifestations de cet « impératif collégial » que nous proposons ici de définir, et qui institue la recherche comme une pratique sociale complexe où se croisent nécessairement différents centres d’intérêt ; dans notre cas : les intérêts respectifs du chercheur, de l’élu, du service de l’inventaire général du patrimoine culturel et de la bibliothèque.

Nous reviendrons ensuite plus en détail sur les inquiétudes que cette nouvelle forme de construction des faits scientifiques engendre. Remarquant que la sociologie et l’anthropologie des sciences traitent surtout de cas états-uniens, nous présenterons la situation fondamentalement autre des SIC en France, qui se sont toujours alimentées du terrain et de la collaboration des chercheurs avec les acteurs sociaux [MIE 1995].

Nous montrerons enfin que l’impératif collégial sur la pratique des SIC rend sans doute plus aigüe encore la nécessité pour le doctorant de mieux cerner les logiques d’acteurs et les tensions potentiellement existant dans les situations qu’il rencontre [OLI 2007]. De notre point de vue, l’enjeu principal de l’impératif collégial reste néanmoins celui de l’organisation et du fonctionnement des équipes et des laboratoires de recherche : dans le montage des projets de recherche avec les acteurs sociaux, la principale difficulté demeure celle du dialogue entre les différents acteurs [GIL 1998]. Sur ce point, dans les faits, en tant que doctorants, nous sommes assez épargnés par cette difficulté, dont la responsabilité incombe avant tout aux directeurs de thèse et aux écoles doctorales.

 

Bibliographie

[GIL 1998] GILBERT Claude, « Des objets à géométrie très variable. Entretien avec Claude Gilbert », Politix. Revue des sciences sociales du politique, 1998, n° 44, pp. 29-38. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polix_0295-2319_1998_num_11_44_1759 (Consulté le 19 janvier 2009)

[KRI 2004] KRIMSKY Sheldon, La recherche face aux intérêts privés, Pais : Le Seuil, 2004 (version originale parue en 2003). 156 p. (Vu d’Amérique)

[LAT 1995] LATOUR Bruno, Le métier de chercheur : regard d’un anthropologue : une conférence-débat à l’INRA Paris, le 22 septembre 1994, Paris : Institut National de Recherche Agronomique, 1995. 95 p. (Sciences en question)

[MIE 1995] MIEGE Bernard, La pensée communicationnelle, Grenoble : PUG, 1995. 120 p. (La Communication en +)

[OLI 2007] OLIVESI Stéphane, Introduction à la recherche en SIC, Grenoble : PUG, 2007. 332 p. (La Communication en +)

[REV 1974] « IVe Rencontre juridique franco-soviétique (Moscou-Leningrad, 3-14 juin 1974) », Revue internationale de droit comparé, 1974, n° 3, pp. 651-669. Disponible sur : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ridc_0035-3337_1974_num_26_3_15579 (Consulté le 19 janvier 2009)

 
i « L’organisation de la recherche scientifique nécessite un cadre juridique. En France il existe trois solutions à ce problème d’organisation : intégrer la recherche à l’enseignement supérieur ; rechercher une autonomie de la recherche scientifique (le C.N.R.S.) ; relier la recherche scientifique à l’action gouvernementale et administrative. On pourrait dire que la première solution vise à la formation des chercheurs, la seconde à la recherche désintéressée et fondamentale et la troisième à la recherche appliquée. A l’heure actuelle cette troisième forme se développe de manière constante. Il ne faut cependant pas séparer ces trois aspects de la recherche scientifique. Le juriste peut agir en permettant une meilleure organisation de la recherche et de la science. » (p. 660) – Sous leur apparente actualité, ces propos ont été tenus en 1974 par M. Ancel, alors Président du Centre français de droit comparé.
ii Bibliothèque Municipale de Lyon (France), La presse régionale illustrée au XIXe siècle [en ligne]. Disponible sur : http://collections.bm-lyon.fr/presseIllustree/ (Consulté le 2 février 2009)
iii Pour une description du projet CANU, cf. site web du Cluster 13 : http://cluster13.ens-lsh.fr/spip.php?article117 (Consulté le 2 février 2009)
iv ENSSIB : Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques (Villeurbanne). http://www.enssib.fr
v ELICO : Equipe Lyonnaise en Sciences de l’Information et de la Communication (Lyon). http://elico-recherche.net
vi LIRIS : Laboratoire d’InfoRmatique en Image et Systèmes d’information (Lyon). http://liris.cnrs.fr/
vii GRESEC : Groupe de Recherche sur les Enjeux de la Communication (Grenoble). L’équipe Cristal du GRESEC est spécialisée dans les domaines de la recherche d’information et du traitement automatique des langues. http://w3.u-grenoble3.fr/gresec/
viii Depuis le 1er janvier 2007, le service de l’inventaire général du patrimoine culturel, qui relevait jusqu’ici du ministre de la Culture, est placé sous l’autorité du président du Conseil régional. Créé en 1964 par André Malraux, ce service a pour mission principale de produire une connaissance scientifique sur le patrimoine des villes et des campagnes, en vue d’alimenter des bases de données sur l’histoire de l’art et des techniques, et de fournir une aide à la décision pour les opérations d’aménagement du territoire.
ix L’objectif central du cluster 13 est de coordonner les recherches pluridisciplinaires portant sur les productions, les objets et les usages sociaux qui engagent sous une forme ou sous une autre une dimension et des enjeux d’ordre culturel et patrimonial, qu’il s’agisse du passé ou du contemporain le plus actuel. Cf. http://cluster13.ens-lsh.fr/

Comment faire une thèse: recette façon « forum hybride »

 

Anne-Line Gandon – GREPS (EA 4163) – Anne.gandon@univ-lyon2.fr

 

Quels sont les ingrédients nécessaires pour mener une recherche en sciences humaines?

1. Émergence d’une demande ou d’un problème à résoudre

2. Les acteurs de terrain ou/et un terrain

3. Le chercheur armé de son cadre théorique

C’est dans le nœud de cette triangulation, que va se jouer toute recherche. La recherche en sciences humaines a cela qui la différencie des sciences de la nature, son objet d’étude, l’Homme, qui n’est justement pas un objet. Mais comment faire lorsque cette subjectivité devient aussi une actrice de la recherche à part entière?

Nous essayerons de répondre à cette question en réfléchissant à une refondation de l’épistémologie des sciences, tout en la mettant en perspective avec notre propre expérience de la recherche de doctorat en convention CIFRE.

 

Critiquant l’épistémologie classique très largement inspirée du discours cartésien des sciences de la nature, réduisant la triangulation des « ingrédients » nécessaires à la recherche à une dialogie entre le chercheur et son « objet », Callon essaye de fonder une épistémologie qui rende compte de la dynamique de la construction du savoir. Savoir qui s’enrichit de la différence, il devient hybride.

Comme le remarque Callon (1988), le fait de travailler avec des partenaires et associés extérieurs à ceux de la recherche habituelle implique plusieurs étapes de construction.

  1. La traduction du savoir du laboratoire dans la société. La traduction est différente de la vulgarisation, la vulgarisation est « le fait d’adapter un ensemble de connaissances techniques, scientifiques, de manière à les rendre accessibles à un lecteur non spécialiste » (Petit Robert, 2008), la traduction cherche à impliquer.

  2. Cette traduction va permettre d’intéresser certains acteurs ciblés, individuels et institutionnels, à la recherche.

  3. Si l’intéressement est réussi ils seront enrôlés dans cette recherche (Callon, 1986).

Ainsi, dans le cadre d’une recherche appliquée, la relation entre le chercheur et le terrain va être beaucoup plus complexe et multilatérale que dans une recherche dite universitaire. Ce mode de relation va influencer la construction de l’objet même de la recherche qui ne sera pas seulement celui du chercheur mais aussi celui formulé par le terrain.

En 2001 Callon va encore plus loin, la science doit faire partie du champ d’exercice de la démocratie. Elle doit donc être débattue au sein de la société sous forme de forum hybride avec tous les citoyens. Le forum hybride c’est:

1. Le grand monde (la société) va entrer dans le petit monde de la recherche (le laboratoire).

2. Le petit monde établi une chaîne d’équivalences en mettant en mots des faits.

3. Cette chaîne d’équivalences qui est du savoir co-construit entre le laboratoire et la société retourne dans le grand monde.

Le rôle du laboratoire est donc de clarifier par le langage (mathématique, conceptuel… ) les enjeux de la société.

 

Nous sommes actuellement impliquées dans une thèse bénéficiant d’une convention CIFRE signée en décembre 2007 avec Le Grand Lyon. Une convention CIFRE est une « Convention Industrielle de Formation à la Recherche en Entreprise », elle a pour vocation de financer des thèses appliquées au monde de l’entreprise.

A la lumière de ces analyses de Callon, nous avons porté notre projet de doctorat pour solliciter le financement d’une partie prenante, puis pour mener notre recherche de doctorat au sein et avec cette partie prenante qui est dans notre cas, Le Grand Lyon. Nous avons pu expérimenter les deux modes de traduction:

– Celle qui vise l’enrôlement dans la mesure où nous devions trouver un partenaire impliqué financièrement et pratiquement.

– Celle qui vise l’implication de la société dans la recherche via notamment les élu-e-s du Grand Lyon, qui sont des représentants des Grandlyonnais.

Ces expériences redéfinissent considérablement ce que l’on entend par recherche-action, et par positionnement du chercheur. En effet, le terrain n’est pas là pour être modifié mais pour être compris et être un acteur à part entière de la recherche, et le positionnement du chercheur ne peut être unique dans le temps et dans l’espace en raison de la multi-latéralité des relations et de leur évolution.

 

Cette refondation épistémologique des sciences sociales montre qu’elles ont tout à y gagner. Loin de l’écueil scientiste qui vise à objectifier ce dont elles se nourrissent, la réalité sociale, les sciences sociales trouvent leur force et leur richesse en donnant tout leur poids à chacune des composantes de la triangulation. Elles s’enrichissent de cette complexité et de cette hybridation dans laquelle chaque ingrédient à son importance.

 

Comment les savoirs produits par la recherche éducationnelle sont retraduits, voire instrumentalisés par les politiques ?

L’exemple des réformes à Genève au 20e siècle.

Mathilde de Greck – Université de Genève.

 

Notre thèse traite du rapport science-politique de manière historique dans un contexte particulier : Genève. En nous référant d’une part à un large panel de recherches en histoire de l’éducation et d’autre part à propos des enjeux science-politique (Lessard, 2006 ; Normand, 2006; Raulin 2006), nous postulons que les sciences de l’éducation sont au coeur des réformes éducatives du 20e siècle.

Des travaux montrent que le développement de la recherche est, dans ce champ (Bourdieu, 1997), principalement impulsé par deux types de demandes sociales : demande d’une qualification et professionnalisation accrue des enseignants, demande d’enrichissement du stock de connaissances autant en vue de la gestion des systèmes éducatifs que des pratiques d’enseignement (Hofstetter, Schneuwly, 2000). Ces demandes sociales proviennent notamment du monde politique qui invoque l’expertise scientifique pour légitimer son action (Draelants, 2007 ; van Zanten 2000). N’est-ce pas le cas pour un grand nombre des savoirs scientifiques ?

Dans une perspective socio-historique, nous concentrons nos recherches sur trois réformes caractéristiques de l’évolution du système éducatif genevois au 20e. Dans le dessein d’étudier la manière dont ces deux mondes se rencontrent et s’influencent, nous analysons des matériaux issus du monde politique (les débats parlementaires, les procès-verbaux des commissions parlementaires chargées de l’enseignement, etc.) et des matériaux issus du monde scientifique (archives de la FAPSE). Nous questionnons ce corpus (Marrou, 1954 ; Prost, 1996), à partir de trois registres: la nature des savoirs convoqués/avancés, leur place dans les discours des politiques/des experts, le contexte d’énonciation. Les savoirs mis à disposition par la science ne sont pas de même nature s’ils proviennent d’une recherche appliquée ou de la recherche fondamentale (Gaboriau, 2008). Il est certain que l’enjeu de la demande sociale, au sujet de problématiques éducatives, est central du point de vue de l’histoire des sciences de l’éducation et d’un point de vue épistémologique. En effet, questionner la disponibilité et la capacité des politiques à concevoir le changement au regard des connaissances mises à disposition par les experts, c’est également interroger la manière dont les savoirs produits par la recherche sont « travaillés », transformés par les intérêts politiques. Cette démarche permet donc, à partir d’un contexte particulier et d’une large littérature de référence, de donner des pistes de réflexion en vue d’éventuelles collaborations entre chercheurs et acteurs politiques.

Intervention projetée

Nous serons donc en mesure de situer la problématique du rapport science-politique, tout en mettant en lumière certaines logiques argumentatives fondées sur les savoirs, des controverses en jeu quant au statut du savoir tout ouvrant la discussion sur le thème de ces doctoriales.

Notre intervention se déclinera en quatre points. Nous situerons notre propos en présentant brièvement notre projet de thèse : problématique, méthodologie. Au moyen d’apports théoriques, il nous semble ensuite judicieux de traiter de l’histoire des sciences de l’éducation et des enjeux épistémologiques qui accompagnent la production des savoirs de ce champ (Hofstetter, Schneuwly, 2002) tout en abordant la notion d’interface (Lessard, 2008). Nous présenterons des résultats significatifs émanant d’une première phase de recherche (Genève 1940-1977 : débats politiques au sujet des objectifs de l’instruction publique) et nous analyserons la manière dont les politiques ont convoqué, en 1940 et en 1977, les savoirs experts et les représentants des sciences de l’éducation pour instituer de nouvelles lois définissant la mission de l’école.