Comment les savoirs produits par la recherche éducationnelle sont retraduits, voire instrumentalisés par les politiques ?

L’exemple des réformes à Genève au 20e siècle.

Mathilde de Greck – Université de Genève.

 

Notre thèse traite du rapport science-politique de manière historique dans un contexte particulier : Genève. En nous référant d’une part à un large panel de recherches en histoire de l’éducation et d’autre part à propos des enjeux science-politique (Lessard, 2006 ; Normand, 2006; Raulin 2006), nous postulons que les sciences de l’éducation sont au coeur des réformes éducatives du 20e siècle.

Des travaux montrent que le développement de la recherche est, dans ce champ (Bourdieu, 1997), principalement impulsé par deux types de demandes sociales : demande d’une qualification et professionnalisation accrue des enseignants, demande d’enrichissement du stock de connaissances autant en vue de la gestion des systèmes éducatifs que des pratiques d’enseignement (Hofstetter, Schneuwly, 2000). Ces demandes sociales proviennent notamment du monde politique qui invoque l’expertise scientifique pour légitimer son action (Draelants, 2007 ; van Zanten 2000). N’est-ce pas le cas pour un grand nombre des savoirs scientifiques ?

Dans une perspective socio-historique, nous concentrons nos recherches sur trois réformes caractéristiques de l’évolution du système éducatif genevois au 20e. Dans le dessein d’étudier la manière dont ces deux mondes se rencontrent et s’influencent, nous analysons des matériaux issus du monde politique (les débats parlementaires, les procès-verbaux des commissions parlementaires chargées de l’enseignement, etc.) et des matériaux issus du monde scientifique (archives de la FAPSE). Nous questionnons ce corpus (Marrou, 1954 ; Prost, 1996), à partir de trois registres: la nature des savoirs convoqués/avancés, leur place dans les discours des politiques/des experts, le contexte d’énonciation. Les savoirs mis à disposition par la science ne sont pas de même nature s’ils proviennent d’une recherche appliquée ou de la recherche fondamentale (Gaboriau, 2008). Il est certain que l’enjeu de la demande sociale, au sujet de problématiques éducatives, est central du point de vue de l’histoire des sciences de l’éducation et d’un point de vue épistémologique. En effet, questionner la disponibilité et la capacité des politiques à concevoir le changement au regard des connaissances mises à disposition par les experts, c’est également interroger la manière dont les savoirs produits par la recherche sont « travaillés », transformés par les intérêts politiques. Cette démarche permet donc, à partir d’un contexte particulier et d’une large littérature de référence, de donner des pistes de réflexion en vue d’éventuelles collaborations entre chercheurs et acteurs politiques.

Intervention projetée

Nous serons donc en mesure de situer la problématique du rapport science-politique, tout en mettant en lumière certaines logiques argumentatives fondées sur les savoirs, des controverses en jeu quant au statut du savoir tout ouvrant la discussion sur le thème de ces doctoriales.

Notre intervention se déclinera en quatre points. Nous situerons notre propos en présentant brièvement notre projet de thèse : problématique, méthodologie. Au moyen d’apports théoriques, il nous semble ensuite judicieux de traiter de l’histoire des sciences de l’éducation et des enjeux épistémologiques qui accompagnent la production des savoirs de ce champ (Hofstetter, Schneuwly, 2002) tout en abordant la notion d’interface (Lessard, 2008). Nous présenterons des résultats significatifs émanant d’une première phase de recherche (Genève 1940-1977 : débats politiques au sujet des objectifs de l’instruction publique) et nous analyserons la manière dont les politiques ont convoqué, en 1940 et en 1977, les savoirs experts et les représentants des sciences de l’éducation pour instituer de nouvelles lois définissant la mission de l’école.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.