Comment faire une thèse: recette façon “forum hybride”

 

Anne-Line Gandon – GREPS (EA 4163) – Anne.gandon@univ-lyon2.fr

 

Quels sont les ingrédients nécessaires pour mener une recherche en sciences humaines?

1. Émergence d’une demande ou d’un problème à résoudre

2. Les acteurs de terrain ou/et un terrain

3. Le chercheur armé de son cadre théorique

C’est dans le nœud de cette triangulation, que va se jouer toute recherche. La recherche en sciences humaines a cela qui la différencie des sciences de la nature, son objet d’étude, l’Homme, qui n’est justement pas un objet. Mais comment faire lorsque cette subjectivité devient aussi une actrice de la recherche à part entière?

Nous essayerons de répondre à cette question en réfléchissant à une refondation de l’épistémologie des sciences, tout en la mettant en perspective avec notre propre expérience de la recherche de doctorat en convention CIFRE.

 

Critiquant l’épistémologie classique très largement inspirée du discours cartésien des sciences de la nature, réduisant la triangulation des “ingrédients” nécessaires à la recherche à une dialogie entre le chercheur et son “objet”, Callon essaye de fonder une épistémologie qui rende compte de la dynamique de la construction du savoir. Savoir qui s’enrichit de la différence, il devient hybride.

Comme le remarque Callon (1988), le fait de travailler avec des partenaires et associés extérieurs à ceux de la recherche habituelle implique plusieurs étapes de construction.

  1. La traduction du savoir du laboratoire dans la société. La traduction est différente de la vulgarisation, la vulgarisation est “le fait d’adapter un ensemble de connaissances techniques, scientifiques, de manière à les rendre accessibles à un lecteur non spécialiste” (Petit Robert, 2008), la traduction cherche à impliquer.

  2. Cette traduction va permettre d’intéresser certains acteurs ciblés, individuels et institutionnels, à la recherche.

  3. Si l’intéressement est réussi ils seront enrôlés dans cette recherche (Callon, 1986).

Ainsi, dans le cadre d’une recherche appliquée, la relation entre le chercheur et le terrain va être beaucoup plus complexe et multilatérale que dans une recherche dite universitaire. Ce mode de relation va influencer la construction de l’objet même de la recherche qui ne sera pas seulement celui du chercheur mais aussi celui formulé par le terrain.

En 2001 Callon va encore plus loin, la science doit faire partie du champ d’exercice de la démocratie. Elle doit donc être débattue au sein de la société sous forme de forum hybride avec tous les citoyens. Le forum hybride c’est:

1. Le grand monde (la société) va entrer dans le petit monde de la recherche (le laboratoire).

2. Le petit monde établi une chaîne d’équivalences en mettant en mots des faits.

3. Cette chaîne d’équivalences qui est du savoir co-construit entre le laboratoire et la société retourne dans le grand monde.

Le rôle du laboratoire est donc de clarifier par le langage (mathématique, conceptuel… ) les enjeux de la société.

 

Nous sommes actuellement impliquées dans une thèse bénéficiant d’une convention CIFRE signée en décembre 2007 avec Le Grand Lyon. Une convention CIFRE est une “Convention Industrielle de Formation à la Recherche en Entreprise”, elle a pour vocation de financer des thèses appliquées au monde de l’entreprise.

A la lumière de ces analyses de Callon, nous avons porté notre projet de doctorat pour solliciter le financement d’une partie prenante, puis pour mener notre recherche de doctorat au sein et avec cette partie prenante qui est dans notre cas, Le Grand Lyon. Nous avons pu expérimenter les deux modes de traduction:

– Celle qui vise l’enrôlement dans la mesure où nous devions trouver un partenaire impliqué financièrement et pratiquement.

– Celle qui vise l’implication de la société dans la recherche via notamment les élu-e-s du Grand Lyon, qui sont des représentants des Grandlyonnais.

Ces expériences redéfinissent considérablement ce que l’on entend par recherche-action, et par positionnement du chercheur. En effet, le terrain n’est pas là pour être modifié mais pour être compris et être un acteur à part entière de la recherche, et le positionnement du chercheur ne peut être unique dans le temps et dans l’espace en raison de la multi-latéralité des relations et de leur évolution.

 

Cette refondation épistémologique des sciences sociales montre qu’elles ont tout à y gagner. Loin de l’écueil scientiste qui vise à objectifier ce dont elles se nourrissent, la réalité sociale, les sciences sociales trouvent leur force et leur richesse en donnant tout leur poids à chacune des composantes de la triangulation. Elles s’enrichissent de cette complexité et de cette hybridation dans laquelle chaque ingrédient à son importance.

 


8 réflexions au sujet de « Comment faire une thèse: recette façon “forum hybride” »

  1. Ping : FERNANDO
  2. Ping : robe m Olympus/
  3. Ping : 1
  4. Ping : for
  5. Ping : pixar
  6. Ping : Tail
  7. Ping : Sun
  8. Ping : PA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.