La demi-journée scientifique du 17 Novembre dernier

Première journée d’étude scientifique EPIC CCAS

17 novembre 2008, ENS-LSH

Dans le cadre du projet de recherche CCAS “La collaboration des chercheurs avec les acteurs sociaux dans différents domaines. Vers une technicisation des savoirs ? Quels enjeux épistémologiques ?” (pour toutes précisions, voir le descriptif sur le site de l’ED EPIC), s’est tenue ce jour la première session plénière des équipes impliquées dans le projet,  à l’ENS-LSH.

 

Compte rendu

 

Nombre de participants : 21.

Noms des participants : S. Simonian, A. Dedieu, J.-L. Derouf, K. Robinault, C. Buty, F. Sanseigne, D. Dufour, S. Cordonnier, C. Popescu, V. Dymytrova, S. Olagnon, M.-P. Escudie, M. Griot, E. Levasseur, M. Derycke, L. Charbonnier, A. Arnoult, E. Avila, G. Gaillard, A. Robert, G. Wormser.

 

Avec la participation d’André Robert, coordinateur du projet et directeur de l’ED EPIC, des enseignants chercheurs associés à ce projet de recherche, des responsables de l’outil numérique ENCENS (voir ci-dessous) et de doctorants de l’ED EPIC, ce séminaire de trois heures, animé par Jean-Louis Derouet (UMR Education & Politiques) a permis de jeter les bases de la recherche en cours, de faire connaissance avec les différents acteurs et de mettre au point des principes généraux. A ce titre, les doctorants sont invités à assister aux séminaires suivants ainsi qu’aux prochaines doctoriales en mai  ou juin 2009 (en préparation sur ce thème avec des doctorants genevois).

Ont été précisées les fonctionnalités de l’outil numérique ENCENS (espace numérique collaboratif et de l’édition numérique scientifique) qui sera conçu d’une part sous la forme d’ un « carnet de recherche ouvert » c’est-à-dire d’un blog ouvert (sans mot de passe) destiné à être un lieu de mise en ligne de documents directement publiables, d’autre part sous la forme d’un espace « privé » accueillant le travail collaboratif visant à préparer la publication, et l’éditorialisation des recherches en cours. Sur le modèle de douze sites déjà existants sous une forme similaire, il consistera en un espace où il sera notamment possible, pour les enseignants chercheurs participants, de  publier des fichiers joints audiovisuels. Actuellement en cours d’expérimentation, il pourra notamment comporter une bibliographie permettant une collaboration interdisciplinaire (suggestion de S. Cordonnier). L’attrait principal de cet environnement collaboratif de recherche consiste dans sa fonction d’espace de « prépublication » assorti de multiples échanges destinés à nourrir le projet de recherche, et à l’enrichir. Lieu de diffusion complémentaire à une publication finale et aboutie, le « carnet de recherches » ne se substitue absolument pas à ce type d’édition. Il constitue un outil numérique en expérimentation et en devenir, dont les aménagements sont à penser au gré des pratiques. C’est « un mode de publication rapide et léger permettant de rendre compte régulièrement de recherches en cours. Un carnet de recherche peut être un carnet de fouilles archéologiques, une chronique scientifique sur un thème précis, un carnet de bord d’une recherche collective en cours, un blog de revues ou de livres, un carnet de terrain, une newsletter scientifique, etc. Il permet au « carnetier » de dialoguer avec ses lecteurs par le biais des commentaires. Il repose enfin sur l’utilisation d’un outil simple, ne nécessitant pas de connaissance informatique particulière » (hypotheses.org).

Il est à noter que l’ED EPIC a le projet de mettre sur pied un dispositif de publication en ligne pour les doctorants, appelé PREMIUM, qui pourra être développé à l’occasion de cette recherche.

Il est convenu que dans les semaines à venir, les synthèses des interventions de présentations de chacune des équipes de recherche présentes à la réunion feront l’objet d’une éditorialisation destinée à nourrir une démonstration de fonctionnement de l’espace, démonstration prélude à l’utilisation par l’ensemble des enseignants et des doctorants. A ce titre, il est nécessaire de mettre en place une communication entre les enseignants, les doctorants, leur intermédiaire et l’employé de Sens public chargé de la gestion de l’environnement collaboratif, la mise en place des identifiants de connexion nécessitant la centralisation des informations et des projets de chaque équipe.

Cinq équipes sur six étaient représentées (la sixième – T. Terret, J. Saint-Martin – avait envoyé un texte sur la diffusion de la méthode française -de gymnastique – au Brésil). Plusieurs enseignants chercheurs ont exposé l’avancement de leurs recherches sur la base de textes déjà existants ou de projets : D. Dufourt, M. Derycke, A. Robert, C. Buty, G. Gaillard.  Ont notamment été abordées les questions : de l’ ‘épistémologie politique’, des rapports entre savoirs d’intention scientifique  et savoirs professionnels (D. Dufourt), entre savoir d’expertise et savoir profane relativement à la question de la citoyenneté (M. Derycke), des tremblés épistémologiques induits par une certaine recomposition entre logique de la connaissance et logique de l’action à propos des relations entre syndicalisme enseignant et recherche (A. Robert), des possibles changements  – voire de la « mise en crise » – provoqués dans les conceptions et les pratiques de professionnels confrontés à une collaboration consentie avec des chercheurs, didacticiens ou psychologues (C. Buty, G. Gaillard).

 Une discussion a suivi ces premiers exposés et a permis de confirmer la cohérence d’ensemble du projet, par delà la diversité des objets étudiés par les uns et les autres.

A été discutée la question des experts scientifiques invités. Plusieurs noms se sont distingués et feront l’objet d’une demande de participation. Les doctorants seront tenus au courant des chercheurs invités et des dates de ces séminaires. Ils sont invités à assister à ces séances publiques.

 

Programme à venir :

Prochain séminaire interne (point d’étape sur les avancées des projets par les différentes équipes) : mardi 31 mars, 9h30, à l’ENS LSH (salle à préciser)

Période du prochain séminaire invité : janvier/février. Invité pressenti : Terry SCHINN auteur avec Pascal Ragouet, de Controverses sur la science, Pour une sociologie transversaliste de l’activité scientifique, Raisons d’agir, 2005. A confirmer.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.